DE | FR

L’Autorité palestinienne accuse Israël de bloquer des vaccins

Un centre de vaccination en Israël.

Une dose de vaccin dans un centre de vaccination israélien Image: sda

Sur fond de décisions politiques et d'accords entre l’Etat hébreu et le mouvement islamiste Hamas, des milliers de vaccins russes Spoutnik V sont en attentes de livraisons vers les territoires palestiniens.



Israël a refusé l'entrée de milliers de vaccins russes Spoutnik V contre le Covid-19 dans la bande de Gaza, enclave palestinienne de deux millions d'habitants, a accusé, lundi soir, l'Autorité palestinienne.

L'Autorité présidée par Mahmoud Abbas, qui siège en Cisjordanie, a lancé au début du mois de février son programme de vaccination auprès de son personnel médical après avoir reçu 2000 doses de vaccins de l'Etat hébreu, sous la pression de l'ONU et d'ONG.

Dans la foulée, l'Autorité palestinienne avait reçu de la Russie 10 000 doses du vaccin Spoutnik V et indiqué son intention d'en partager une partie avec les Palestiniens de la bande de Gaza, territoire géographiquement séparé de la Cisjordanie par Israël.


Or lundi soir, la ministre palestinienne de la Santé a affirmé qu'Israël avait bloqué l'entrée de 2000 doses de vaccins Spoutnik V envoyées par son ministère dans la bande de Gaza.

Une décision politique qui pourrait être liée à des pourparlers engageant Israël et le Hamas

Au cours des derniers jours des sources israéliennes ayant requis l'anonymat ont suggéré à l'AFP que le transfert de vaccins à Gaza n'était pas une simple mesure administrative mais une décision politique qui pourrait être liée à des pourparlers engageant Israël et le Hamas. Ce dernier, un mouvement islamiste palestinien constitué d'une branche politique et d'une branche armée, est au pouvoir à Gaza.

abspielen

Israël, qui a déployé un réseau très dense de centres de vaccination, immunise en un temps record sa population. Comment expliquer le succès de cette campagne de vaccination ? Vidéo: YouTube/CNEWS

Une porte-parole de l' Administration civile israélienne dans les Territoires palestiniens (Cogat) a confirmé lundi soir à l'AFP que l'Autorité palestinienne avait fait une demande de transfert de 1000 doses de vaccins vers la bande de Gaza, mais que «cette demande était en cours dans l'attente d'une décision politique».

Israël accuse le Hamas et le Jihad islamique, second mouvement armé de la bande de Gaza, de menacer sa population avec des tirs répétés de roquettes ou de ballons incendiaires vers son territoire.

Aussi, Israël réclame la libération de deux Israéliens qui seraient otages du Hamas et de lui rendre les dépouilles de deux autres soldats tués pendant la dernière guerre de Gaza en 2014.

Plusieurs contrats signés

L'Autorité palestinienne a indiqué avoir signé plusieurs contrats avec des laboratoires étrangers, qui permettraient de vacciner 70% de la population palestinienne.

En Cisjordanie, le ministère de la Santé a officiellement recensé 114 850 cas, dont près de 1400 décès.

Dans la bande de Gaza, près de 53 600 infections ont été enregistrées depuis le début de la pandémie, dont 537 morts, mais les sources médicales ont fait état d'une diminution des hospitalisations ces dernières semaines. (ats/afp)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Mia et sa mère retrouvées dans un squat en Suisse

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La Jordanie empêche la visite de Netanyahou aux Emirats arabes unis

Benjamin Netanyahou devait rencontrer le prince héritier du pays du golfe, à l'occasion d'une première visite historique. Une tension diplomatique avec la Jordanie l'en empêche.

Le chef de l'état hébreu devait rencontrer le prince héritier d'Abou Dhabi, ce jeudi. Le déplacement a été annulé «en raison de difficultés de coordination de son vol à travers l'espace aérien de la Jordanie» selon le gouvernement israélien. Une raison qui cacherait une tension diplomatique toute autre, survenue cette semaine entre la Jordanie et Israël.

Le prince jordanien devait visiter une mosquée de Jerusalem, située dans le secteur palestinien de la Ville sainte, annexé par l'Etat …

Lire l’article
Link zum Artikel