International
ukraine

Ukraine: ce facteur «ennuyeux» décidera de la victoire

L'Ukraine choisit pour ses attaques des positions qui ont une importance logistique, selon Phillips O'Brien, historien militaire.
L'Ukraine choisit pour ses attaques des positions qui ont une importance logistique, selon Phillips O'Brien, historien militaire.Image: shutterstock

Ce facteur «profondément ennuyeux» décidera de la victoire en Ukraine

Poutine se laisse éblouir par des systèmes d'armes sophistiqués, explique un historien militaire. Zelensky, en revanche, sait faire de la logistique.
03.02.2023, 05:5203.02.2023, 06:04
Niklaus Vontobel / ch media
Plus de «International»

Avant qu'un soldat puisse combattre sur le front, d'énormes réseaux doivent être mis en place. Il faut des ingénieurs et des logisticiens, des usines et des dépôts, des routes et des rails, des trains et des camions. Enfin, derrière chaque soldat se trouvent des économies nationales entières.

A dog stands near Russian tanks damaged in recent fighting, near the recently retaken village of Kamianka, Kharkiv region, Ukraine, Sunday, Oct. 30, 2022.(AP Photo/Efrem Lukatsky)
Bataille de matériel: les guerres consomment d'énormes quantités de ressources.image: keystone

Il s'agit de la partie dissimulée de la guerre, dans l'ombre des grandes batailles. Mais cela détermine leur issue bien avant que le premier coup de feu ne soit tiré.

>> Suivez les développements de la guerre dans notre direct <<

C'est la théorie de Phillips O'Brien, historien militaire à l'université écossaise de St Andrews. Avant le début de la guerre, il affirmait que la Russie était surestimée, alors que la plupart des experts s'attendaient à une victoire rapide. Aujourd'hui, il affirme que «l'Ukraine va gagner».

Il estime que sa théorie est «profondément ennuyeuse à bien des égards» et l'intitule «boring wars» (guerres ennuyeuses). Selon lui, il y a beaucoup à apprendre de la recherche sur le management et les organisations. Car il s'agit de mettre en place, d'entretenir et de piloter des réseaux logistiques complexes. Celui qui ne sait pas le faire perd.

Le courage ou la lâcheté des soldats ne l'intéressent guère, pas plus que l'issue de certaines batailles. Cela pourrait éventuellement servir à des drames captivants.

«mais cela ne dit rien de valable sur les raisons pour lesquelles les guerres sont gagnées ou perdues»
Phillips O'Brien, historien militaire à l'université écossaise de St Andrews

Pas de superpuissance logistique

Avant la guerre, la Russie disposait par exemple d'un nombre énorme de soldats, de chars, de véhicules blindés et d'avions. Et par-dessus le marché, de nombreux systèmes d'armes «flashy» et glamour.

Mais en matière de logistique, la Russie n'est pas une superpuissance, jugeait O'Brien avant la guerre. Elle n'avait pas assez de camions pour acheminer ses armes jusqu'au front.

Très vite, il est apparu que la Russie n'avait pas de pneus dignes de ce nom. Elle avait des produits bon marché qu'elle n'entretenait pas correctement. Elle a ainsi perdu certaines de ses armes les plus chères dans la boue ukrainienne.

Le président russe Vladimir Poutine aurait succombé à la même tentation que de nombreux autocrates: acheter des armes cool, avec lesquelles il est facile de faire impression lors des défilés. Mais il a négligé la logistique, car c'est trop peu grandiose.

epa10413817 Russian President Vladimir Putin looks on during his visit to the JSC North-Western Regional Center of the Almaz-Antey Concern-Obukhov plant, on the 80th anniversary of the Leningrad siege ...
Poutine, en discussion avec les employés d'une usine, ne dirige pas une superpuissance logistique.image: keystone

Il y avait un exemple parfait de l'échec russe en matière de logistique: le fameux long train de véhicules qui s'était élancé sur une seule route pour conquérir Kiev.

Les soldats ukrainiens n'ont eu qu'à faire sauter les wagons de tête et de queue pour que le long train reste bloqué. L'Union soviétique avait déjà montré de telles faiblesses lors de sa défaite en Afghanistan dans les années 1980.

Peu de chars de combat produits

Pour acheminer des munitions et des armes à travers les réseaux logistiques et finalement sur les champs de bataille, il faut d'abord les produire. C'est pourquoi le pouvoir économique est également déterminant pour les guerres. Il peut à son tour être mesuré à l'aide du produit intérieur brut.

La Russie a environ la dixième plus grande économie du monde, plus grande que l'Espagne, un peu plus petite que le Canada. Par rapport aux Etats-Unis et à l'Union européenne, elle fait donc plutôt figure de nain.

Ces ordres de grandeur économiques montrent clairement que la Russie sera fortement acculée si les Etats-Unis et l'Union européenne soutiennent tous deux l'Ukraine en lui fournissant des armes et des munitions.

Et la taille de l'économie nationale russe provient surtout des matières premières: pétrole, gaz ou céréales. Mais le pays a du mal à se lancer dans la haute technologie et dépend fortement de l'étranger.

