DE | FR

Pour vaincre l'Ukraine, les Russes utilisent une technique «moyenâgeuse»

La ville de Kharkiv est assiégée depuis des semaines.
La ville de Kharkiv est assiégée depuis des semaines.Image: sda
Armes interdites, victimes civiles, accès aux services de base limité: la stratégie d'assiègement que les Russes déploient en Ukraine est particulièrement sanglante, dénonce Amnesty International. Si des alternatives existent, le siège d'une ville est toujours problématique sur le plan du droit de la guerre, estime un expert.
04.04.2022, 05:4805.04.2022, 10:23
Suivez-moi

Depuis plusieurs semaines déjà, l'armée russe assiège de nombreuses villes ukrainiennes. Bien qu'elle ne soit pas encore parvenue à prendre le contrôle d'un grand centre, ses frappes se poursuivent et cela provoque des «dégâts absolument désastreux». C'est ce qu'affirme vendredi Amnesty International, qui, pour la première fois, a vérifié de manière indépendante les preuves matérielles attestant de l’utilisation d’armes interdites.

Nul doute qu’Amnesty va à présent se pencher aussi sur le massacre de Boutcha, révélé ce week-end et attribué par l’Ukraine aux Russes.

Au-delà de cette dernière tuerie, l'ONG a recueilli des témoignages qui permettent de rendre compte de la stratégie d’assiègement menée par les Russes dans cinq villes, dont Marioupol, Kharkiv et Izioum. Elle se résume ainsi:

  • Les troupes russes encerclent la ville.
  • Elles tirent «à répétition» sur des «zones densément peuplées», en utilisant des «armes imprécises à large champ d'action», comme les bombes à sous-munitions, les bombes gravitaires non guidées et les salves de lance-roquettes multiples.
  • En outre, les assaillants cherchent à restreindre l'accès aux «services de base», à la nourriture, aux médicaments et à l'information, en ciblant par exemple les bâtiments abritant les télévisions.

«Nous attendions devant l’épicerie, lorsque j’ai entendu un grand bruit. Je suis tombé, ma femme également, et j’ai senti que quelque chose touchait ma jambe droite… J’ai baissé mon pantalon et j’ai vu plein de sang», raconte à Amnesty un habitant de Kharkiv, blessé par une bombe à sous-munitions alors qu’il achetait des provisions.

«La roquette a frappé pendant la nuit, j’ai senti l’odeur du feu et ressenti les ondes. Toute ma famille, nous vivons tous dans le couloir de l’immeuble, depuis le premier jour de la guerre», rapporte une autre.

Grâce à ses nouvelles investigations, l'ONG en conclut que les tactiques mises en œuvre par l’armée russe «tuent illégalement des civils dans plusieurs villes». Elle dénonce des «crimes de guerre».

Les sièges, une technique digne du Moyen-Age

Villes encerclées et bombardées, accès aux services de base coupé... cela fait penser à des techniques militaires d'une autre époque. «On peut absolument comparer les sièges que les Russes mènent actuellement en Ukraine avec ceux du Moyen-Age», confirme Julien Grand, rédacteur en chef adjoint de la Revue militaire suisse. «La guerre n'a pas changé de visage depuis l'Antiquité. Les armements changent, mais les principes restent les mêmes.»

Au-delà de la comparaison, une chose est sûre:

«Il est impossible de respecter toutes les règles internationales lorsqu'on assiège une ville»

«Le droit de la guerre prévoit une distinction claire entre les objectifs considérés comme "légitimes", c'est-à-dire de nature militaire, et ceux qui ne le sont pas, comme les bâtiments protégés et les civils», explique-t-il. «Sur le terrain, ces distinctions sont pourtant difficiles à identifier.»

Pour illustrer ses propos, l'expert avance l'exemple suivant: «Il est interdit d'avoir des troupes à 500 mètres d'un endroit protégé. Pourtant, si les Ukrainiens placent une mitrailleuse à 400 mètres d'un hôpital, cela devient un objectif légitime pour les Russes, qui peuvent le cibler avec l'artillerie, même si les frappes risquent de provoquer des dommages collatéraux».

