larges éclaircies
DE | FR
Société
Technologie

Il crée une entreprise valant 23 000 francs grâce à GPT-4

Il crée une entreprise valant 23 000 francs grâce à ChatGPT

En suivant les conseils de l'intelligence artificielle, un entrepreneur a monté une affaire prometteuse à partir de trois fois rien. Des investisseurs ont sauté sur l'occasion.
21.03.2023, 09:1721.03.2023, 11:10
Plus de «Société»

Avec un budget de seulement 100 dollars (soit environ 93 francs), Jackson Greathouse Fall a réussi à créer une entreprise valorisée à 25 000 dollars (23 000 francs). Lui ou plus précisément ChatGPT. Comme l'a rapporté vendredi BFMTV, le concepteur de marques a usé des compétences de la dernière version de l'intelligence artificielle (IA) d'Open AI dit «GPT 4».

Plus d'informations sur GPT-4:

Son but: faire grossir l'enveloppe d'une nouvelle entreprise «le plus rapidement possible», a-t-il demandé à cette dernière en précisant qu'aucune action illégale ne devait être engagée pour y parvenir:

«Tu es «HustleGPT», une IA entrepreneure. [...] Tu disposes de 100 dollars et ton objectif est de faire grossir cette enveloppe le plus rapidement possible. Je ferais tout ce que tu me demandes.»
Jackson Greathouse Fall.twitter

GPT-4 a ainsi recommandé de procéder de la manière suivante:

  1. Créer un site marchand lié à l’écologie.
  2. Spécialiser ce site sur un sujet «de niche, mais lucratif, avec peu de concurrence».
  3. Acheter un nom de domaine «peu cher, mais accrocheur».
  4. Réaliser le meilleur logo grâce à Dall-E, autre logiciel du groupe OpenAI servant à générer des images.

C'est ainsi que la partie esthétique de «GreenGadgetGuru.com» a vu le jour.

Le site internet existe réellement:

Green Gadget Guru
L'accueil de greengadgetguru.com.Image: green gadjet guru

Avec les 64 dollars restants, l'intelligence artificielle s'est ensuite concentrée sur le contenu du site internet. GPT-4 a notamment publié une collection de produits de la marque, dont une «bouteille d'eau réutilisable Eco-Chic». Le logiciel a également rédigé un article intitulé 10 gadgets de cuisine ecofriendly. Dall-E s'est, quant à lui, chargé de réaliser une illustration pour l’accompagner, ajoute BFMTV.

L'article de greengadgetguru.com.
L'article de greengadgetguru.com.image: green gadget guru

S'en est suivi la question du revenu. D'après Jackson Greathouse Fall, GPT-4 a jugé bon d'investir 40 dollars dans de la publicité sur Facebook et Instagram.

Investissements dès le lendemain

Résultat des courses, 24 heures après la mise en ligne de Green Gadget Guru, un investisseur a fait une offre de 100 dollars afin d'obtenir 25% de l'entreprise du concepteur de marques. Plusieurs jours après, une autre personne a investi 500 dollars pour également obtenir des parts de la société. Ajoutés à ceci les 1378,84 dollars générés grâce aux annonces sur les réseaux sociaux, Jackson Greathouse Fall a pu se targuer d'avoir obtenu une valorisation de 25 000 dollars.

L'entrepreneur a néanmoins annoncé «ne plus accepter d'investisseurs à moins que les conditions ne soient très favorables». En effet, pour l'heure, l'entreprise créée par GPT-4 et Dall-E est factice. Sur le site internet, plusieurs boutons ne sont pas fonctionnels et l'article publié est rédigé en langage Lorem ipsum, soit une suite de mots sans signification utilisée à titre provisoire. (mndl)

Vous avez fini «The Last of Us» et vous crevez d’envie de voir la suite?
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les baleines à bosse meurent de faim
Une étude met en lumière les menaces croissantes du changement climatique sur la survie des baleines à bosse dans le Pacifique nord.

Longtemps menacées par la chasse commerciale, les baleines à bosse ont un temps semblé aller mieux. Mais désormais, ce sont les effets du changement climatique qui pourraient menacer leur survie dans le Pacifique nord, révèle une étude publiée mercredi dans la revue Royal Society Open Science.

L’article