DE | FR
Vidéo: watson
Vidéo

Qui est ce journaliste chinois qui raconte la guerre côté russe?

Un journaliste chinois semble avoir un accès exclusif à l'invasion de l'Ukraine vue par la Russie. Ses reportages sont truffés de matériel exclusif et de fausses informations.
17.03.2022, 13:55

Vêtu d'un gilet pare-éclats et d'un casque, le reporter chinois Lu Yuguang de la chaîne d'information Phoenix TV se précipite le long d'une route tandis qu'un char russe passe en trombe derrière lui: «Je suis sur le front à Marioupol», dit-il au micro. Dans une autre scène, il interviewe un soldat russe qui dit ne pas être nerveux, car il «se bat depuis huit ans».

Lu est un reporter de guerre expérimenté – et très probablement le seul correspondant à l'étranger à avoir un accès direct aux informations russes –, écrit le journal britannique The Guardian.

Des reportages «exclusifs» au cœur de l'armée russe

Le journal britannique a analysé les contributions de Lu diffusées depuis le début de l'invasion il y a trois semaines et toujours depuis des villes attaquées par les Russes. Le Guardian constate que Lu semble avoir accès en tout temps et de manière exclusive à la partie russe du conflit.

Dans un reportage du 2 mars, il a, par exemple, interviewé le leader de la république autoproclamée de Donetsk, Denis Pouchiline. Dans ce contexte, il a expliqué aux téléspectateurs chinois que les milices locales ne pouvaient pas vraiment rivaliser avec les forces armées ukrainiennes, «mais avec l'aide de l'armée russe, les milices de l'est de l'Ukraine ont libéré 40 zones résidentielles. La victoire s'étend de plus en plus».

Le Guardian fait remarquer qu'aucun autre journaliste étranger n'a couvert d'aussi près le côté russe de l'invasion. Les contributions de Lu contrastent donc fortement avec toutes les autres contributions de correspondants de guerre étrangers.

Mais qui est ce Lu Yuguang

C'est l'un des journalistes les plus connus en Chine, écrit le Guardian. Il travaille pour la chaîne Phoenix TV, contrôlée par le régime de Pékin. Il est donc d'autant plus remarquable que ses reportages contiennent régulièrement des désinformations russes –, par exemple, l'affirmation selon laquelle plus de 1000 personnes sont détenues par des combattants ukrainiens comme boucliers humains.

D'après les profils sur le site de Phoenix TV et les reportages sur Lu, le correspondant serait un ancien officier de marine de l'Armée populaire de libération, qui aurait vécu plusieurs décennies à Moscou d'où il aurait fait des reportages en tant que correspondant à l'étranger. En outre, il a toujours fait des reportages en direct de la guerre en Tchétchénie, où il était déjà sous la protection de l'armée russe. Il a été décoré à plusieurs reprises par le gouvernement et l'armée russes pour ses reportages. (yam/jah)

Vidéo: watson

En Ukraine, voici comment les civils affrontent les soldats russes

Plus d'éclairages sur ce qui se passe en Ukraine:

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Pas facile d'être russe en Suisse: «Je n’ose même plus dire le mot russe»

Link zum Artikel

L'objectif de Poutine en Ukraine? Etendre sa sphère d'influence

Link zum Artikel

Pourquoi personne ne peut se passer de l'Ukraine économiquement

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Blocage de la Suède et de la Finlande: l'Otan pourrait-elle expulser la Turquie?
Tous les pays y sont favorables, seule la Turquie qui s'y oppose: le président Erdogan bloque l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Otan afin d'atteindre ses propres objectifs politiques. L'alliance militaire doit-elle se laisser faire?

La situation en matière de politique de sécurité est critique: la Russie mène une guerre sanglante en Ukraine et le président russe Vladimir Poutine s'attaque également à l'ordre mondial actuel avec son invasion. Il y a donc suffisamment de raisons pour que l'Otan réagisse de manière unie face à ces menaces.

L’article