DE | FR
Image: Keystone/Twitter
Tokyo 2020

Pink vole au secours des Norvégiennes qui ont refusé de jouer en bikini

La chanteuse américaine est scandalisée par la décision de la fédération européenne de beach handball de sanctionner les joueuses qui ont joué en short. Elle est prête à mettre la main à la poche pour prouver son soutien.
26.07.2021, 18:0627.07.2021, 17:53
Suivez-moi

L'affaire des bikinis prend de l'ampleur. La semaine dernière, les joueuses de l'équipe norvégienne de beach handball recevaient une amende de 1500 euros pour avoir joué un match en short plutôt qu'avec la culotte échancrée imposée par le règlement.

«La fédération européenne de handball devrait être amendée pour sexisme!»
Pink

Une décision de la fédération européenne de handball qui a beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux. A tel point que ce dimanche, c'est la chanteuse Pink qui a tweeté son soutien: «Bien joué Mesdames, je serai heureuse de payer les amendes à votre place.»

Interrogée par watson la semaine passée, Solène Froidevaux sociologue spécialisée dans les questions de genre dans le sport avait déshabillé la polémique.

«Ce n'est pas parce qu'on est en 2021, que l'on va forcément vers une progression pour les droits des femmes»
Solène Froidevaux, sociologue spécialisée dans les questions de genre dans le sport

Les Jeux olympiques de Tokyo en images

1 / 28
Les Jeux olympiques de Tokyo, en images
source: keystone / keystone
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Loan, 20 ans est sportif d'élite avec un covid long.Témoignage.

Video: watson

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Pourquoi les Etats-Unis prennent les menaces nucléaires de Poutine au sérieux
L'Occident, et surtout les Etats-Unis sont loin de négliger les menaces nucléaires de Vladimir Poutine. Et il y a une raison très particulière à cela.

A première vue, les référendums factices dans l'est de l'Ukraine et les menaces nucléaires de Vladimir Poutine n'ont peut-être pas grand-chose à voir les uns avec les autres. Pourtant, les deux choses sont étroitement liées, comme l'a souligné cette semaine Linda Thomas-Greenfield, la plus haute diplomate américaine, auprès des Nations unies.

L’article