ciel couvert10°
DE | FR
International
Vidéos

Indonésie: Des séparatistes diffusent la vidéo du pilote pris en otage

Vidéo: watson

Nouvelle-Guinée: des indépendantistes ont capturé un Néo-Zélandais

Des séparatistes de l'Armée de libération nationale de Papouasie occidentale ont pris en otage un Néo-Zélandais en Nouvelle-Guinée le 7 février dernier. L'otage a enfin donné signe de vie dans une vidéo.
17.02.2023, 09:24
Plus de «International»

Dans les montagnes de la province indonésienne de la Papouasie occidentale, un groupe rebelle a revendiqué, mardi 7 février, une prise d'otage: le groupe a ciblé l'avion d'une compagnie aérienne civile et kidnappé son pilote, de nationalité néo-zélandaise. Phillip Mehrtens était chargé de récupérer quinze ouvriers du bâtiment dans l'ouest de la Nouvelle-Guinée.

Immédiatement après avoir atterri à l'aéroport de Paro dans le district reculé de Nduga, son avion a été pris d'assaut par l’Armée de libération nationale de la Papouasie occidentale (TPNPB). C'est la branche militaire de l’Organisation pour une Papouasie libre (en indonésien: Organisasi Papua Merdeka), le principal groupe séparatiste de Papouasie.

Les rebelles ont publié des photos de Phillip Mehrtens, le Néo-Zélandais maintenu en otage depuis sept jours.
Les rebelles ont publié des photos de Phillip Mehrtens, le Néo-Zélandais maintenu en otage depuis sept jours. AP

Le pilote néo-zélandais a été emmené dans le quartier général des séparatistes. Les cinq passagers à bord, eux, avaient tous été libérés rapidement, car appartenant à l'ethnie papoue. Depuis l’attaque, nous étions sans nouvelle du pilote néo-zélandais, jusqu’à mardi. Les rebelles séparatistes ont diffusé une vidéo de l’otage détenu depuis sept jours. On le voit entouré par sept combattants armés de la TPNPB, contraint par ses ravisseurs de demander que l’Indonésie reconnaisse l’indépendance de la Papouasie occidentale. Le chef rebelle ajoutant que Phillip Mehrtens ne sera pas libéré tant que le gouvernement indonésien n’aura pas accédé aux revendications de l’Organisation pour une Papouasie libre.

Un territoire riche en ressources

L'Organisation pour une Papouasie libre se bat depuis longtemps pour l'indépendance de la Nouvelle-Guinée occidentale vis-à-vis de l'Indonésie. L'ancienne colonie néerlandaise s'est déclarée indépendante en 1961, mais deux ans plus tard, l'Indonésie voisine avait mis la main sur ce territoire riche en ressources comme l'or et le cuivre.

Lors d'un référendum, une majorité de Papous a ensuite voté contre l'indépendance, mais ce scrutin a été largement considéré comme truqué. Depuis, l'armée indonésienne contrôle sa province d'une main de fer et est régulièrement accusée de graves violations des droits de l’homme.

Sauver l'otage à tout prix

Selon le chef rebelle Egianus Kogoya, Phillip Mehrtens est en sécurité avec eux tant que le gouvernement indonésien n'essaie pas de le libérer par la force des armes. Le ministre chargé de la coordination des affaires politiques, de la sécurité et des affaires juridiques, Mohammad Mahfud, a déclaré que le gouvernement faisait tout son possible pour persuader les rebelles de libérer le pilote. La sécurité de l'otage est prioritaire. La persuasion est le meilleur moyen d'assurer la sécurité des otages, mais «le gouvernement n'exclut pas d'autres efforts».

Le gouvernement indonésien reste ferme et a déclaré que la Papouasie resterait à jamais «une partie légitime» de l’Indonésie. Les autorités indonésiennes se disent néanmoins pleinement engagées dans les négociations. Le chef de la police de Nouvelle-Guinée occidentale a déclaré qu'ils essayaient de gagner la liberté du pilote en impliquant divers dirigeants communautaires, y compris des responsables tribaux et religieux afin d'établir des communications et négocier avec les rebelles. (sbo)​

Vidéo: watson
Des pythons géants découverts dans le plafond d'une maison
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
On a fouillé le patrimoine immobilier de Trump et c'est le foutoir
L'homme d'affaires doit trouver 464,5 millions de dollars pour payer l'amende qui lui est tombée sur la gueule. Si certains le disent ruiné, il pèserait encore 3 milliards de dollars selon Forbes. Nous, on a décidé de mettre un nez dans sa collection de buildings new-yorkais. Attention, c'est mal rangé.

Letitia James n'en a pas terminé avec Donald Trump. Alors qu'un tribunal de New York vient de lui infliger une amende particulièrement salée pour avoir surévalué ses actifs, la procureure en rajoute une couche en le menaçant de saisir ses bijoux de famille. Comprenez: ses immeubles. Ce n'est pas tant une nouvelle punition, mais la supposition, partagée loin à la ronde, que l'homme d'affaires sera dans l'impossibilité de payer son dû à temps. Qu'il ait la volonté de faire appel ne règlera pas son problème, puisque cette somme faramineuse devra être consignée au préalable et chaque jour sans règlement lui coûtera 90 000 dollars d’intérêts.

L’article