DE | FR

Les Russes ne pourront plus conduire ces marques jusqu'à nouvel ordre

L'assemblage d'une voiture à l'usine Toyota de Nagoya, au Japon. Le constructeur a annoncé la suspension de sa production et de ses ventes vers la Russie.
L'assemblage d'une voiture à l'usine Toyota de Nagoya, au Japon. Le constructeur a annoncé la suspension de sa production et de ses ventes vers la Russie.Image: sda
Plusieurs géants automobiles ont annoncé la suspension de leur production ou l'arrêt de leur exportation en Russie.
03.03.2022, 08:5103.03.2022, 11:20

Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine le 24 février, plusieurs groupes automobiles allemands et occidentaux ont déjà annoncé leur retrait du marché russe.

Toyota suspend tout

Le géant automobile mondial Toyota a annoncé jeudi la suspension «jusqu'à nouvel ordre» de sa production en Russie à partir de vendredi. La marque va également suspendre ses importations dans en Russie.

Son usine de Saint-Pétersbourg a produit 80 000 véhicules l'an dernier, essentiellement pour le marché local, et emploie «environ 2600 personnes», a précisé à l'AFP une porte-parole de Toyota, dont les ventes en Russie sont marginales à l'échelle du groupe.

Le constructeur invoque des «perturbations de la chaîne d'approvisionnement». Lesquelles sont liées à l'invasion de l'Ukraine par Moscou et aux sanctions internationales qui se sont abattues depuis sur la Russie, a confirmé cette porte-parole.

Toyota a déclaré dans son communiqué «suivre les développements en cours en Ukraine avec une grande inquiétude pour la sécurité de la population ukrainienne» et «espérer un retour à la paix le plus rapidement possible».

Mazda et Honda ont suivi le mouvement

D'autres constructeurs automobiles nippons ont également suspendu ou réduit leurs activités en Russie, bien que leur exposition à ce marché soit limitée.

Mazda va ainsi cesser d'envoyer des pièces à son usine de Vladivostok, dans l'Extrême-Orient russe, qu'il exploite avec la société automobile locale Sollers. «La situation change de jour en jour et les incertitudes et les risques pour notre activité augmentent», a justifié un porte-parole du groupe jeudi auprès de l'AFP. Mazda a vendu l'an dernier 29 000 véhicules en Russie via sa coentreprise avec Sollers, a-t-il précisé.

«Toutes les exportations de produits de Honda vers la Russie ont été suspendues jusqu'à nouvel ordre», a déclaré à l'AFP une porte-parole de cet autre constructeur japonais, en invoquant les «défis» posés par la logistique et les sanctions financières internationales contre Moscou. Mais Honda a exporté à peine 3000 voitures et deux-roues l'an dernier vers ce pays, où il n'a pas d'usine.

Mitsubishi n'exclut pas de suspendre ses ventes

En fonction de l'évolution des approvisionnements et de l'impact des sanctions contre la Russie, Mitsubishi Motors, qui exploite une usine près de Moscou avec le géant franco-italo-américain Stellantis, n'exclut pas de suspendre sa production et ses ventes dans le pays, où il a vendu l'an dernier 21 000 véhicules, a signalé jeudi à l'AFP un porte-parole de la marque.

Une porte-parole de Nissan, qui dispose lui d'une usine à Saint-Pétersbourg ayant produit 45 000 véhicules en 2021, a indiqué jeudi à l'AFP que la production sur place continuait pour le moment.

Mercedes-Benz arrête provisoirement

Le constructeur allemand Mercedes-Benz avait déjà annoncé mardi un arrêt provisoire de ses exportations vers la Russie «en raison de la situation géopolitique actuelle». Jeudi, il a décidé officiellement de stopper ses exportations et de suspendre leur fabrication dans le pays.

«Mercedes-Benz va suspendre jusqu'à nouvel ordre les exportations de voitures particulières et de monospaces vers la Russie ainsi que la fabrication locale en Russie», a déclaré mercredi l'entreprise dans un communiqué.

Daimler Truck et Ford également

Le plus grand constructeur de camions au monde, Daimler Truck, a en outre mis fin à sa collaboration avec le constructeur automobile russe Kamaz - ce dernier fabrique également des chars.

Le constructeur américain Ford a aussi annoncé mardi cesser ses activités avec son partenaire en Russie. (mbr/ats)

L'opération militaire russe en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Les diplomates de l'ONU quittent la salle lors d'un discours du ministre russe

Plus d'articles sur la guerre en Ukraine

La Bourse de Moscou n'a pas résisté aux sanctions économiques occidentales

Link zum Artikel

Russie-Ukraine: Twitter relâche la pression avec des blagues (si, si)

Link zum Artikel

Les avoirs financiers de Poutine suscitent les thèses les plus folles

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les 100 personnalités du Time sont connues: voici les 10 qui nous ont marqué
Le magazine Time vient de révéler son (très) fameux classement des 100 personnalités les plus influentes de l'année. Si vous avez la flemme de le parcourir mais que vous avez besoin d'une anecdote à raconter lors de votre prochain barbecue, voici l'essentiel à retenir.

C'est LA LISTE. Non, pas celle des invités à votre «garden-party» cet été. Cette liste, c'est celle établie chaque année par le prestigieux Time Magazine et qui désigne en toute subjectivité les 100 personnes les plus influentes de l'univers: politiciens, acteurs, artistes, sportifs, prix Nobel (ou... autres). Un classement forcément très attendu par les amateurs de mondanités et de la jet-set. watson s'est penché dessus, et voici ce qui nous a surpris... ou pas.

L’article