Société
Marinade

Peut-on porter un t-shirt de fan sans pouvoir citer une chanson?

Metallica, Iron Maiden, The Ramones, AC/DC, ZZ Top... le «band t-shirt» a toujours la cote, mais plus tant chez les purs fans que chez les «d'jeuns».
Metallica, Iron Maiden, The Ramones, AC/DC, ZZ Top... le «band t-shirt» a toujours la cote, mais plus tant chez les purs fans que chez les «d'jeuns». image: watson
Marinade

Peut-on porter un t-shirt de fan sans être foutu de citer une chanson?

Après les torses transpirants des metalleux, les t-shirts de fan s'affichent sur les poitrines de Kim Kardashian, Kylie Jenner et des «d'jeuns» de 20 ans. Mais au fond, a-t-on le droit de s'afficher avec Iron Maiden si on n'est pas foutu de citer une chanson? On détricote tout ça avec un vieux rockeur qui... n'en porte plus.
17.10.2022, 16:5023.11.2023, 16:31
Suivez-moi
Plus de «Société»
Plongez avec délice dans la Marinade
Réflexion piquante, épicée et savoureuse sur le monde très futile (et ô combien sérieux) de la mode. Parce qu'une bonne marinade, c’est l’ingrédient essentiel à toute bonne pièce qui se respecte (en particulier quand c'est du veau ou du croco).

L'autre jour, il s'est passé un truc rigolo dans la rédaction de watson. Mes collègues Fred et Marie-Adèle débarquent dans l'open space. Entre un café et un rire gêné, ils constatent qu'ils sont tous deux vêtus d'un t-shirt à l'effigie d'Iron Maiden.

Si vous êtes né après 2000, c'est eux, Iron Maiden.
Si vous êtes né après 2000, c'est eux, Iron Maiden.afp

S'en suit un débat animé pour déterminer si le port du t-shirt d'un groupe dont on n'a jamais écouté la musique, relève de l'appropriation culturelle.

Pour Kylie Jenner, la question est vite répondue

Depuis quelques années, le t-shirt de fan n'est plus l'apanage des fans. Kim Kardashian, Kendall Jenner & consoeurs en ont fait une pièce phare de leur dressing.

En 2017, Kylie et Kendall Jenner provoquaient un bad buzz en s'appropriant les logos de groupes mythiques comme The Doors ou Black Sabbath.
En 2017, Kylie et Kendall Jenner provoquaient un bad buzz en s'appropriant les logos de groupes mythiques comme The Doors ou Black Sabbath. image: twitter

Qu'importent les polémiques. En bonnes influenceuses qui se respectent, les stars d'Instagram ont réussi à insuffler la tendance chez nous, millennials innocents. Un bon filon fleuré par les grandes enseignes. En 2022, pour vous procurer votre propre t-shirt de vieux groupe de rock ou de metal, rien de plus simple.

Headbangers freak out during the concert of US hardrock band "Metallica" in the Letzigrund stadium in Zurich, Switzerland, on Friday, June 18, 2004. (KEYSTONE/Steffen Schmidt)
Plus besoin de risquer l'apoplexie dans une fosse.Image: KEYSTONE

Pianoter «t-shirt rock» sur Google et faire son choix sur Zalando suffit.

Woh, il est même en solde!
Woh, il est même en solde!image: c&a

Un objet sacré

On en oublierait presque la valeur sacrée du t-shirt de fan.

«Les t-shirts de groupes, ce n’est pas juste un vêtement»

Pour comprendre, je décroche mon téléphone à la recherche d'un fan. Un vrai.

«Le t-shirt de groupe, à une époque, ça voulait dire quelque chose», m'explique Frank Matter, animateur et programmateur musical sur Couleur 3. «Ce n'était pas seulement esthétique, il y avait un vrai message. Grâce au merchandising, on revendiquait son mouvement, son appartenance: les hardeux, les new wave, le rock psyché ou punk...».

