ciel clair-6°
DE | FR
2
Société
Interview

Santé: «Les médicaments ne sont pas adaptés aux femmes»

gender medicine
Les hormones, le poids, les prédispositions à certaines maladies - les hommes et les femmes sont différents.image: Shutterstock
Interview

«Les médicaments ne sont pas adaptés aux femmes», dénonce une médecin

Certains médicaments agissent différemment sur les femmes ou sur les hommes. Il arrive aussi que les femmes soient complètement oubliées dans la recherche. Vera Regitz-Zagrosek, spécialiste de la médecine de genre évoque les erreurs commises jusqu'à présent: l'homme ne doit plus être l'unique mesure dans la recherche.
03.12.2022, 16:26
Sharleen Wüest / ch media

Les hormones, le poids, les prédispositions à certaines maladies: les hommes et les femmes sont différents. Du moins sur le plan biologique. Et pourtant, la recherche sur les médicaments part souvent du principe que les deux peuvent prendre les mêmes médicaments et les mêmes doses. Dans la recherche, l'homme est la référence.

C'est ce que veut changer une motion adoptée par le Conseil national. La recherche sur les troubles et les maladies qui touchent particulièrement les femmes doit être considérablement augmentée. Le Conseil fédéral reconnaît certes le besoin, mais rejette un programme national de recherche à ce sujet. Pour Vera Regitz-Zagrosek, spécialiste de la médecine de genre à la Charité de Berlin, c'est inacceptable.

Vera Regitz-Zagrosek
image: dr
A propos de Vera Regitz-Zagrosek
Vera Regitz-Zagrosek est spécialiste en médecine interne et en cardiologie. De 2007 à 2019, elle a été directrice du Berlin Institute for Gender in Medicine qu'elle a fondé à la Charité à Berlin. Elle est actuellement professeure senior à la Charité de Berlin et travaille à l'université de Zurich après avoir été professeure invitée en 2019.

Elle est également présidente fondatrice de la Société allemande et internationale de médecine sexospécifique. Regitz-Zagrosek a publié plus de 200 articles scientifiques ainsi que deux ouvrages européens de référence sur la médecine de genre et la pharmacothérapie spécifique au genre.

Comment est-ce que les femmes sont négligées dans la recherche sur les médicaments?
Vera Regitz-Zagrosek: La catégorie du sexe est souvent négligée. Les nouveaux médicaments sont découverts sur des animaux – et les expériences sont menées à 80% sur des mâles. Ainsi, des médicaments qui seraient surtout efficaces chez les femmes ne peuvent même pas être découverts. Et on ne voit pas non plus s'ils agissent différemment en fonction du cycle menstruel. De plus, plus tard, les études cliniques sur les médicaments incluent davantage d'hommes. Cela concerne surtout les premières phases des études, où les dosages sont fixés.

«Tout cela fait que les médicaments sont moins bien adaptés aux femmes»

Souvent, la recherche majoritairement masculine est justifiée par le fait que les femmes pourraient toujours être enceintes sans le savoir et que l'on ne veut pas mettre en danger la vie des enfants à naître en participant à une étude. Est-ce légitime d'éliminer des femmes?
Absolument pas. Nos femmes devraient valoir la peine que nous fassions plus d'efforts pour les études sur les médicaments. Beaucoup sont menées sur des personnes âgées, du moins dans le domaine cardiovasculaire. Là, nous n'avons pas le problème des grossesses. Mais pour les études sur des groupes d'âge plus jeunes, nous devons tester ces médicaments sur des femmes. De nos jours, il est possible de détecter les grossesses de manière sûre.

Le Conseil fédéral reconnaît le besoin d'une recherche plus spécifiquement féminine en médecine, mais refuse un programme national de recherche à ce sujet. Est-ce que l'Allemagne fait plus à ce sujet?
Je ne comprends pas l'argumentation du Conseil fédéral pour rejeter un programme national de recherche en médecine de genre. Il est tout à fait clair que nous manquons de données sur les femmes et que nous ne savons pas comment traiter de manière optimale les infarctus du myocarde, les accidents vasculaires cérébraux et le diabète chez les femmes. Sachant toutes ces lacunes, un programme national de recherche serait très souhaitable. En Allemagne, il y a effectivement plus d'activité physique. Ici, il a été inscrit dans l'accord de coalition du nouveau gouvernement que la médecine de genre doit être davantage mise en avant.

Par où la recherche doit-elle commencer en priorité?
Il est très urgent d'examiner les facteurs de risque spécifiques aux femmes. Par exemple, lorsque nous parlons des facteurs de risque de problèmes cardiovasculaires, les facteurs spécifiques aux femmes tels que les hormones, les grossesses ou les dépressions ne figurent pas dans la liste des facteurs de risque importants. En outre, l'industrie pharmaceutique doit être obligée d'examiner si les femmes et les hommes ont vraiment besoin des mêmes médicaments aux mêmes dosages.

