DE | FR

L'OMS et UNICEF dénoncent l'attitude de producteurs de lait pour bébé

Selon un sondage de l'OMS et de l'UNICEF, la plupart des campagnes de publicité de lait pour bébé violent les règles sur l'alimentation des enfants.
Selon un sondage de l'OMS et de l'UNICEF, la plupart des campagnes de publicité de lait pour bébé violent les règles sur l'alimentation des enfants. Image: keystone
Des ONG appellent les gouvernements, les travailleurs de santé et les entreprises à arrêter les campagnes de publicité abusives et d'honorer les règles internationales.
23.02.2022, 00:3023.02.2022, 18:20

Plus de la moitié des parents et des femmes enceintes sont ciblés par des campagnes de publicité des producteurs de lait pour bébé, selon un sondage de l'OMS et de l'UNICEF. La plupart d'entre elles violent les règles internationales sur l'alimentation des enfants.

Ces pratiques sont «systématiques» et inadaptées, dénoncent l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds de l'ONU pour l'enfance (UNICEF) dans leur rapport sur huit pays, le Bangladesh, la Chine, le Mexique, le Maroc, le Nigeria, l'Afrique du Sud, le Royaume-Uni et le Vietnam:

  • Elles vont du ciblage en ligne non réglementé à des assistances téléphoniques soutenues par des entreprises en passant par l'influence des travailleurs de santé;
  • Plus de quatre femmes sur cinq interrogées disent avoir été exposées à de la publicité proactive de ces entreprises, selon le sondage auprès de 8500 personnes et 300 travailleurs de santé.
«Des régulations doivent être rapidement adoptées et appliquées»
Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'OMS

Cette attitude constitue un obstacle à l'allaitement «qui est mieux pour les enfants», estime de son côté la directrice exécutive de l'UNICEF Catherine Russell. «Nous avons besoin de politiques, législations et investissements robustes pour l'allaitement», selon elle.

Dans chaque pays interrogé, environ la moitié des femmes au moins souhaitent recourir exclusivement à cette pratique. Mais les campagnes de publicité relaient des indications fallacieuses sur l'allaitement, dénonce encore le rapport:

  • Dans le monde, moins de la moitié des bébés qui sont âgés de moins de six mois sont exclusivement allaités;
  • Ce taux ne change pas, alors que la consommation de lait pour bébé a largement augmenté;
  • Autre problème, de nombreux travailleurs de santé ont été approchés par les producteurs, dont certains leur offrent une rémunération sur les ventes;
  • Plus d'un tiers des femmes disent avoir reçu une recommandation de l'un d'eux.

Les deux grandes organisations internationales demandent que les gouvernements soutiennent l'allaitement et interdisent aux travailleurs de santé d'accepter quelque chose de ces acteurs économiques. (ats/jch)

Ailleurs, sur la planète: Ces types sont les champions du lancer de gobelets

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Russie n'envoie plus de gaz en Finlande, quid de la Suisse?
Moscou met à mal la Finlande. La raison? Le pays nordique a refusé de payer le fournisseur russe Gazprom en roubles. Et pire encore, il a osé demander son adhésion à l'Otan. La Suisse risque-t-elle la même sentence?

Gazprom a «complètement arrêté ses livraisons de gaz» à la Finlande, dévoile le géant russe dans un communiqué. L'échéance du 20 mai est arrivée et le pays nordique n'avait toujours pas payé en roubles (monnaie russe), si bien que la sanction est tombée.

L’article