DE | FR

Le Royaume-Uni abaisse son niveau d'alerte sanitaire

epa09023171 A policeman stands outside the King Edward VII hospital in London, Britain, 19 February 2021. Britain's Prince Philip has spent a third night at hospital where he was admitted as a precautionary measure after feeling unwell. EPA/ANDY RAIN

La menace sur les hôpitaux a reculé. Image: EPA

Alors que le reste de l'Europe vit sous la menace du variant britannique, le royaume a baissé son niveau d'alerte. Le risque d'une surcharge des hôpitaux n'est plus d'actualité.



Les autorités sanitaires britanniques ont décidé jeudi d'abaisser le niveau d'alerte relatif à la pandémie de Covid-19. Le risque de submersion des hôpitaux a en effet «reculé» au Royaume-Uni, soumis à un sévère confinement depuis début janvier.

De cinq, son maximum, le niveau d'alerte passe à quatre, ont déclaré dans un communiqué commun les chefs médicaux des quatre nations constitutives du pays (Angleterre, Ecosse, Pays de Galles, Irlande du Nord).

«La menace d'une submersion du service national de santé ou des autres services sanitaires dans les 21 jours a reculé», ont-ils expliqué. «Il ne faut pas se faire d'illusions: les taux de transmission, la pression sur les hôpitaux et les décès restent à un niveau élevé», ont-ils averti. «Avec le temps, les vaccins vont avoir des répercussions majeures.»

Les chiffres au Royaume-Uni:

Après avoir dépassé les 38 000 fin janvier (contre un pic à un peu plus de 20 000 au cours de la première vague en avril), le nombre des patients hospitalisés avec le Covid-19 s'élève désormais à 16 000.

Face à une brusque envolée des contaminations attribuée à un variant plus contagieux, les autorités britanniques ont décrété début janvier un confinement général, avec fermeture des écoles. Certaines régions comme Londres sont confinées depuis la mi-décembre.

«Il y a encore un long chemin à parcourir mais nous avançons à grands pas»

Le ministre de la Santé Matt Hancock

Ces mesures ont fait fortement reculé le nombre des nouveaux cas. Parallèlement, une campagne de vaccination est menée tambour battant à l'aide de l'armée et de dizaines de milliers de volontaires: plus de 20 millions de personnes ont déjà reçu une première dose de vaccin contre le coronavirus. Rappelons tout de même que le Royaume-Uni est le pays le plus endeuillé en Europe par la pandémie avec plus de 121'000 morts. (ats/afp)

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Mortalité covid deux fois plus élevée chez les natifs de l'étranger

Les personnes originaires d'Afrique et d'Asie ont connu une surmortalité deux fois plus élevées que celles nées en France, lors de la première vague de Covid-19.

«Pendant la première vague de la pandémie, la hausse des décès des personnes nées à l'étranger a ainsi été 2.1 fois plus forte en moyenne que celle des personnes nées en France», écrit l'Insee. Si les décès ont augmenté en général de 9% en 2020 par rapport à l'année précédente, ceux concernant les personnes étrangères ont bondi de 17%.

Dans le détail, la surmortalité frappe surtout les ressortissants africains, avec une hausse de 21% chez les personnes nées au Maghreb (40'100 décès) et 36% …

Lire l’article
Link zum Artikel