DE | FR

A Taïwan, 154 chats tués, du chagrin et un tollé

Un chaton quelques heures avant son euthanasie, ce samedi 21 août.
Un chaton quelques heures avant son euthanasie, ce samedi 21 août. Image: Twitter / Taïwan News
A Taïwan, 154 chats découverts dans un navire de contrebande ont été euthanasiés par les autorités. La décision a créé une vague d'indignation sur les réseaux.
23.08.2021, 16:2823.08.2021, 17:36

La nouvelle a fendu le coeur des Taïwanais. Samedi, les autorités du pays ont tués 154 chats. Ceux-ci ont été trouvés samedi dans un navire de pêche en provenance de Chine, lors d'une tentative de contrebande.

Risque de maladies

Les félins ont été euthanasiés en raison de leur origine inconnue et parce qu'ils présentaient «un risque pour la biosécurité», rapporte le Guardian. Certains étaient d'une race rare, comme les British Shorthair ou les Ragdoll, précise Ouest France. On estimait leur valeur à 10 millions de dollars néo-taïwanais, soit plus de 350 000 dollars américains.

Sur les réseaux et dans les organisations de défense des animaux, ça a été le tollé. Les internautes se sont notamment demandé pourquoi les chats n'auraient pas pu être mis en quarantaine ou traités. Des appels à modifier la législation et à alourdir les sanctions ont aussi été formulés.

La loi pourrait changer

La présidente de Taïwan, Tsai Ing-Wen, elle-même «maman» de deux chats qu'elle poste volontiers sur les réseaux, s'est exprimée.

Elle a affirmé être attristée par l'euthanasie des 154 animaux, mais que les contrebandiers étaient les premiers fautifs et qu'il fallait empêcher l'importation de maladies. La présidente a ajouté que la loi pourrait être amendée pour permettre des approches plus humaines. (ASe)

Affligé par l'état du monde? Cette vidéo pourrait vous parler...

Vidéo: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La République démocratique du Congo met aux enchères ses forêts tropicales
Elle est le dernier bastion des gorilles de montagne, l'habitat des okapis et l'un des principaux réservoirs de CO₂ dans la lutte contre le changement climatique, mais aujourd'hui la forêt tropicale du bassin du Congo est menacée.

Une partie de la forêt tropicale doit disparaître pour permettre aux investisseurs internationaux d'exploiter le pétrole et le gaz naturel en République démocratique du Congo.

L’article