DE | FR

Le peuple colombien lutte, malgré 42 morts et 13 jours de manif'

Plus de 6400 civils ont

Image: sda

Au moins 42 personnes sont mortes durant les manifestations contre le gouvernement qui agitent la Colombie depuis le 28 avril. La violente répression policière a été condamnée par la communauté internationale.



Le Défenseur du peuple colombien, entité publique de protection des droits humains, a fait état de «41 civils» et d'«un membre de la force publique» morts durant ces treize derniers jours. Son précédent bilan était de 27 morts. De son côté, le ministère de la Défense, dont relève la police en Colombie, maintient un chiffre de 849 agents blessés et 716 civils blessés.

Le peuple n'en peut plus des violences policières

Ces manifestations sous la présidence de droite d'Ivan Duque sont les plus sanglantes depuis les mobilisations massives de 2019 et celles de 2020 contre la brutalité policière. Elles sont aussi un précédent dans un pays jusqu'alors peu coutumier de la protestation sociale et appauvri par la pandémie de Covid-19.

Les ONG locales Temblores et Indepaz ont pour leur part fait état de 47 morts, dont «39 par la violence policière». Les dénonciations des abus des forces de l'ordre, également par de multiples vidéos sur les réseaux sociaux, ont aggravé la colère de la rue.

Une première réunion lundi entre le gouvernement et le Comité national de grève, initiateur des manifestations, a échoué à désactiver la crise. Un projet de hausse des impôts visant à pallier l'impact économique de la pandémie est à l'origine des manifestations.

Un président jugé trop «complaisant»

Le président Duque s'est montré «complaisant envers les usages excessifs de la force publique», a déploré la leader étudiante Jennifer Pedraza, membre du comité, en appelant à manifester à nouveau mercredi. Le Haut commissaire gouvernemental pour la paix, Miguel Ceballos, a assuré mardi que les «abus policiers» ont non seulement «été condamnés, mais déjà portés devant la justice»:

La police a annoncé lundi la suspension de cinq agents. Une soixantaine d'autres font l'objet d'enquêtes pour des violences présumées.

Bien que le projet de réforme fiscale ait été retiré le 2 mai, la mobilisation se maintient contre la répression policière et pour un changement de cap au gouvernement face à une pauvreté accrue à 42.5%, aux inégalités, à la corruption et à une recrudescence de la violence des groupes armés.

Les ONG dénoncent, mais ne font pas grand chose

L'ONU, l'Union européenne, l'Organisation des Etats américains (OEA) et plusieurs pays, dont les Etats-Unis, ont dénoncé l'usage disproportionné de la force publique lors des manifestations. (ats/jch)

Les manifestations en Colombie

1 / 11
Les manifestations en Colombie
source: sda / esteban felix
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Ali Abbas, coiffeur au savoir-faire original

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Méga-manifestation en Slovénie contre le premier ministre

Des dizaines de milliers de Slovènes en ont marre du premier ministre Janez Jansa. Vendredi, ils se sont rassemblés dans le centre de Ljubljana pour réclamer sa démission.

La manifestation était d'une ampleur inédite depuis plusieurs années. Selon les organisateurs, jusqu'à 40 000 personnes sont descendues dans la rue de la capitale vendredi pour dénoncer la dérive autoritaire du premier ministre conservateur Janez Jansa.

«Stop au fascisme, des élections maintenant! Stop au jansisme, des élections maintenant», lançait la foule. De nombreux manifestants étaient venus à vélo, symbole du mouvement né il y a un peu plus d'un an, peu après le retour au pouvoir …

Lire l’article
Link zum Artikel