DE | FR

Les Etats-Unis deviennent plus sévères avec la reconnaissance faciale

Hoan Ton-That, PDG de Clearview AI, fait une démonstration du logiciel de reconnaissance faciale de sa société en utilisant une photo de lui-même à New York.
Hoan Ton-That, PDG de Clearview AI, fait une démonstration du logiciel de reconnaissance faciale de sa société en utilisant une photo de lui-même à New York.Image: sda
Ce tour de vis américain représente une victoire majeure pour l'association de défense des droits civiques ACLU.
10.05.2022, 04:3610.05.2022, 06:40

Clearview AI, une start-up spécialisée dans les technologies controversées de reconnaissance faciale, a accepté de ne plus vendre ses bases de données biométriques à des entreprises aux Etats-Unis.

ACLU et d'autres organisations avaient lancé une action en justice contre Clearview AI, il y a deux ans, pour non-respect d'une loi de l'Illinois sur la confidentialité des données biométriques. Cette loi interdit de partager des données de reconnaissance du visage ou de l'iris, ou des empreintes digitales, par exemple, sans la permission des personnes concernées.

L'accord annoncé lundi, qui doit être approuvé par le tribunal, stipule que Clearview AI ne peut plus rendre accessible sa base de données de visages à la plupart des entités privées aux Etats-Unis. Elle peut continuer à coopérer avec les autorités (sauf dans l'Illinois pendant cinq ans).

«Grande victoire»

«Clearview ne peut plus traiter les identifiants biométriques uniques des gens comme une source de profits, sans restriction», s'est félicité Nathan Freed Wessler, un directeur adjoint d'ACLU.

Il espère que d'autres sociétés potentiellement concernées vont réagir en conséquence. «Cet accord montre que des lois fortes sur la confidentialité peuvent apporter des protections réelles contre les abus», a-t-il ajouté, en référence à l'absence de loi nationale sur le respect de la vie privée sur internet aux Etats-Unis.

«Clearview ne tenait pas compte du fait que les informations biométriques peuvent être utilisées pour mettre en danger et menacer les vies des survivants de violence domestiques et d'agressions sexuelles»
Linda Xóchitl Tortolero, présidente d'Acción, une association de Chicago

Procédures en Europe

Clearview AI, financée notamment par l'un des premiers investisseurs de Facebook, Peter Thiel, dispose d'une base de données comportant plus de 10 milliards de visages, récoltés en ligne, qui alimentent son logiciel d'identification.

Et d'après le Washington Post, la start-up californienne a indiqué à ses investisseurs être bien partie pour avoir plus de 100 milliards de photos dans sa base d'ici à l'année prochaine.

Plusieurs procédures sont en cours contre l'entreprise dans des pays européens. L'Autorité italienne de protection des données personnelles lui a infligé une amende de 20 millions d'euros, en mars dernier, pour avoir instauré la «surveillance biométrique de personnes se trouvant sur le territoire italien».

Dans son communiqué, l'Autorité a précisé avoir «ordonné à la société d'effacer les données relatives à des personnes se trouvant en Italie». (ats/jch)

Un peu d'humour avec World of watson: si on était honnêtes au premier date Tinder

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ce soldat japonais a vécu 30 ans dans la jungle et ça a inspiré un film
Hirō Onoda fait partie de ces soldats japonais oubliés de la Seconde Guerre mondiale. Pendant près de 30 ans, il est resté caché sur une île jusqu'à ce que quelqu'un le retrouve. Voici son histoire.

En décembre 1944, au cours des derniers mois de la Seconde Guerre mondiale, un lieutenant de l'armée japonaise nommé Hirō Onoda a été transféré sur la petite île de Lubang située dans l'archipel des Philippines afin de combattre les Américains. Sa mission: se rendre derrière les lignes ennemies avec un petit groupe de soldats et y récolter des informations.

L’article