«Il existe des preuves évidentes que les femmes ont souvent besoin de doses plus faibles»

Des études estiment que les femmes présentent un risque accru d'effets secondaires. De quels médicaments s'agit-il?
Nous constatons que certains somnifères sont éliminés plus lentement chez les femmes et qu'ils ont encore des effets le lendemain matin. On sait aussi que certains médicaments contre les tumeurs et les anti-inflammatoires sont moins bien tolérés par les femmes que par les hommes. Le problème est effectivement qu'il n'existe pas d'études globales à ce sujet. Pour les médicaments cardiovasculaires, les effets secondaires ne sont publiés séparément pour les deux sexes que dans environ 12% des études. Il est beaucoup plus coûteux de traiter les effets secondaires des médicaments plus tard, que de les éviter plus tôt.

Les infarctus du myocarde en sont un exemple. Il n'est pas rare que les femmes soient désavantagées au niveau du diagnostic, car leurs symptômes sont différents. Quels sont les autres thèmes abordés?
Nous parlons trop peu des maladies liées au stress et des maladies rhumatismales auto-immunes, qui touchent environ 80% des femmes. De même, nous ne comprenons pas bien les mécanismes de certaines manifestations spécifiques au sexe pour les maladies du foie et nous en savons trop peu sur la pharmacothérapie pendant la grossesse. Il y aurait encore beaucoup d'autres exemples.

Les femmes devraient-elles en parler d'elles-mêmes à leur médecin de famille?
Il est très important que les femmes demandent à leur médecin de famille si leurs médicaments ou procédés thérapeutiques ont été suffisamment testés sur les femmes, s'il existe des études de détermination de la dose pour les femmes et les hommes et si l'on sait exactement que les médicaments n'ont pas des effets secondaires différents selon le genre.

Lors des examens médicaux, arrive-t-il souvent que les symptômes d'une maladie soient attribués à tort aux règles ou à l'état psychique de la femme?
Il existe de nombreuses études qui indiquent que les femmes sont moins prises au sérieux en tant que patientes. Que les maladies cardiaques, par exemple, passent inaperçues chez elles parce que les symptômes sont jugés «psychiques».

Comment les femmes peuvent-elles évaluer elles-mêmes si, par exemple, des douleurs dans le bas-ventre peuvent signifier quelque chose de sérieux ou sont normales?
Les femmes ne peuvent pas l'évaluer elles-mêmes. Les patientes et les patients ne le peuvent jamais. C'est aussi un problème difficile pour les médecins de savoir comment évaluer la douleur. Cela demande de l'attention, de l'écoute et un diagnostic minutieux.

Quel changement dans la recherche clinique souhaitez-vous voir en tant que femme?
Je souhaite que toutes les études incluent la recherche sur les différences entre les femmes et les hommes. Et que dans tous les tests de médicaments, il soit précisé quelle dose est nécessaire pour une femme et quelle dose est nécessaire pour un homme, ainsi que quels effets secondaires sont typiques et évitables pour chaque sexe.

Abordez-vous la recherche différemment de vos collègues masculins?
Il est vrai que les femmes ont parfois d'autres stratégies et que pour elles, d'autres choses sont au premier plan. Je pense que les femmes s'intéressent davantage à ce que l'on appelle les soft endpoints, comme la qualité de vie et la satisfaction de vie. Elles en tiennent parfois davantage compte que les hommes dans les études.

Combien de temps pensez-vous qu'il faudra encore attendre avant que l'égalité des genres ne soit atteinte dans la recherche clinique?
S'il y a un soutien politique et que l'on reconnaît vraiment que les aspects sexospécifiques doivent aussi être étudiés, nous pourrons certainement faire de grands progrès dans cinq ans.

Les Conseillères fédérales de 1984 à aujourd'hui

1 / 10
Les Conseillères fédérales de 1984 à aujourd'hui
source: keystone / str
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin comme cochon: le chauffage à 19 degrés

Video: watson
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Ce jeune Romand de 22 ans s'est lancé un défi fou
Etudiant en génie mécanique à l'EPFL, Barnabé Noverraz est parti affronter le désert d'Afrique de l'Est, «en autonomie pure», avec pour seul compagnon un vélo.

Il n’avait pas encore reçu les visas qu’il avait déjà les billets d’avion en poche. Impatient de relever son défi. Il y a une semaine, Barnabé Noverraz, étudiant en génie mécanique à l’EPFL, s’est envolé pour l’Afrique de l’Est avec un grand projet. Parcourir 2200 kilomètres d’Hurghada, en Egypte, à Khartoum, au Soudan.

L’article