DE | FR
Analyse

Les masques FFP2 protègent 70 fois plus, faut-il se ruer dessus?

Les masques FFP2 protégeraient jusqu'à 70 fois plus que les masques chirurgicaux classiques, selon une étude relayée par la Task Force. Alors, faut-il courir en acheter et le porter en permanence?
06.01.2022, 16:2706.01.2022, 17:36
Suivez-moi
Suivez-moi

Masque FFP2 ou masque chirurgical? Telle est (l'une) des questions récurrentes de la pandémie. Dans son dernier rapport publié mercredi, la task force scientifique de la Confédération, elle, a fait son choix: les masques FFP2. Selon une étude réalisée en laboratoire, ils réduisent le risque de contamination au Covid jusqu'à 70 fois.

Quels sont les avantages des FFP2?

Le risque de transmission en l'espace de 20 minutes dans une situation d'exposition donnée s'élève à:

  • 90% quand il n'y a pas de masque.
  • 10% avec des masques médicaux correctement portés.
  • 0,14% avec des masques FFP2 correctement portés.

Le virologue Didier Trono confirme:

«Ils protègent beaucoup mieux, d'ailleurs les collaborateurs de mon laboratoire en portent tous»

Le spécialiste affirme qu'ils sont également plus agréables à l'usage même si, de par leur matière, ils peuvent rendre la respiration plus difficile. «Ils peuvent donner un sentiment plus oppressant que le masque chirurgical», observe-t-il. Les FFP2 sont donc particulièrement indiqués dans les situations où l'activité physique est nulle ou légère.

Autre avantage de ces masques, selon Didier Trono, grâce à leur forme plus ample sous le menton et à leur barrette en métal sur le nez, ils sont plus compliqués à «mal porter».

Faut-il courir en acheter?

Pour le virologue de l'EPFL aucun doute, porter un masque FFP2 est une bonne idée. «Notamment dans certaines situations, comme dans une foule ou dans les transports publics, où on sait qu'il y a davantage de risques», précise-t-il. Faut-il pour autant se ruer dans les magasins en acheter?

«Je ne sais pas quels sont les stocks, mais il faut faire attention à ce qu'ils ne viennent pas à manquer à ceux qui en ont vraiment besoin comme les soignants»
Didier Trono, virologue à l'EPFL

Dans ce cas-là, l'usage généralisé du FFP2 se transformerait vite en «fausse bonne idée», selon l'expert. Pour économiser les masques, Didier Trono suggère de les utiliser plusieurs fois. «Si vous le portez seulement dans les transports publics, vous pouvez le garder et le remettre au retour, par exemple.»

Comment bien porter son masque?

Evidemment, on ne le rappellera jamais assez: les masques sont efficaces à la condition d'être «bien portés».

Alors, pour rappel:

  • Avant et après avoir touché, enfilé et retiré son masque, il faut se laver (ou au moins se désinfecter) les mains.
  • Pour mettre et enlever son masque, il faut utiliser les lanières.
  • Le masque doit être bien ajusté à la taille du visage. Pour vérifier son étanchéité, on peut inspirer: le masque doit s’écraser légèrement sur le visage. S'il ne se plaque pas, c’est qu’il n’est pas étanche et il faut le réajuster.
  • Il ne faut pas le toucher quand il est porté.
  • Un masque FFP2 peut être porté un peu plus longtemps qu'un masque chirurgical (entre trois et huit heures).
  • Le masque FFP2 n'est pas réutilisable et n'est pas conçu pour être lavé.

Et si vous n'avez pas de masques du tout, faites comme elle... ou pas.

Plus de Covid? En veux-tu en voilà

Tanja Stadler: «Il est trop tôt pour dire si nous nous ferons vacciner régulièrement»

Link zum Artikel

«On pourra se détendre mi-avril»: ce virologue se montre optimiste sur Omicron

Link zum Artikel

Taxis et cafés genevois exemptés de taxe ++ 100 000 cas quotidiens en Russie

Link zum Artikel

Les vaccinés à bout envers les non-vaccinés? «Il y a un grand malaise»

Link zum Artikel
L'Australie investit un milliard protéger la grande barrière de corail
Un milliard de dollars (650 millions de francs) va être investi sur neuf ans pour éviter que le récif corallien ne soit inscrit sur la liste des sites en péril par l'Unesco.

L'Australie a dévoilé vendredi un programme d'un milliard de dollars australiens pour protéger la grande barrière de corail, fortement détériorée par le changement climatique. L'Unesco menace de retirer cet écosystème unique de la liste du patrimoine mondial.

L’article