assez dégagé
DE | FR
1
International
Suisse

COP26: La Suisse est furieuse de l'accord sur le climat

La Suisse est furieuse de l'accord sur la COP26

Tout s'est joué samedi, en quelques minutes, pour les 200 Etats présents à Glasgow. Des pays qui recourent au charbon ont torpillé le projet de déclaration. Colère de Simonetta Sommaruga.
14.11.2021, 15:1115.11.2021, 18:09

La COP26 s'achève sur un accord, atténué, toutefois, de dernière minute. Elle appelle à accélérer les efforts vers «une réduction progressive» plutôt que vers «une sortie» d'une partie du charbon. La Suisse est furieuse et l'a dit par la voix de sa ministre Simonetta Sommaruga.

Ce qu'il s'est passé

Après près de deux semaines, tout s'est joué samedi pour les 200 Etats présents à Glasgow. Des pays qui recourent au charbon, comme l'Inde et la Chine, ont torpillé le projet de déclaration, pourtant déjà atténué sur cette question tout au long de la semaine. «Difficile de savoir» si ces deux pays auraient fait échouer tout le paquet de Glasgow s'ils n'avaient pas obtenu satisfaction, selon la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga.

Ce qu'a dit la Suisse

Les efforts ne devront être menés que pour «réduire» le charbon sans système de captation de CO₂, plutôt que vers son «élimination», et pour une sortie de subventions «inefficaces» aux énergies non renouvelables. Simonetta Sommaruga (ici à Glasgow 👇), au nom de son groupe de négociation de six pays, a dénoncé une manœuvre de dernière minute inacceptable et un manque de «transparence» de la présidence britannique de la COP.

Image
Image: sda
«Ce n'est pas bien pour la crédibilité du processus»
Simonetta Sommaruga

La Suisse pointe les responsables

Le chef de la délégation suisse, l'ambassadeur Franz Perrez, fait, lui, remarquer que la présidence a davantage cherché à contrôler les négociations que lors des précédentes COP.

Selon Sommaruga, comme pour de nombreuses ONG, cette atténuation sur le charbon, mentionnée malgré tout pour la première fois aussi clairement, ne suffira pas pour limiter le réchauffement à 1,5°C d'ici 2100. Le premier ministre britannique Boris Johnson avait affiché son souhait d'un compromis qui maintienne comme possible cet objectif.

Ce que disent les organisateurs de la COP26

Le paquet «fait vraiment avancer les choses pour tout le monde», a affirmé le président de la COP26 Alok Sharma. Il a aussi estimé que le mandat donné à son chef de gouvernement était honoré. Mais, fait rarissime, il a officiellement présenté à la tribune «ses excuses» pour la procédure, admettant à demi-mot les critiques suisses.

Ce que dit le reste du monde

  • La partie sur le charbon aurait dû être approuvée sans restrictions et associer aussi le pétrole et le gaz, a déploré de son côté le WWF.
  • «Un signal a été lancé sur le fait que la période du charbon arrive à son terme. Et c'est important», a dit de son côté la directrice exécutive de Greenpeace International. Une analyse partagée malgré tout par Sommaruga.
  • Il faut «sortir du charbon» et «éliminer les subventions aux énergies fossiles», a aussi déploré le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Après le résultat de la COP, il appelle à l'«urgence» parce que le monde va toujours vers «le désastre climatique».
  • L'accord de Glasgow va favoriser une vague d'écoblanchiment, selon l'activiste Greta Thunberg.

Ce que contient le texte au final

Dans la déclaration finale, l'objectif de 1.5°C, 2°C maximum, est réaffirmé. Les Etats devront oeuvrer à une réduction de 45% de leurs émissions d'ici 2030 par rapport à 2010 et à une neutralité carbone d'ici 2050. Problème, la Chine et l'Arabie saoudite ne prévoient celles-ci que pour 2060, et l'Inde pour 2070.

Les Etats devront revenir dès l'année prochaine avec des ambitions plus élevées pour s'aligner avec les objectifs de l'Accord de Paris. Mais là aussi, des «circonstances nationales particulières» sont prévues dans le document final. «Le plus important est décalé» d'un an, déplore le WWF Suisse. (jah/ats)

C'est quoi la COP26?

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Des armes suisses pour l'Ukraine? La semaine où tout peut basculer
C'est au tour de la commission de politique de sécurité du Conseil des Etats de se prononcer sur la réexportation de matériel militaire suisse à l'Ukraine. Pressions allemandes. Les options du Conseil fédéral.

Avant de siéger vendredi à Berne, direction Bruxelles. Une délégation de la commission de politique de sécurité du Conseil des Etats s’est envolée lundi matin pour le plat pays. But du voyage: une série de rencontres au siège de l’Otan, la grande alliance militaire occidentale basée à proximité de la capitale belge. Le président du Parti libéral-radical et conseiller aux Etats argovien Thierry Burkart, joint par téléphone alors qu’il franchissait le contrôle des bagages à l'aéroport de Zurich, a eu le temps de dire que sa proposition relative à la réexportation de matériel militaire suisse sera débattue en fin de semaine par ladite commission, dont il est l’un des membres.

L’article