DE | FR

«Le Kremlin minimise les chiffres du Covid pour des raisons politiques»

Ces derniers temps, le nombre de cas et de décès a explosé en Russie.
Ces derniers temps, le nombre de cas et de décès a explosé en Russie.Image: sda
La quatrième vague de la pandémie prend une tournure dramatique en Russie. Alors que les cas et les décès explosent, des chercheurs indépendants tirent la sonnette d'alarme: les chiffres officiels du Kremlin sont «inventés».
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
23.10.2021, 16:1824.10.2021, 09:13
josephin hartwig / t-online

Officiellement, 229 528 personnes ont perdu la vie à cause du Covid-19 en Russie. Il s'agit du bilan le plus lourd en Europe. Mais selon le démographe indépendant Alexey Raksha, ce chiffre est beaucoup trop bas: d'après ses calculs, le coronavirus a tué au moins 750 000 personnes dans son pays.

Ces derniers temps, le nombre de cas et de décès a explosé. En l'espace de 24 heures, plus de 37 000 nouvelles infections et 1075 décès ont été comptabilisés. Des chiffres énormes, mais qui ne reflètent pas la réalité, selon Raksha:

«En moyenne, plus de 2000 personnes décèdent chaque jour à cause du Covid en Russie»

Les propos du démographe n'ont pas été sans conséquence: l'année passée, il a été licencié par l'agence de statistiques Rosstat après avoir mis en doute le bilan officiel de la pandémie.

«Données absolument pas fiables»

Comment expliquer la différence entre les estimations du chercheur et les chiffres du gouvernement? Ces derniers excluent de nombreux décès de patients atteints du Covid-19 morts à cause d'un autre facteur, comme une insuffisance cardiaque. Mais selon plusieurs scientifiques, le problème se situe ailleurs: «Les autorités ne font qu'inventer des chiffres, littéralement», estime Alexey Raksha.

Des tombes destinées aux personnes décédées du Covid-19, au cimetière de Yastrebkovskoe.
Des tombes destinées aux personnes décédées du Covid-19, au cimetière de Yastrebkovskoe.Image: sda

L'analyste indépendant et biologiste Alexei Kouprianov ne fait pas non plus confiance aux statistiques officielles. «Les données (pour la Russie) ne sont absolument pas fiables», a-t-il déclaré au Washington Post. En 2020, Kouprianov a mis en place un groupe d'experts sur les réseaux sociaux pour se faire une idée plus précise de l'impact de la pandémie. Peu de temps après, il a perdu son emploi à l'Ecole supérieure d'économie de Saint-Pétersbourg.

Chiffres manipulés

L'économiste et experte en analyse de données Tatiana Mikhailova a connu un destin similaire. Employée à l'Académie russe de l'économie nationale, elle a découvert que des rapports sur les chiffres du Covid dans plusieurs régions russes recouraient à une ruse pour revoir à la baisse le nombre d'infections et, par conséquent, cacher la flambée des cas.

Après avoir rendu ses découvertes publiques, elle a perdu son emploi. L'Académie lui avait interdit de donner des interviews et, sous la pression de son supérieur, Tatiana Mikhailova a fini par démissionner.

Mais pourquoi les autorités russes mentiraient-elles au sujet de l'impact de la pandémie? Selon plusieurs scientifiques, cela serait lié aux objectifs politiques du Kremlin, qui ne tolère aucune critique de sa gestion de la crise.

Les autorités russes ont souligné à plusieurs reprises qu'elles maîtrisaient mieux la pandémie que de nombreux pays occidentaux. La vérité semble plus sombre: avec trois personnes sur dix entièrement vaccinées, le taux de vaccination de la Russie est l'un des plus faibles au monde. (traduit et adapté par asi)

Est-ce que le covid long existe vraiment? On fait le point.

Nos meilleurs articles sur le Covid-19

La 3e dose est-elle nécessaire? Pour qui? 6 questions, 6 réponses

Link zum Artikel

Vaccination: les 4 questions que pose le bon incitatif de 50 francs

Link zum Artikel

L'idée d'offrir une sérologie plutôt que 50 francs séduit les Romands

Link zum Artikel

«Comment ça, t'es pas vacciné?» Immersion dans une dispute Covid

Link zum Artikel

Alain Berset et l'échec vaccinal: «A vot' bon cœur m'sieurs dames!»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Comment je suis partie en vacances avec 11 inconnues
Notre journaliste a testé le voyage à l'étranger avec... des étrangères. Pour watson, elle raconte cette expérience hors du commun.

«Hélène, pourquoi tu t’infliges ça?». Voilà en substance la réaction de mon chef lorsque je lui parle de mon projet de partir en Turquie avec onze parfaites inconnues. Oui, j'en conviens dit comme ça, ça peut faire paniquer.

L’article