Avant la guerre, on ne produisait que 200 chars de combat par an. Les sanctions occidentales devraient empêcher toute augmentation. Il y aurait pourtant un besoin urgent de ravitaillement. Entre 1600 et 3100 chars ont été détruits pendant la guerre, selon les estimations. Des soldats russes ont été aperçus dans des véhicules vieux de plusieurs décennies, dont certains dataient encore de l'ère soviétique.

Zelensky sait faire de la logistique

En revanche, l'Ukraine sait gérer sa logistique, selon O'Brien. Elle n'attaque pas directement les positions russes sur le front. Elle bombarde d'abord systématiquement leurs liaisons avec l'arrière-pays: armes, munitions ou nourriture. Une fois l'adversaire affaibli, elle l'attaque.

Cette guerre a été rendue possible grâce aux Himars: des lance-roquettes livrés par les Etats-Unis, qui atteignent leur cible avec précision à 80 kilomètres de distance. L'Ukraine a ainsi endommagé un pont sur le fleuve Dniepr de telle sorte qu'il ne s'est pas effondré, mais qu'il ne pouvait plus supporter de véhicules lourds.

epa10400170 Ukrainian President Volodymyr Zelensky during a joint press conference with Lithuanian President Gitanas Nauseda and Polish President Andrzej Duda (not pictured) after their meeting in the ...
Volodymyr Zelensky a un œil sur la logistique adverse.image: keystone

L'Ukraine choisit pour ses attaques des positions qui ont une importance logistique. Elle tente actuellement de reconquérir la région autour de la petite ville de Kreminna, car un important nœud de communication s'y trouve. Si elle le contrôle, elle peut couper la principale ligne d'approvisionnement russe dans l'oblast de Louhansk. La position russe dans cette région s'effondrerait.

Cette pensée vient du président. Dans un discours cette semaine, Volodymyr Zelensky a déclaré:

«Nous travaillons jour et nuit pour réduire le potentiel de l'ennemi: nous lui enlevons ses camps, ses quartiers généraux et ses moyens de communication»

O'Brien traduit sur Twitter ce que Zelensky dit en substance: «Logistique, logistique, logistique.»

Des vagues humaines

En Russie, l'agenda politique dicte l'action militaire. Poutine a besoin d'une victoire, n'importe laquelle. Ses troupes attaquent donc deux petites villes qui n'ont guère de valeur stratégique. Une fois conquises, il ne se passe presque rien. Aucune liaison logistique n'est coupée. Il n'y a pas d'autre avancée rapide, car les soldats doivent charger à pied.

Lors de ces attaques, la stratégie russe se révèle particulièrement cynique et inhumaine. Les soldats, souvent recrutés dans les prisons, doivent foncer comme des vagues humaines sur les positions ukrainiennes. Ils sont certes soutenus par l'artillerie, mais le calcul est le suivant: les Ukrainiens se voient proposer plus de cibles qu'ils ne peuvent en abattre. A la fin de telles attaques, le sol est recouvert de cadavres.

Les critiques objectent que la puissance économique des pays de l'Otan n'aidera guère l'Ukraine si les armes ne sont pas réellement livrées. La Russie oriente de plus en plus son économie vers la guerre, ce que les pays de l'Otan sont loin de faire.

L'historien militaire O'Brien s'aventure peut-être un peu loin de son domaine de prédilection lorsqu'il veut répondre à la question politique: quelle est la durabilité du soutien occidental à l'Ukraine? Les armes nécessaires sont-elles fournies?

C'est probablement la raison pour laquelle O'Brien suit de près les déclarations de l'Occident et les armes transmises. L'Occident fournit toujours plus d'armes et celles-ci ont tendance à être plus puissantes. Les chars sont la dernière augmentation qui semblait impensable il y a peu.

Selon lui, certaines choses sont plus importantes: il s'agirait d'augmenter la portée des lanceurs de missiles. Cela permettrait à l'Ukraine d'atteindre les lignes logistiques et les dépôts d'armes que la Russie a déplacés plus loin des Himars, mais toujours en Ukraine. De vastes pans de la logistique russe s'effondreraient.

Le gouvernement américain de Joe Biden a jusqu'à présent rejeté cette idée. Il craignait une nouvelle escalade si l'Ukraine menait par exemple des frappes contre la Crimée, que Poutine a déclarée «terre sacrée de la Russie». Mais désormais Biden avance, selon le New York Times. O'Brien le commente ainsi:

«Nous arrivons au but - douloureusement lentement»
Phillips O'Brien

(aargauerzeitung.ch/traduction par sas)

Voici le Challenger 2, le char anglais envoyé en Ukraine
1 / 9
Voici le Challenger 2, le char anglais envoyé en Ukraine
source: uk ministry of defence
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Poutine a fait une erreur de calcul qui va lui coûter cher
Après s'être détaché du marché européen du gaz, Vladimir Poutine voulait vendre ses matières premières en Asie. Mais le plan ne fonctionne pas et Gazprom se retrouve en pleine crise. Cela a des conséquences sur le trésor de guerre russe.

Voici le slogan du géant du gaz russe Gazprom:

L’article