DE | FR
Marinette sans supérette

Je me suis paumée à la Migros sans masque et défoulée sur des bricelets

Episode 4: En février, j'ai choisi de subvenir à mes besoins sans dépenser un centime dans un supermarché. Cette semaine: un dilemme moral, l'abolition du port du masque et des bricelets en guise de défouloir.
20.02.2022, 17:5821.02.2022, 06:14
Suivez-moi

Dimanche passé, je vous abandonnais sur mes tentatives de fabrication d'un dentifrice maison.

La conscience allégée... ou pas

En traversant les rues du centre-ville, je note un changement. Et non des moindres. Désormais, je peux passer devant un supermarché sans grimacer de douleur. Mieux: je le snobe. Même pas un petit pincement au coeur à l'évocation de mon yahourt aux vermicelles.

Le défi serait-il en train de fonctionner? 14 jours après le début de l'aventure, suis-je en train de muter en citoyenne éco-responsable?

C'est certain, je suis sur le point de changer le monde.

Hm... en fait, pas si sûr. Lundi midi, à proximité de l'antre diabolique (une Coop), un monsieur à la barbe hirsute m'aborde:

«Madame, vous pourriez aller m'acheter quelque chose à manger?»

Oulà. Attendez, je ne peux décemment pas avouer à un sans-abri que je boycotte les grands magasins pour un challenge, sous motif impérieux de flatter mon égo.

Alors, je balbutie la même excuse que tout le monde «désolée-pas-le-temps-pas-de-monnaie» en l'évitant du regard. Et retourne au boulot l'appétit coupé et le moral zappé. Foutu défi censé me donner bonne conscience - et finalement, tout juste bon à me rappeler mes privilèges de petite Suisse pourrie gâtée.

Jamais deux sans trois

Dans le premier épisode, je vous relatais ma première rencontre (compliquée) avec une bouteille de vin bio pas bonne, que la caviste m'avait généreusement proposé de troquer contre un autre vin.

Je suis au regret de vous annoncer que ce second essai ne s'est pas révélé plus heureux.

Fait chier, quoi. J'adore cette caviste, j'adore ses conseils, j'adore le fait que chacun de ces vins choisis amoureusement ait une histoire. Bref, j'adorerais adorer son vin.

Alors, tête basse, je retourne lui confier mes craintes vinicoles: mon palais est-il définitivement pas-assez-cool pour apprécier la saveur si particulière d'un nectar biologique?

Compréhensive, ma caviste me suggère de récidiver avec un autre bouteille qui devrait me correspondre davantage. Son dernier argument achève de me convaincre:

«Vous verrez, celui-là, il ira très bien avec un plat tout simple, comme de bonnes pâtes à la tomate»

Je quitte son commerce avec une carte de membre et une troisième tentative. En espérant que ce soit la bonne.

Bilan de mon Colgate maison

Autre chose que j'aurais adoré adorer, sans succès hélas: mon dentifrice maison. Non seulement j'y ai mis mon coeur, mais surtout mes moyens. (Pour rappel, j'ai dépensé 30 francs pour sa fabrication).

Mais rien à faire. C'est immonde, ce truc. Juste une pâte sablonneuse au goût de rien et qui ne donne même pas l'impression d'avoir les dents propres. Heureusement, deux considérations me sauvent la mise:

  • Le reste des humains normalement constitués tient à conserver un semblant d'hygiène dentaire.
  • Ma soeur - et colocataire - est normalement constituée.

Il me suffit d'attendre qu'elle renouvelle d'elle-même le tube de dentifrice de la salle-de-bains. Trop facile. Mes dents ne se sont même pas encore déchaussées.

Balade risquée en terrain connu

Manifestement, le Conseil fédéral n'a pas entendu parler de mon challenge. Sinon, il aurait choisi un autre mois pour annoncer la fin du masque obligatoire dans les magasins.

Deux ans que je n'ai pas vagabondé dans une grande surface le nez à l'air. La tentation est trop forte. Je veux sentir l'atmosphère. Revoir le visage des caissières en blouse orange. Renifler avidement le parfum des alignées de pains précuits. Sourire bêtement au vigile à la sortie.

Vendredi midi, je cède à l'appel des sirènes. Juste pour une promenade. Et promis, sans rien acheter.

Je passe les portiques avec l'impression de commettre un double péché. 1- Non seulement je n'ai rien à faire dans un supermarché, mais en plus, 2- il me manque un truc sur la tronche.

Quelques mètres suffisent à me rappeler que certains trucs de la Migros ne m'avaient pas du tout manqué.

