DE | FR
Le directeur g

Image: sda

A mots voilés, le patron de l'OMS dénonce l'attitude chinoise et russe

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé a mené la charge contre la diplomatie vaccinale, sans dénoncer directement la Russie et la Chine.



Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a dénoncé, lundi, la diplomatie vaccinale. Il y voit des «manoeuvres géopolitiques», qui ne font que retarder la fin de la pandémie.

Une seconde, la diploquoi? La diplomatie vaccinale c'est quand un Etat propose de l'aide à un autre et en contrepartie, en tire avantage. Cela lui permet d'étendre son influence politique.

«Le seul choix que nous ayons pour mettre fin à cette pandémie, c'est la coopération»

Tedros Adhanom Ghebreyesus

Interrogé sur les pratiques de certains pays comme la Chine ou la Russie qui donnent accès à leurs vaccins anti-Covid à des pays qui en sont dépourvus ou auraient du mal à se les procurer, mais avec des contreparties, il a répondu:

«La diplomatie vaccinale, ce n'est pas de la coopération, c'est de la manoeuvre géopolitique. Nous ne pouvons pas battre ce virus en nous faisant concurrence. Si nous sommes en compétition pour les ressources ou pour un avantage géopolitique alors c'est le virus qui prend l'avantage. Et s'il y a confrontation, c'est encore pire.»

Tedros Adhanom Ghebreyesu a rappelé que l'an dernier «la confrontation a miné» la stratégie de lutte contre la maladie, dans une allusion qui semble clairement faire référence à l'administration Trump, l'ex-président américain. En dehors de la coopération et la solidarité mondiale, il n'y a pas de salut a-t-il dit. (ats/jah)

Des bûchers funéraires à New Delhi

1 / 12
Des bûchers funéraires à New Delhi
source: sda / idrees mohammed
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

"On n'a pas choisi de ne pas travailler"

Plus d'articles sur le vaccin et le Covid

Les 5 questions que pose le vaccin testé sur les enfants

Link zum Artikel

Ce qu'il faut savoir sur le nouveau vaccin Curevac commandé par la Suisse

Link zum Artikel

Un «super vaccin» suisse pour sauver le monde du Covid-19

Link zum Artikel

Jeunes et vaccin: «Ce n'est pas correct qu'on soit toujours les derniers!»

Link zum Artikel

Les enfants peuvent être vaccinés contre la volonté de leurs parents, pour Berset

A partir de la mi-juillet, les enfants dès l'âge de 12 ans pourront être vaccinés contre le Covid en Suisse. Dans une réponse au Parlement, le Département de l'Intérieur d'Alain Berset écrit que cela ne nécessite pas de consentement parental. La jurisprudence lui donne raison – mais laisse des questions sans réponse.

Vendredi, l'autorité de régulation des médicaments Swissmedic a autorisé le vaccin Covid-19 de Pfizer/Biontech pour les adolescents âgés de 12 à 16 ans. La Commission fédérale pour les questions de vaccination (CFV) décidera d'une recommandation officielle dans la seconde moitié du mois de juin, a déclaré son président Christoph Berger à CH Media.

Si la CFV émet la recommandation correspondante, ce que l'on peut supposer, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) souhaite que les choses …

Lire l’article
Link zum Artikel