Société
Humeur

Journée mondiale du topless: j'adore bronzer les seins à l'air

C'est la journée mondiale du topless! Si la pratique n'a plus trop la cote, l'auteure de cet article en est une grand adepte.
C'est la journée mondiale du topless! Si la pratique n'a plus trop la cote, l'auteure de cet article en est une grand adepte.montage: watson
Humeur

Bronzer les seins à l’air, c’est super

Ce samedi 26 août, nous fêtons la journée mondiale du topless. Prenons une seconde pour rendre hommage à cette joyeuse pratique héritée des années 70, mais qui a tendance à se perdre chez les plus jeunes. Humeur d'une pratiquante solitaire.
25.08.2023, 18:5927.08.2023, 11:30
Suivez-moi
Plus de «Société»

Ah, les joies de l'été. Les peaux dégoulinantes de sueur et de crème solaire, les orteils plongés dans l’eau fraîche, les épidermes dorés comme des pêches rôties, la langue fourrée entre deux boules de glace. Mais surtout, la joie enfantine de retirer son haut et de mettre sa poitrine à l'air, les tétons pointés vers le ciel et le soleil, telles les Alpes à l'autre bout du Léman.

Adepte depuis quelques années du topless à la plage ou sur les rives du lac, j'ai du mal à m'expliquer le plaisir simple de me retrouver seins nus dans l'espace public. Une impression de liberté? La sensation de l'eau froide sur la peau nue? La perspective d'un bronzage uniforme? Ou, bêtement, celle de ne pas tacher mon haut de bikini, en gobant maladroitement mon cornet de glace?

Aucune idée. C'est un geste simple, naturel. Erotique aussi, je peux le concevoir, mais pas davantage qu'un torse masculin.

MASON, OHIO - AUGUST 20: Novak Djokovic of Serbia tears his shirt off after defeating Carlos Alcaraz of Spain during the final of the Western & Southern Open at Lindner Family Tennis Center on Aug ...
Désolée, Novak, mais c'est vrai.Getty Images North America

«T'as le droit, t'es sûre?»

Et pourtant. Force est de constater que mes seins se retrouvent, de plus en plus souvent, bien seuls. Pas d'autres tétons à l'horizon avec lesquels barboter sur un ponton gorgé de soleil au bord du Léman.

Topless on the beach in Marbella, 1977, Malaga, Andalusia, Spain. (Photo by Gianni Ferrari/Cover/Getty Images).
Il semble loin, le temps où les poitrines nues étaient légion sur les plages d'Europe.Image: Cover

Si bien que ce plaisir se retrouve entaché de culpabilité. Sur les plages, j'ignore souvent quand les seins nus sont même seulement autorisés. A la piscine, je n'y songerais même pas.

Au fond, exposer sa poitrine au su et à la vue de tous constitue-t-il une grave entorse à la bienséance? Suis-je une sorte de morceau de chair impudique, exposée en toute connaissance de cause aux regards des autres? Pourrais-je choquer mes voisins de serviette? Instagram et sa phobie algorithmique n'a-t-il pas eu raison du téton à l’air? Autant de questions fiévreuses qui défilent en dénouant les ficelles, face à une alignée de hauts de bikini fermement arrimés.

Les chiffres, implacables, me donnent raison: selon un sondage Ifop publié à l'occasion de la «journée mondiale du topless» ce 26 août, faire tomber le haut a effectivement de moins en moins la cote auprès des femmes de ma génération.

Les femmes de moins de 50 ans étaient seulement 25% à retirer le haut de leur maillot de bain pour bronzer seins nus, contre 43% il y a quarante ans.
Un sondage Ifop pour VotageAvecNous.

En cause? Les risques du soleil pour la peau, évidemment, mais aussi, et plus tristement, les complexes ou la «peur des regards lourds et insistants des hommes», pour de nombreuses répondantes.

Un constat rageant, accablant, qui me refilerait des envies sauvages de cramer mon soutien-gorge. Alors que, en grande impudique notoire, j'ai toujours eu la chance de faire abstraction des potentiels regards, intrigués, insistants, voire libidineux. Qu'importe si mes seins ne sont pas parfaits, tombent comme des fruits trop mûrs ou, au contraire, tapent dans l'oeil d'un septuagénaire en manque de stimuli visuels.

En 2023, maillot ou pas, nous devrions avoir la liberté de nous en foutre. Bronzer, c'est super, et on ne le dira jamais assez. N'oublions juste pas la crème solaire.

Image
image: getty
Les canards de retour au centre thermal d'Yverdon-les-bains
1 / 7
Les canards de retour au centre thermal d'Yverdon-les-bains
Ça barbote à Yverdon-les-bains.
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Désormais, ChatGPT parle et rit à vos blagues
Open AI a présenté son nouveau modèle de langage dérivé de ChatGPT-4 nommée ChatGPT-4o. Il parle, il traduit et il peut même lire vos expressions faciales.

Ce lundi 13 mai 2024, OpenAI a lancé GPT-4o (le «o» faisait référence à «omnimodal») un nouveau modèle d’intelligence artificielle dérivé de GPT-4. Il devrait permettre à l'utilisateur de discuter de vive voix avec l'IA, celle-ci étant capable de lire les émotions du visage. Elle va donc comprendre ce que vous lui montrez lorsque votre caméra est activée.

L’article