en partie ensoleillé
DE | FR
Société
Influenceur

La France a trouvé un moyen original de punir ses influenceurs

La France a trouvé un moyen original de punir ses influenceurs
L'influenceuse française Rym Renom doit cesser ses «pratiques commerciales trompeuses».Image: watson/instagram

La France a trouvé un moyen original pour punir ses influenceurs

En juillet, 3 influenceurs français aux pratiques commerciales frauduleuses ont été condamnés sur les réseaux sociaux par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). 4 nouvelles condamnations ont été prononcées ce jeudi. Explications.
11.08.2023, 05:5922.08.2023, 19:12
Suivez-moi
Plus de «Société»

En temps normal, le feed Instagram de nombreux influenceurs a pour objectif de vendre du rêve. Il est donc normal d'être intrigué lorsqu'une photo est postée avec écrit blanc sur noir: «Injonction de cesser des pratiques commerciales trompeuses sur le compte Instagram» de Madame Rym Renom.

Cette interpellation est faite par la DGCCRF. Pourquoi? Parce que l'influenceuse a donné l'impression qu'il est licite de se faire injecter de l'acide hyaluronique par une personne qui n'est pas médecin, ce qui est faux.

La photo en question:

Une publication (en haut à gauche) qui détonne avec la belle vie à Bali.
Une publication (en haut à gauche) qui détonne avec la belle vie à Bali.instagram @rym.renom

Intrigué par cette nouvelle manière de condamner les influenceurs, watson a pris contact avec la DGCCRF pour comprendre comment fonctionnent ces contrôles et pour connaître les sanctions à l'encontre de ceux qui ont recours à des pratiques commerciales frauduleuses.

«Cela fait plusieurs années que nous exerçons des contrôles publicitaires. Ceux-ci se sont cependant intensifiés ces derniers mois car le sujet a pris une grande ampleur publique et que le nombre de signalements est croissant, notamment parce que les consommateurs sont beaucoup mieux informés sur la problématique», explique Remi Slove, le porte-parole de la DGCCRF. Depuis fin 2022, la DGCCRF a également l'autorisation de communiquer plus largement sur les actions qu'elle mène, d'où la création d'un compte Instagram dédié.

Injonctions, jours-amendes et prison

Comment fonctionnent les contrôles? Remi Slove explique que beaucoup se font à la suite de signalements de la part des consommateurs. Pour ce faire, il suffit de remplir un formulaire sur le site internet de la DGCCRF.

Les sanctions sont ensuite définies au cas par cas. Par exemple, si une personne fait la promotion d'un bien et n'a pas indiqué explicitement qu'il s'agit d'une publicité ou d'une collaboration commerciale elle risque deux ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende.

«Nous privilégions les injonctions», précise toutefois le porte-parole. Une fois épinglés, les influenceurs ont un droit de réponse et la possibilité de fournir des justificatifs. Si la sanction est justifiée, la DGCCRF fixe une date à laquelle ils doivent opérer une remise en conformité. «Si ce délai n'est pas respecté, ils risquent des jours-amendes», poursuit Remi Slove. Quels sont les critères pour une remise en conformité? «Je ne peux pas divulguer ces informations», répond-t-il.

Depuis le mois de juillet, 7 influenceurs ont fait l'objet d'injonctions relayées sur le compte Instagram de la DGCCRF. Les 4 dernières datent de ce jeudi 10 août. Pourtant, seule Rym Renom a été condamnée à publier une photo sur son profil qui informe publiquement de cette injonction. Pourquoi? «Je ne peux pas me prononcer sur un cas en particulier», répond le porte-parole. Il explique que lorsqu'une telle mesure est prise, l'influenceur a été mis au courant et a un droit de décision sur le contenu de la publication.

Depuis début 2023, 50 influenceurs ont été contrôlés en France. 30 d'entre eux ont fait l'objet de constats d'infractions.

Les influenceurs suisses sont-ils aussi surveillés?

Contacté, le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) affirme que pour l'instant, une seule plainte à l'encontre d'un influenceur a été déposée en Suisse, en 2022. «Il faudrait qu'il y en ai plusieurs, au moins une trentaine, pour que l'on fasse quelque chose», précise Fabian Maienfisch, le porte-parole du Seco. Et de conclure:

«Selon la loi sur la concurrence déloyale, l'intérêt public doit être menacé pour intervenir. Pour l'instant, la thématique des influenceurs suisses ne fait pas l'objet de discussions.»
Plus de contexte:
En France, de nombreux scandales ont éclaté ces derniers mois autour des influenceurs. Certains, issus pour beaucoup du milieu de la télé-réalité, ont été accusés d'arnaquer les consommateurs ou d'avoir recours à des pratiques commerciales frauduleuses. Par exemple, la vente de produits qui n'arrivent jamais à destination, la promotion de médecine esthétique illégale, la publicité cachée ou les placements financiers frauduleux.

En juin 2023, une loi a été promulguée pour mieux encadrer le métier d'influenceur et protéger ainsi les consommateurs français.
Une IA a créé des couples de stars et leurs enfants
1 / 30
Une IA a créé des couples de stars et leurs enfants
source: jérémy pomeroy
partager sur Facebookpartager sur X
Copin comme cochon: Les influenceuses
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La France interdit les mots «steak végétal» (et d'autres aussi)
Un décret récemment publié en France stipule les termes réservés aux produits animaux, excluant les dénominations pour les substituts végétaux.

Steak, escalope, jambon, filet, entrecôte... un nouveau décret publié mardi par le gouvernement français précise la liste des dénominations réservées aux produits animaliers et donc interdits pour des produits à base de protéines végétales.

L’article