DE | FR

Selon l'OMS, travailler plus de 55h la semaine se révèle mortel

A worker is seen during a press tour of the factory where work has stopped due to lack of fuel, at the Boris Luis Santa Coloma sugar mill, in Madruga, Cuba, Thursday, April 29, 2021.  Once known as the Sugar Bowl of the World, production is at an all-time low with more restrictive U.S. sanctions affecting everything, including transport, fuel, as well as securing spare parts for the mills to scaring away those who were once big clients. (AP Photo/Ramon Espinosa)A worker is seen during a press tour of the factory where work has stopped due to lack of fuel, at the Boris Luis Santa Coloma sugar mill, in Madruga, Cuba, Thursday, April 29, 2021.  Once known as the Sugar Bowl of the World, production is at an all-time low with more restrictive U.S. sanctions affecting everything, including transport, fuel, as well as securing spare parts for the mills to scaring away those who were once big clients. (AP Photo/Ramon Espinosa)A worker is seen during a press tour of the factory where work has stopped due to lack of fuel, at the Boris Luis Santa Coloma sugar mill, in Madruga, Cuba, Thursday, April 29, 2021.  Once known as the Sugar Bowl of the World, production is at an all-time low with more restrictive U.S. sanctions affecting everything, including transport, fuel, as well as securing spare parts for the mills to scaring away those who were once big clients. (AP Photo/Ramon Espinosa)A worker is seen during a press tour of the factory where work has stopped due to lack of fuel, at the Boris Luis Santa Coloma sugar mill, in Madruga, Cuba, Thursday, April 29, 2021.  Once known as the Sugar Bowl of the World, production is at an all-time low with more restrictive U.S. sanctions affecting everything, including transport, fuel, as well as securing spare parts for the mills to scaring away those who were once big clients. (AP Photo/Ramon Espinosa)

Travailler jusqu’à 55h par semaine augment les risques d'attaque cérébrale ou de maladies cardiaques. Image: sda

De longues heures de travail provoquent toujours plus de victimes... 745 000 personnes en sont décédées en 2016, et la pandémie ne risque pas d'arranger les choses.



Le travail c'est la santé qu'ils disaient... Pourtant les chiffres prouvent le contraire: une augmentation du taux de mortalité de 29% de plus en une quinzaine d'années. L'OMS est désormais inquiète des effets de la pandémie.

Au total, en 2016, 398 000 personnes ont succombé à une attaque cérébrale, en progression de près de 20%, et 347 000 à des maladies cardiaques, en hausse de plus de 40%. Ces chiffres sont basés sur une cadence de travail d'au moins 55 heures par semaine.

La pandémie «a changé de manière significative la manière de travailler pour de nombreuses personnes», fait remarquer le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

«Nous devons établir des règles pour évaluer les heures avec le télétravail»

Tedros Adhanom Ghebreyesus

L'OMS est inquiète, alors que certaines études nationales montrent que les heures de travail ont augmenté de 10% pendant les confinements. Dans certaines entreprises, les réductions du dispositif ou la fermeture d'activités se répercutent sur les employés qui restent.

Selon les données de 2016 publiées avec l'Organisation internationale du travail (OIT) sur 154 pays, la prévalence est plus élevée chez les hommes, chez qui ces effets sont responsables de près de trois quarts des décès. Les régions du Pacifique occidental et de l'Asie, de même que les personnes d'âge moyen ou plus âgées, sont plus exposées. Le nord du continent américain et l'Europe sont moins confrontés à ce problème.

L'appel de l'OMS pour des limites maximales

Au total, un travailleur sur dix peut faire face à des semaines de travail de plus de 55 heures, soit 488 millions de personnes. Aussi bien les effets physiques et psychologiques que l'impact indirect comme la fumée, l'alcool ou l'absence d'activité physique alimentent la menace. Les heures de travail sont responsables d'un tiers des maladies observées dans l'activité professionnelle.

Des graphiques pour comprendre les risques de cadences de travail effrénées. raviele

Par rapport à quelqu'un qui travaille 35 à 40 heures par semaine, la possibilité de décéder d'une attaque cérébrale augmente de 35% et celle de succomber à des maladies cardiovasculaires s'étend de près de 18%. Autre indication, certaines branches sont probablement davantage exposées mais des investigations supplémentaires doivent être menées.

Certains pays, comme la Russie, ont déjà proposé de ramener une semaine d'activité à quatre jours. L'OMS recommande aux Etats et aux partenaires sociaux de décider de limites maximales d'heures de travail. Et de davantage de flexibilité, comme la possibilité de partager les heures de travail entre collaborateurs pour éviter les dépassements. La protection sociale doit aussi être adaptée pour les travailleurs informels. (ga/ats)

Manifestations européennes en soutien à la Palestine

1 / 9
Manifestations européennes en soutien à la Palestine
source: epa keystone / martial trezzini
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Le maire de New York offre des frites aux vaccinés

Plus d'articles sur la santé mentale

Anxieux, le retour de la vie sociale vous inquiète? Les conseils d'une psy

Link zum Artikel

Cette vidéo sur la dépression nous a fait du bien et vous en fera aussi

Link zum Artikel

Comment le sport maintient notre cerveau en bonne santé

Link zum Artikel

L'impact mental du confinement sur les jeunes mesuré en 4 points

Link zum Artikel

En Suisse, on peut vous épier au travail (sous conditions)

Le procès d'Ikea accusé d'avoir espionné ses salariés a débuté lundi. Mais que dit la loi suisse sur cette méthode, très décriée par les syndicats? Le point en trois questions.

En 2012, Médiapart révèle un vaste système d'espionnage des salariés au sein de la filiale française d'Ikea. Neuf ans après la publication de l'enquête, le géant de l'ameublement passe devant la justice.

L'occasion de faire le point sur la situation en Suisse. Et pour cause, l'explosion du télétravail a multiplié les logiciels qui espionnent les salariés. Quels sont-ils et jusqu'où peuvent aller les entreprises? Décryptage.

En Suisse, l'article 26 de la loi du travail interdit à une entreprise …

Lire l’article
Link zum Artikel