DE | FR

La plus grosse étude sur les glaciers est bien déprimante

Glaciers

Image: Shutterstock

On savait déjà que les masses de glace se portent mal. Une étude d'envergure mondiale nous apprend plein de nouvelles choses et montre que la situation est, si possible, encore pire.



L'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) a dirigé une étude hors-norme: avec l'aide d'un superordinateur, une équipe internationale a analysé tous les glaciers de la planète, soit environ 200 000. Spoiler alert: les choses vont mal.

En gros, les chercheurs ont découvert que les masses de glace reculent toujours plus vite, et ce presque partout dans le monde.

Quelques chiffres:

Les glaciers les plus touchés:

Les glaciers qui fondent le plus rapidement se trouvent en Alaska, en Islande et dans les Alpes. Ceux du Pamir, de l'Hindu Kush et de l'Himalaya sont également fortement touchés.

Ailleurs, ça va un peu mieux:

Les chercheurs ont aussi identifié des zones où les taux de fonte ont ralenti entre 2000 et 2019. Il s'agit de certains glaciers au Groenland, en Islande et en Scandinavie. Cette différence d'évolution a pour origine une anomalie météorologique dans l'Atlantique Nord qui a provoqué des précipitations plus importantes et des températures plus basses entre 2000 et 2019.

Finalement, que faut-il retenir de cet état des choses?

«Le monde doit vraiment agir maintenant pour éviter le pire scénario de changement climatique»

Daniel Farinotti, co-auteur de l'étude

(ats/asi)

Découvrez l'effet du changement climatique sur la planète

1 / 11
Découvrez l'effet du changement climatique sur la planète
source: google earth / google earth
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Pour en savoir plus sur l'actu écolo

Ô glacier, dis-moi si tu es rentable et tu seras choyé

Link zum Artikel

Une Suisse sans pesticides de synthèse. Mais pourquoi?

Link zum Artikel

Ça vous dirait d'être payés en billets (vraiment) verts?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

La planète a enregistré un record de chaleur en 2020

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) tire une fois de plus la sonnette d'alarme sur le réchauffement climatique. 2020 a été l'une des trois années les plus chaudes jamais observées. Explications.

La planète brûle et le Covid-19 n'y peut rien, selon le rapport annuel établi par l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Pour eux, «le ralentissement économique lié à la pandémie n'a réussi à freiner ni les moteurs ni l'intensification des effets du changement climatique». Le constat est donc alarmant.

Malgré le refroidissement dû à la Niña (explications ci-dessous), la température moyenne à la surface du globe a dépassé de 1,2 °C celle de l’époque préindustrielle (période …

Lire l’article
Link zum Artikel