Dès lors, selon Julien Grand, il devient plus difficile de parler de «crime de guerre». «C'est le rôle d'une cour internationale de le déterminer. Et pour ce faire, il faut considérer un élément clé: l'intention derrière l'attaque.» Autrement dit, se demander si l'armée russe a utilisé ces procédés expressément pour nuire aux civils.

Des alternatives moins efficaces

Face aux scénarios décrits par Amnesty, une autre question se pose. Peut-on assiéger en ville de manière moins sanglante pour les civils, à défaut de respecter l'entièreté du droit de la guerre?

Des alternatives permettant de mieux respecter les règles internationales existent, répond Julien Grand. Problème: «Elles sont beaucoup moins efficaces pour les assaillants». Dans le détail, l'artillerie occupe une large place dans la doctrine russe, poursuit l'expert, ce qui implique que les dommages collatéraux sont très grands.

«Une option consisterait alors à réduire le feu d'artillerie et à faire pénétrer l'infanterie à l'intérieur de la ville avec l'appui de troupes mécanisées, afin de prendre le contrôle de manière progressive», détaille Julien Grand. Mais si cette stratégie limite les dommages collatéraux, elle prend énormément de temps et risque de causer plus de pertes chez l'assaillant. «Une autre prévoit l'instauration d'un blocus complet autour de la ville, ce qui permet de filtrer les sorties des civils avec des check-points.» Mais là encore, il ne s'agit pas d'une méthode rentable pour les Russes, qui n'ont en outre aucune garantie que les soldats assiégés ne tentent pas de se mélanger à la population pour s'exfiltrer avec elle.

Population prise en otage

Reste que les choses auraient pu être faites différemment, notamment à Marioupol, où «il y avait des moyens de laisser évacuer la population, qui a été prise en otage», regrette l'expert. Avant de nuancer:

«On ne peut pas écarter l'hypothèse que les Ukrainiens aient intérêt à ce que des civils restent à l'intérieur de la ville»

«Cette situation leur fournit des arguments pour dialoguer et, surtout, confirme le storytelling officiel selon lequel les Russes commettent des crimes de guerre», explique-t-il.

«L'Ukraine a tout intérêt à documenter les infractions des occupants et de les présenter comme telles. La limite entre ce qui se passe sur le terrain et la propagande est très fine.»

Marioupol, assiégée par les Russes

1 / 12
Marioupol, assiégée par les Russes
source: sda / evgeniy maloletka
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Les images glaçantes de Marioupol vue du ciel

Plus d'articles sur les armes employées en Ukraine

Le char high-tech de Poutine a été détruit en Ukraine

Link zum Artikel

Les tanks T-72 de Poutine ont un point faible et l'Ukraine le sait

Link zum Artikel

Ce que l'on sait du missile Kinjal, nouvelle super-arme de Poutine

Link zum Artikel

Zelensky voulait des armes modernes et offensives, voici ce qu'il a obtenu

Link zum Artikel

Pourquoi le super char T-14 Armata de Poutine ne roule que lors des défilés

Link zum Artikel

Le «Pinocchio» de Poutine: Voilà pourquoi cette arme répand la peur et la terreur

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3 jours après la tuerie, le lobby des armes se réunit pour s'autocongratuler
Quelques jours seulement après le massacre de l'école d'Uvalde, les membres de la National Rifle Association (NRA) ont prévu de se réunir à Houston, au Texas. Une réunion «festive» qui ne manquera pas d'être perturbée par plusieurs contre-manifestations.

Mardi dernier, un jeune homme de 18 ans lançait l'assaut de dans une école primaire d'Uvalde, au Texas, faisant 21 victimes. Il était armé d'un «AR-15». Une arme à feu connue pour son extrême violence. Pour se faire une idée de la puissance de ces objets, il faut savoir que son usage dans l'école d'Uvalde a contraint les parents de donner leur ADN aux enquêteurs... car il n’était plus possible d'identifier autrement les corps des enfants, devenus méconnaissables.

L’article