DE | FR

L'attaque russe de l'Ukraine aura-t-elle lieu mercredi? Ce que la CIA sait

Un militaire ukrainien transporte des munitions de gros calibre et se prépare à un exercice.
Un militaire ukrainien transporte des munitions de gros calibre et se prépare à un exercice.Image: sda
L'atmosphère à Kiev bascule du stoïcisme à la panique. La raison en est une annonce des services secrets américains. La Suisse reste pour l'instant sur la réserve concernant l'Ukraine.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
14.02.2022, 11:3514.02.2022, 12:26
Samuel Schumacher / ch media

A Kiev, les paroisses chrétiennes de la métropole de trois millions d'habitants ont commencé, dimanche, à organiser des prières de protection toutes les heures pour l'Ukraine. Avec ce «bouclier de prière», les croyants espèrent que l'attaque de plus en plus probable des troupes russes pourra encore être évitée.

Les Ukrainiens moins croyants sont descendus par milliers dans les rues de la capitale ce week-end. Ils ont scandé des phrases telles que: «Les Ukrainiens résisteront» et «Dites non à Poutine».

Des milliers d'Ukrainiens ont défilé dans Kiev ce week-end. La peur d'une attaque augmente.
Des milliers d'Ukrainiens ont défilé dans Kiev ce week-end. La peur d'une attaque augmente.image: keystone

Pourtant, la mer de drapeaux bleu et jaune dans les rues de la plus grande ville d'Ukraine n'a pas réussi à masquer la situation. Derrière la façade d'unité et de courage, le tableau est sombre pour le pays. Olena travaille comme traductrice dans la capitale. En fin de semaine dernière, elle décrivait fièrement les leçons de violoncelle de son fils en buvant un café sur le Maidan. Aujourd’hui elle écrit:

«Je panique!»

Son mari essaie de la rassurer. «Mais la situation ne présage rien de bon».

Le scénario: une attaque aérienne, puis une invasion

Il y a quelques jours encore, le monde s'émerveillait devant les Ukrainiens imperturbables. Ils profitaient de leur quotidien sans aucune restriction. Ils ne semblaient absolument pas se soucier des avertissements de guerre lancés par Washington. L'Ukraine est habituée à la guerre. On a appris à vivre avec l'agression russe. De toute manière, Poutine ne fait que menacer. C’est ce qui se dit partout dans le pays.

Qu'est-ce qui a donc changé? Ces derniers jours, le bras de fer diplomatique entre Moscou et le reste du monde s'est poursuivi sans arrêt. Même la visite du chancelier allemand Olaf Scholz à Kiev et à Moscou ne devrait rien changer. Poutine s'en tient à ses exigences et laisse ses troupes s'entraîner à des scénarios de guerre.

Les Ukrainiens ont longtemps été impassibles. Mais aujourd'hui, l'ambiance à Kiev change. Ce week-end, des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour manifester leur union.
Les Ukrainiens ont longtemps été impassibles. Mais aujourd'hui, l'ambiance à Kiev change. Ce week-end, des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour manifester leur union.image: keystone

Une nouvelle mise en garde explicite de Washington est venue s'ajouter ce week-end: l'attaque russe pourrait se dérouler le mercredi 16 février. Une attaque aérienne suivie d'une entrée massive de troupes pourrait avoir lieu, selon un briefing de l'agence de renseignement extérieur CIA. La menace n'avait jamais été nommée aussi concrètement jusqu'à présent.

Moscou a qualifié ces accusations de ridicules. Cependant, plusieurs pays occidentaux ont commencé à faire sortir leurs diplomates du pays. C’est le cas de la République tchèque, de la Slovaquie, de l'Italie et de la Russie elle-même.

L'ambassade de Suisse reste ouverte

De nombreux gouvernements, dont l’Allemagne, ont émis des avertissements de voyage pour l'Ukraine. La compagnie aérienne néerlandaise KLM a suspendu ses liaisons aériennes avec le pays. Israël s'est joint, dimanche, au chœur des pays qui appellent tous leurs ressortissants à «quitter immédiatement l'Ukraine».

Dmytro Kuleba, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, a déposé des fleurs, jeudi, devant le mur commémoratif des victimes de la guerre. Celle-ci sévit depuis 2014 dans certaines parties de l'Ukraine.
Dmytro Kuleba, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, a déposé des fleurs, jeudi, devant le mur commémoratif des victimes de la guerre. Celle-ci sévit depuis 2014 dans certaines parties de l'Ukraine.image: keystone

La Suisse continue de voir la situation de manière plus détendue. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a tout de même adapté ses conseils aux voyageurs pour l'Ukraine. Il déconseille les voyages non urgents dans le pays. Une recommandation de départ immédiat est, toutefois, prématurée, a fait savoir le DFAE. L'ambassade de Suisse à Kiev reste ouverte et maintient son fonctionnement normal.

Les jours à venir nous diront s'il y aura un véritable exode. Les Ukrainiens n'ont pas besoin de visa pour entrer dans l'espace Schengen. Les portes de l'Europe leur sont, en principe, ouvertes.

Traduit de l'allemand par Julie Rotzetter

Et maintenant un peu de détente...

1 / 26
Les 23 panneaux les plus drôles jamais créés
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Russie n'envoie plus de gaz en Finlande, quid de la Suisse?
Moscou met à mal la Finlande. La raison? Le pays nordique a refusé de payer le fournisseur russe Gazprom en roubles. Et pire encore, il a osé demander son adhésion à l'Otan. La Suisse risque-t-elle la même sentence?

Gazprom a «complètement arrêté ses livraisons de gaz» à la Finlande, dévoile le géant russe dans un communiqué. L'échéance du 20 mai est arrivée et le pays nordique n'avait toujours pas payé en roubles (monnaie russe), si bien que la sanction est tombée.

L’article