larges éclaircies
DE | FR
International
Syrie

Le bilan grimpe à 94 morts après un naufrage au large de la Syrie

Le bilan grimpe à 94 morts après un naufrage au large de la Syrie

Dix-sept nouveaux corps ont été repêchés samedi portant à 94 le nombre de cadavres récupérés depuis le naufrage jeudi au large des côtes syriennes d'un bateau transportant des migrants en partance du Liban, selon les médias officiels syriens.
25.09.2022, 09:4626.09.2022, 06:44
Syrie: plus de 60 morts après le naufrage du bateau à Tartous
94 personnes sont morts lors d'un naufrage au large de la Syrie samedi. Image: capture d'écran twitter

«Le nombre de victimes du bateau qui a coulé au large de Tartous s'élève désormais à 94», a indiqué la télévision d'Etat syrienne samedi soir, alors que 20 personnes ont été jusqu'à présent secourues. Dix enfants figurent parmi les naufragés, a de son côté affirmé samedi le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef).

«Quatorze personnes se trouvent à l'hôpital Al-Basel, dont deux en soins intensifs», a déclaré Iskandar Ammar, un responsable de cet hôpital Al-Basel de la ville syrienne de Tartous (ouest), cité par l'agence de presse Sana. Les recherches se poursuivent pour tenter de retrouver d'éventuels survivants, plusieurs personnes étant toujours portées disparues.

Selon les autorités syriennes, environ 150 personnes, principalement des Libanais et des réfugiés syriens et palestiniens, se trouvaient à bord du petit bateau qui a fait naufrage au large de la ville portuaire de Tartous, à une cinquantaine de km au nord de la ville libanaise de Tripoli d'où était partie l'embarcation. L'armée libanaise a fait état de l'arrestation d'un Libanais qui «a admis avoir organisé» ce périple «qui devait s'achever en Italie par voie maritime».

Le plus meurtrier

Il s'agit du naufrage le plus meurtrier survenu ces dernières années entre la Syrie, ravagée par plus de 11 ans de conflit, et le Liban, qui traverse selon la Banque mondiale une des pires crises économiques au niveau mondial depuis 1850.

De nombreux passagers libanais du bateau sont originaires de régions pauvres du nord du pays, notamment de la ville de Tripoli, devenue une plaque tournante de l'immigration illégale en Méditerranée, notamment pour les réfugiés syriens, mais aussi de plus en plus de Libanais.

Améliorer les conditions

Vendredi, le Haut Commissaire des Nations unies pour les Réfugiés, Filippo Grandi, a déploré «une nouvelle tragédie déchirante», appelant la communauté internationale à venir en aide pour «améliorer les conditions des personnes forcées de fuir leur pays, ainsi que celles des communautés qui les accueillent».

«Nous devons faire davantage pour (...) aider les Libanais et les autres peuples de la région à surmonter le sentiment de désespoir.»
Philippe Lazzarini, commissaire général de l'agence de l'ONU responsable de l'aide aux réfugiés palestiniens (Unrwa)

«Ceux qui embarquent dans ces bateaux de fortune (...) risquent leur vie en quête de dignité», a pour sa part indiqué Philippe Lazzarini, commissaire général de l'agence de l'ONU responsable de l'aide aux réfugiés palestiniens (Unrwa). «Nous devons faire davantage pour (...) aider les Libanais et les autres peuples de la région à surmonter le sentiment de désespoir.» (ats/myrt)

230 cétacés s'échouent sur une plage en Australie

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
San Francisco veut des robots policiers avec un «permis de tuer»
Les robots peuvent-ils être utilisés pour tuer des êtres humains? C'est précisément la question dont débat actuellement le conseil d'administration de la ville de San Francisco. Le département de la police est d'avis que oui.

Des robots qui tuent des humains. Cela provoque une vision d'horreur digne d'un film de science-fiction comme Terminator. Dans la grande ville américaine de San Francisco (Californie), ce scénario pourrait bientôt devenir réalité. Le San Francisco Police Department (SFPD) a déposé une demande auprès du conseil de surveillance compétent qui, une fois acceptée, permettrait de faire tuer des suspects par des robots. C'est ce qu'a rapporté le journal britannique Guardian.

L’article