larges éclaircies-1°
DE | FR
Société
People

Britney Spears alimente les théories du complot les plus folles

De l'inquiétude au complotisme, il n'y a qu'un pas. Certains fans de Britney semblent prêts à le franchir, à en juger les commentaires sont ses innombrables posts Instagram.
De l'inquiétude au complotisme, il n'y a qu'un pas. Certains fans de Britney semblent prêts à le franchir, à en juger les commentaires sont ses innombrables posts Instagram.image: instagram
People

Folle, morte, enfermée? Les théories les plus folles circulent sur Britney

Entre deux publications décalées et suppressions sporadiques de son compte Instagram, l'état de santé de la pop star fait l'objet des spéculations les plus folles - et malsaines. Un an après la fin de sa mise sous tutelle et du mouvement #FreeBritney, doit-on à nouveau s'inquiéter pour Britney Spears?
20.12.2022, 18:47
Suivez-moi

Il ne s'était pas exprimé dans les médias depuis plus d'une décennie. Ce week-end, le très controversé Jamie Spears, 70 ans, est sorti du bois pour une interview exclusive au Mail on Sunday. Une façon peu orthodoxe de souffler la première bougie de la libération de sa fille, contre laquelle il s'est battue à grand renfort de millions de dollars et d'avocats.

«Où serait Britney en ce moment sans cette tutelle? Je ne sais même pas si elle serait encore vivante»
Jamie Spears, au Mail on Sunday

Pour ce qui est des critiques virulentes à son égard, formulées par les défenseurs du mouvement #FreeBritney, Jamie les balaie d'un haussement d'épaules: «Tout le monde ne sera pas d'accord avec moi».

«La plupart des gens n'ont aucune idée de la vérité. Son avocat n'a aucune idée de la vérité. Les médias n'ont pas entendu la vérité. Ils n'ont entendu que les allégations de Britney. Ça ne me dérange pas de prendre cette raclée, parce que je sais que ce n'est pas vrai.»

Un point de vue que ne partage certainement pas la principale concernée. Britney préfère plutôt dénoncer, encore et encore, sa mise sous tutelle de 13 ans, dans des diatribes enflammées sur ses réseaux sociaux.

«J'avais l'impression que mon père essayait de me tuer»
Britney Spears, sur Instagram

Les mots sont lâchés. Son compte Instagram supprimé dans la foulée, début décembre. Troisième départ du réseau social en moins de quatre mois.

Ses représentants se refusent à tout commentaire. Quant à un proche anonyme interrogé par le New York Post, il laisse entendre que la chanteuse fait juste une pause, comme cela s'est déjà produit par le passé. Une grande partie du battage autour de ses récentes publications est «exagéré» et Britney «apprécie sa liberté». Circulez, y'a rien à voir.

«C'est une femme libre»

Vous ne trouvez pas l'épouse? Allez voir du côté du mari. Le 9 décembre, Monsieur Britney Spears, alias Sam Asghari, répond aux préoccupations des fans sur l'absence quasi totale de sa femme sur la scène publique.

«Pour elle, ces évènements ne sont pas amusants, mais sources de stress. Surtout, elle fait ça depuis l'âge de 8 ans», explique Asghari.
«Pour elle, ces évènements ne sont pas amusants, mais sources de stress. Surtout, elle fait ça depuis l'âge de 8 ans», explique Asghari. Image: sda

Quid des suppressions récurrentes du compte Instagram de sa moitié? Sam Asghari a son explication: «Les réseaux sociaux peuvent être traumatisants. Parfois, il est bon de faire une pause. Elle a sa voix et c'est une femme libre.»

Et pour mettre un holà définitif aux inquiétudes sur la santé de son épouse, Sam Asghari dégaine la carte vie privée: «J'ai toujours respecté et soutenu sa vie privée. Je demande aux fans de faire de même».

«Parfois, être trop protecteur peut causer plus de stress et de dégâts»
Sam Asghari, sur son compte Instagram

Malheureusement pour lui, nombreux sont les admirateurs de Britney à nourrir une méfiance tenace contre le coach/mannequin/influenceur.

#FreeBritney2, à la sauce conspirationniste?

