ciel couvert
DE | FR
International
ukraine

A quoi servent les «dents de dragon» de la ligne Wagner?

Voici à quoi servent les «dents de dragon» des mercenaires de Poutine

epa10186101 Ukrainian servicemen ride past atop a tank in the reclaimed city of Izyum, Ukraine, 15 September 2022. The Ukrainian army pushed Russian troops from occupied territory in the northeast of  ...
Les «dents de dragon» sont censées entraver l'avancée des blindés ukrainiens.Image: sda
L'armée russe fortifie ses lignes dans les zones occupées à l'aide de blocs de béton pyramidaux, appelés «dents de dragon». Un dispositif qui peut être très efficace, explique un expert, mais sous certaines conditions.
10.11.2022, 06:0611.11.2022, 23:43
Suivez-moi
Plus de «International»

Des «dents de dragon» ont commencé à pousser dans les zones occupées d'Ukraine. Ce nom quelque peu imagé désigne un système de défense antichar constitué de plusieurs blocs pyramidaux en béton, disposés en rangées: les «dents». Leur objectif? Entraver l'avancée des engins motorisés ennemis.

Ces blocs sont apparus, pour la première fois, dans les régions de Lougansk et de Donetsk, en octobre. Le groupe paramilitaire Wagner avait alors annoncé vouloir bâtir un ruban défensif d'environ 200 kilomètres, prétendument infranchissable pour les blindés ukrainiens. Cette «ligne Wagner» est constituée de deux doubles rangées de dents de dragon, complétées par une tranchée profonde. Plusieurs tronçons ont déjà été mis sur pied.

Voici à quoi ressemble la «ligne Wagner»:

Vidéo: twitter

Cette situation serait en train de se généraliser. «La Russie fortifie ses lignes dans toutes les zones d'occupation», écrit mardi le Ministère de la Défense britannique dans son rapport quotidien. Les troupes d'occupation ont commencé à dresser des dents de dragon autour de la ville de Marioupol et s'apprêtent à faire de même dans les régions de Kherson et Zaporijia. Dans la plupart de cas, il s'agit de zones qui se trouvent loin de la ligne du front.

Une offensive russe ne devrait pas tarder

Qu'est-ce que cette activité signifie? «La doctrine de l'armée russe met en avant l'offensive», commente Alexandre Vautravers, rédacteur en chef de la Revue militaire suisse. Et d'ajouter:

«Cet important effort mis dans la construction d'ouvrages défensifs montre que quelque chose ne joue pas entre la théorie et la réalité»
Alexandre Vautravers

Le spécialiste tient pourtant à préciser: «Cela ne veut pas dire que les Russes veulent stabiliser la ligne du front. Ces lignes défensives servent plutôt à dégager des troupes nécessaires à relancer une offensive à venir, que le président Vladimir Poutine a d'ores et déjà annoncée».

Dans l'immédiat, ces structures sont censées prévenir toute avancée rapide de l'Ukraine en cas de percée, comme l'indiquent les autorités britanniques. Une chaîne de télévision pro-Kremlin a par ailleurs affirmé que la «ligne Wagner» était capable de contenir l'assaut de l'ennemi, «même s'il était dix fois supérieur en nombre». Est-ce bien le cas?

Une question de doctrine

Pour illustrer l'efficacité d'un tel dispositif, Alexandre Vautravers avance un exemple très parlant, relatif à la guerre du Golfe: «En 1991, l'armée américaine considérait qu'il fallait 24 heures à une brigade blindée de 4000 à 6000 soldats pour ouvrir deux brèches de quatre mètres de large dans une ligne de défense irakienne ou russe».

Ça, pourtant, c'est la situation idéale. Car l'efficacité d'une ligne de défense est une question complexe, poursuit le spécialiste: «Ses caractéristiques techniques ont une importance relative: ce qui compte est la doctrine utilisée. Autrement dit, les objets ont des qualités propres, mais ils doivent être intégrés dans un dispositif plus large».

Im September 1940 waehrend dem Zweiten Weltkrieg sind als Massnahme der Schweizer Landesverteidigung Panzersperren errichtet worden, die sich jetzt in einem langen Band durch die offene Ebene ziehen.  ...
Des dents de dragon érigées en Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale.Image: PHOTOPRESS-ARCHIV

Prenons l'exemple de la fameuse dent de dragon. «A elle seule», explique Alexandre Vautravers, «elle n'a pas une valeur de retardement très importante, tout comme un ravin ou une rivière. Elle peut être surmontée ou détruite».

«Mais si ce même bloc est adossé à un ruisseau, entouré de postes d'observation, de mines, de positions d'artillerie, son potentiel de retardement va grandir», poursuit-il:

«Plus on ajoute d'éléments, plus la ligne sera difficile à franchir»

Jusqu'à 5 kilomètres de profondeur

L'expert rappelle qu'une seule ligne ne suffit pas. «Il faut en avoir plusieurs devant et derrière la ligne principale. Elles permettent de canaliser et de ralentir l'adversaire, ou de le stopper s'il arrive à franchir l'obstacle principal». Et les Russes le savent très bien:

«La doctrine russe, celle que l'on trouve dans les manuels de l'armée, prévoit une ligne de défense qui fait trois à cinq kilomètres de profondeur. A l'avant et à l'arrière, il doit y avoir une zone d'une dizaine de kilomètres de terrain renforcé d'obstacles de différents types.»
Alexandre Vautravers

Avec sa double rangée de dents de dragon, la «ligne Wagner» apparaît donc bien mince, du moins pour l'instant. Et les choses vont difficilement changer. «On sait que les Russes disposent de très peu de matériel technique de génie. Beaucoup de ce matériel a été perdu lors des premières heures du conflit. Il s'agit d'une cible prioritaire et les défenseurs le savent», commente Alexandre Vautravers. Autre difficulté: ces équipements doivent également se trouver au bon endroit et au bon moment.

«Cette situation va compliquer la construction de lignes défensives, un processus qui est de toute manière long et complexe»
Alexandre Vautravers

Il y a une autre difficulté. Dans le cadre de leur dernière aide militaire, les Etats-Unis vont livrer à l'Ukraine des armes très efficaces contre ce type de structure. «Elles se présentent sous la forme d'un cordon d’explosif, capable de se déployer sur une centaine de mètres. Il produit une explosion terrible qui détruit la plupart des obstacles», conclut l'expert militaire.

Plus d'images de véhicules russes détruits en Ukraine
1 / 13
Plus d'images de véhicules russes détruits en Ukraine
Une partie d'un char russe endommagé dans le village de Mala Rohan, près de Kharkiv, en Ukraine, le 13 mai 2022.
source: sda / sergey kozlov
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Israël pourrait cesser de bombarder Gaza pendant le ramadan
Le Hamas réclame depuis des semaines un cessez-le-feu complet avant tout accord sur la libération des otages. Washington y croit.

Le président américain Joe Biden a affirmé qu'Israël avait accepté de cesser ses opérations militaires à Gaza pendant le ramadan. Le but est notamment de permettre la libération de tous les otages du Hamas. En attendant, le carnage continue à Gaza.

L’article