Par exemple, les actions sur les fraises fadasses d'Espagne au mois de février.

Sans parler de celles sur les asperges précoces du Pérou.

En revanche, impossible de ne pas lorgner sur les caracs en action.

Ni de pousser un soupir attristé devant la limonade citron.

Et surtout, de ne pas faire un détour pour dire bonjour à mes précieux yahourts.

Vous me manquez aussi, les gars.
Vous me manquez aussi, les gars.

Ma balade dans l'antre du capitalisme diabolique s'achève dans un mélange de plaisir coupable et de souffrance. Il est 12h36, je meurs de faim, je pourrais me jeter sur n'importe quelle merde ultra-transformée exposée sur ces alignées de rayons impersonnels.

Et dire que j'avais presque réussi à oublier l'existence du Philadelphia à la truffe, des chaussons aux épinards ou ramequins au fromage surgelés. Sans parler des sticks de poisson (ben ouais, n'a pas bon goût qui veut).

Achats pulsionnels en commerce local

Affamée et un brin frustrée par cette balade en milieu hostile, je fonce dans mon nouveau spot: Terre vaudoise.

Ce magasin (qui, comme son nom l'indique, ne vend que des produits vaudois) est super. D'abord, il propose un choix redoutable de biscuits artisanaux. Ensuite, parce que je peux y satisfaire mon appétit de yahourts aux goûts improbables (vous connaissiez le yahourt à la raisinée? Maintenant oui). Et en plus, j'y ai trouvé des cervelas.

C'est un sans faute pour Terre vaudoise!

Ce shop se transforme en défouloir. Je comble mes crampes d'estomac frustré avec un pâté au poulet et un morceau de fromage, réapprovisionne mes stocks de produits laitiers, et pour le dessert, je craque pour un paquet de bricelets à la crème (que j'ai plutôt intérêt à savourer, vu son prix. Je n'ai pas osé calculer le prix du bricelet à l'unité).

Fun fact du week-end

Samedi après-midi, pour me faire plaisir, mon Jules me ramène une délicate tomme de chèvre cendré (de la Coop, mais ça ne compte pas, puisque je n'ai RIEN DEMANDÉ). Et nous en venons à nous demander:

Mais au fait, pourquoi ce fromage est-il noir?

J'ignore si un vendeur de supermarché aurait pu répondre à cette interrogation ô combien existentielle. En tout cas, je profite d'un passage par la laiterie pour interroger la fromagère.

Et voici sa réponse!
Le fromage cendré doit à sa couleur aux cendres (no way), dont il est saupoudré. Autrefois, cette méthode était utilisée pour protéger certains fromages des insectes, plus particulièrement des mouches, et faciliter sa conservation. Désormais, on le fait par tradition et esthétisme, car cela n'a strictement aucun effet sur le goût.

Ils en savent des choses, les gens du métier.

Voilà, vous pourrez ressortir l'anecdote lors de votre prochain apéro. Ne me remerciez pas.

Prochain défi: éviter de faire un four

Dimanche, je lance un appel désespéré sur le groupe Facebook de Lausanne sans supermarché.

Je soupçonne qu'il me serait plus facile de me procurer du Kombucha ou des baies de Goji que du bête papier pour le four.

Je suis encore en attente de réponses. Non sans une certaine appréhension. Et cette fois, ne venez pas me dire que je peux le fabriquer moi-même.

A dimanche prochain!

Marie aussi nous parle de son vécu de la fin des restrictions Covid. Décidément, c'est facile pour personne.

Vous avez manqué un épisode? Les voilà!

En février, je vais (essayer) de bouffer sans Migros, ni Coop

Link zum Artikel

25 balles pour du vin bio dégueulasse et la Coop me manque déjà

Link zum Artikel

Je me suis paumée à la Migros sans masque et défoulée sur des bricelets

Link zum Artikel

Après un bad buzz, j'ai vendu mon âme (et un rein) pour de l'huile d'olive

Link zum Artikel

Toute la vérité sur mon février sans supermarché

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Après un bad buzz, j'ai vendu mon âme (et un rein) pour de l'huile d'olive
Episode 3: En février, c'est décidé, je bannis les grandes surfaces alimentaires de mon quotidien. Cette semaine? Une polémique verte et enflammée, un panier livré sur mon palier et un tuto pour manger à la fois local et japonais.

La semaine dernière, je vous laissais sur un flan (moche, mais bon) et mes doutes. Mais je me sens prête à entamer cette nouvelle semaine de boycott des supermarchés avec davantage de sérénité.

L’article