en partie ensoleillé
DE | FR
Société
American pie

«Comment j'ai obtenu un visa de 5 ans pour vivre aux Etats-Unis»

American pie

«Comment j'ai obtenu un visa de 5 ans pour vivre aux Etats-Unis»

american pie chronique jacqueline chelliah
Image: jch
Je viens de m'installer sur la côte est des Etats-Unis, pour watson. Dans cette chronique, je partage avec vous des «slices» de ma vie américaine.
23.10.2022, 08:1024.03.2023, 03:02
Plus de «Société»

Lorsque j'ai entendu que watson avait besoin de quelqu'un pour couvrir l'actualité internationale, qui se déroule pendant la nuit – c'est à dire, pendant que vous dormez en Suisse – j'ai sauté sur l'occasion. Grâce au décalage horaire assez idéal avec les Etats-Unis, six heures en arrière sur la côte est, j'ai réussi à convaincre la rédaction en chef de me laisser aller m'installer au pays de ce bon vieil Oncle Sam.

Nous sommes le jeudi 23 juin 2022. C'est assez impressionnant de se retrouver devant l'ambassade américaine à Berne. Les contrôles de sécurité sont limites pires que pour prendre un avion. Le téléphone, une friandise, un parapluie, c'est tout juste si on ne vous demande pas d'enlever vos chaussures pour vous rendre dans la zone officielle des demandes de visa.

L'ambassade américaine à Berne:

Image

En allant là-bas, j'étais convaincue que j'allais passer un entretien avec un représentant de l'ambassade, mais que nenni. Trois guichets et c'est parti. Le premier où l'on donne la lettre de l'employeur, confirmant que le déménagement est à sa demande. Le deuxième, on doit donner ses empreintes digitales. Et au troisième guichet, un grand jeune homme m'a demandé combien de temps je comptais rester aux Etats-Unis. J'ai lancé: cinq ans, bien sûr!

Et là il me répond, très aimablement:

«Comment ça, cinq ans? Vous n'avez pas la bonne demande de visa pour cinq ans, celui pour lequel vous postulez est pour la durée d'un événement, comme les élections, les Jeux olympiques, etc, donc souvent de trois à six mois.»

Moi:

«Pardon? Vous plaisantez? J'ai lu et relu tout ce qui était indiqué sur votre site concernant ce visa de journaliste, ce n'est pas possible»

La réponse est brutale:

«Je ne suis pas la personne décisionnaire, mais, je crois bien ne pas me tromper. C'est le "Homeland security" (le département de la sécurité intérieure) qui décidera de la durée. Dans tous les cas, vous allez recevoir un e-mail d'ici trois jours vous demandant de revenir à Berne récupérer votre visa. Vous verrez la durée inscrite dans votre passeport, à ce moment-là.»

Je reste sans voix et j'appelle immédiatement mon père (mon soutien numéro un), qui réussit un peu à me calmer en me disant que rien n'est joué tant que je n'aurais pas récupéré mon visa, que peut-être ce représentant s'était trompé. Mouais...

Ma visite à l'ambassade... d'Inde à Berne

Quelques jours et plusieurs ascenseurs émotionnels plus tard, je retourne donc à Berne, ne sachant pas vraiment à quoi m'attendre, alors que je suis quelqu'un de très sereine d'habitude. J'arrive à l'ambassade d'Inde (ne me demandez pas pourquoi les visas américains doivent être récupérés à l'ambassade indienne) et le représentant qui me reçoit passe presque dix minutes à chercher mon passeport. Je me dis: ça y est, non seulement je ne vais pas avoir de visa, mais en plus ils ont perdu mon passeport, ces bâtards (excuse my french!).

Grüezi Bärn:

Image

Finalement, il revient, avec le sourire aux lèvres et me tend mon passeport en me demandant de bien vérifier que c'est le mien. Il ajoute que le visa est tout à la fin du passeport. Et là, je m'exclame:

«OMG! P***tain de m*** ! J'ai eu les cinq ans! Sa m***re»

J'appelle mon père, illico presto, et l'émotion dans sa voix est à la hauteur de ce que je ressens, car il sait que je rêve de l'Amérique depuis mon plus jeune âge et encore plus depuis nos premières «vacances» là-bas, lorsque j'avais douze ans. Ce pays est tellement de choses à la fois: fascinant. Déroutant. Parfois dégoûtant. Mais il est surtout unique et rempli d'opportunités, l'échec n'existe pas, seule la résilience compte. Le fameux rêve américain existe encore, j'en suis sûr, et je vais pouvoir le ressentir, le comprendre, le vivre, de l'intérieur.

Il ne reste plus qu'à décider dans quelle ville je souhaite m'installer. New York? Los Angeles? San Francisco? Un bled paumé? Le choix est tellement vaste, que ça en est presque déroutant. Je vous explique tout dans la prochaine «slice» de ma nouvelle vie américaine!

Ian crée des inondations «catastrophiques» en Floride
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Il a dû avoir la peur de sa vie
Un homme a vécu des secondes dramatiques dans une station de ski. Celui-ci s'est retrouvé suspendu à une dizaine de mètres après avoir chuté d'un télésiège.

Dans l'ouest dans de la Turquie, un homme a frôlé le drame, accroché aux mains de son compagnon après une chute d'un télésiège. Il s'est retrouvé suspendu à une dizaine de mètres de haut.

L’article