La tutelle de son père ayant été levée, c'est désormais au tour du mari de Britney d'endosser le rôle du méchant «gestionnaire» des réseaux.

«Britney Spears ne publie pas sur son putain d'Instagram. Ce n'est littéralement pas elle, d'accord? Elle ne dirait jamais les choses qu'elle dit dans la moitié de ces légendes»
@botchvideo, utilisatrice TikTok, dans une vidéo de plus d'un demi-million de vues

Les théoriciens du complot en sont convaincus: les dernières images que nous avons de la pop star sont recyclées, photoshopées, inventées de toutes pièces.

Cette vidéo mignonne où l'on entend Britney, le jour de ses 41 ans, le 2 décembre? Une «voix préenregistrée». Ce cliché au restaurant Nobu, prise par Sam Ashgari? Un leurre grossier, un «double» dépourvu de son grain de beauté au visage caractéristique.

Que cacheraient ces soi-disant sosies? Les théories divergent: une maladie, la disparition de la star... si ce n'est carrément son décès. Les TikTokers les plus morbides avancent que Britney ne serait jamais revenue vivante de la lune de miel du couple aux îles Fidji, au mois de juillet.

Le certificat de décès de Britney date de 2009
Comme le rappelle le site américain Know Your Meme, la thèse du «sosie» pour remplacer une célébrité décédée est une théorie du complot relativement courante. En surfant sur le web, vous pourrez ainsi lire qu'Hillary Clinton est décédée des suites d'une pneumonie en 2016, que Melania Trump a depuis longtemps été remplacée par un double ou encore que la vraie Avril Lavigne a été rayée de la surface de la Terre. En ce qui concerne Britney, elle serait officiellement décédée en 2009, avant d'être été remplacée par un sosie au cours de sa tutelle.

Résultat: en décembre, le hashtag #WheresBritney est plus viral qu'une mauvaise grippe et alimente les spéculations anxieuses de milliers d'admirateurs/conspirateurs. L'histoire personnelle de Britney joue contre elle: on sait tout le mal que peuvent faire une équipe de direction et une famille mal intentionnées.

Le nude de trop?

Quelques jours après la suppression de son compte, Britney Spears et ses traditionnels posts décalés sont de retour. Une vidéo, seins nus et bikini rouge sous la douche, ou encore une danse farfelue en combinaison recouverte de cake écrabouillé, qui n'ont pas eu le mérite de rassurer ses fans.

Depuis, Britney a repris le fil de ses posts réguliers sur Instagram.
Depuis, Britney a repris le fil de ses posts réguliers sur Instagram.image: instagram

Par le passé, le mouvement #FreeBritney s'est vu bien récompensé de sa méfiance. Comme le souligne la journaliste people Kylie Cheung, désormais «Britney Spears ne mérite rien d'autre que la sécurité, la liberté et l'amour après tout ce qu'elle a dû endurer. Je n'imagine pas qu'une poignée de théories du complot virales pour savoir si elle est même en vie, soient particulièrement agréables.»

Faute de la preuve formelle que son corps repose six pieds sous le sable d'une île du Pacifique, on s'en tiendra à aux posts abondants et aux vidéos de danse d'une Britney bien vivante - mais, qui, on vous l'accorde, a tout d'un ovni.

Elton John dévoile à Cannes un extrait de son duo avec Britney Spears

Video: instagram
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La RTS nous prouve que la «Guerre des sexes»» est perdue d'avance
Au terme de deux heures de prises de becs et de saillies assassines entre les protagonistes de cette «téléréalité» aussi édulcorée qu'amère, clap de fin pour la Guerre des sexes. Notre avis.

La Guerre des sexes, c'est fini sur la RTS, mais définitivement pas dans la vie. C'est un peu notre sentiment en sortant la tête de cet ovni télévisuel en deux épisodes, qui a fait jaser la Suisse romande. Le pitch avait de quoi. Il fallait du cran pour réunir une néo-féministe, un trans, un coach en masculinité, un(e) iel autoproclamé(e) ou encore une gaucho de la vieille école pour causer de sexe, 48 heures durant, dans un chalet en bois doré. Ajoutez à cela un concept basé sur la «téléréalité» et c'est un véritable bain de sang que nous promettait le service public.

L’article