«Porter son t-shirt de Metallica au milieu d'une bande de mecs qui n'aimaient pas Metallica, c'était punk»
Frank Matter

L'aventure du t-shirt

Sans compter la démarche qui se cache derrière le vêtement: «Partir entre potes, prendre le train, dormir à la gare, voir le concert et foncer au shop pour acheter son t-shirt ou son bonnet officiel... c'était une petite aventure. Ensuite, je gardais mon t-shirt pendant deux ans.» D'ailleurs, il le porte encore? «Non, malheureusement. Ma mère a tout bazardé il y a trente ans. J'aurais bien aimé les avoir gardés.»

Nostalgique?

«Oui. Avant, la culture se méritait. Tout était découverte. Maintenant, ça prend deux secondes de te commander des fringues sur internet»
Frank Matter

«Je me demande si cette abondance, dans la mode comme dans la musique, ne tue pas la surprise. Comme on peut tout avoir, on se lasse plus vite. Avant, un album tu l’écoutais en boucle pendant deux mois. Un t-shirt, cela signifiait un truc pour la vie», déplore notre fan des Red Hot (entre autres).

Toutefois, Frank Matter ne néglige pas le rôle de la pop culture pour transmettre les classiques: «Regardez la reprise de Metallica dans la dernière saison de Stranger Things: ça a permis à plein de p'tits jeunes de les découvrir et de faire revenir le groupe en top des charts».

Eine Frau mti Metallica T-Shirt geniesst die Musik der Heavy Metal Band "Metallica" im St. Jakob Park, fotografiert am 20. Juni 1993 in Basel. As Vorgruppen trafen fuer "Metallica" ...
1993. Une (vraie) fan arbore fièrement son t-shirt Metallica pendant un concert à Bâle.Image: KEYSTONE

Alors, le t-shirt de fan sur le torse des incultes, il est pour ou contre? Soupir au bout du fil. «Je suis partagé», admet-il. «Si Kylie Jenner avec un t-shirt de Slayer peut pousser au moins une personne sur vingt à aller plus loin, taper sur YouTube et découvrir le groupe, pourquoi pas.»

Au fait, bonne nouvelle: le merchandising, ça fonctionne encore pour les groupes
Selon Nicolas Le Gourrierec, du label parisien et magasin de disques rock «Music Fear Satan», la concurrence d'H&M, Zara et compagnie n'a pas tout détruit: «Les tee-shirts de groupes se sont imposés comme un vrai business pour les grandes enseignes, certes, mais je pense qu'au final, les Guns N'Roses et Black Sabbath vendent toujours autant voire plus de t-shirts via les "tuyaux" classiques avec leur merchandising officiel», analyse-t-il auprès de Madame Figaro. D'ailleurs, pendant la pandémie, il a permis de sauver les fesses de pas mal de groupes, comme en témoigne cet article du Sydney Morning Herald (toujours signé Jane Rocca).

Bien porter le «band t-shirt»: mode d'emploi

Et si, comme moi, vous faites partie de ces inconscients qui se trémoussent en t-shirt Gun'N'Roses sans en connaître les paroles, voici quelques tips prodigués par la prêtresse du style australienne et musicienne Jane Rocca dans le Sydney Morning Herald: «Si vous êtes rock'n roll jusqu'à l'os, portez-le en conséquence - avec un jean, des baskets, des talons hauts et une veste en cuir - tout ce qui flotte sur votre barque».

«Mais vous devez posséder votre style et le suinter»
Jane Rocca

«N'oubliez pas que porter un t-shirt de groupe est une forme de promotion, alors assurez-vous d'être un vrai fan», conclut-elle.

Kate Moss, par exemple, elle a tout compris. Mais on pardonne tout à la plus grunge des top models qui a longtemps partagé son lit avec Jamie Hince, le guitariste rock de The Kills.
Kate Moss, par exemple, elle a tout compris. Mais on pardonne tout à la plus grunge des top models qui a longtemps partagé son lit avec Jamie Hince, le guitariste rock de The Kills.

Madame Figaro y va aussi de son conseil: d'abord, «mieux vaut connaître la chanson». D'accord. Ensuite? «Mieux que le tee-shirt de Cure vendu chez H&M, celui chiné après un concert ou acheté vintage, sur une tournée des années 1980. Born to be wild... Seuls les vrais savent.»

Ok, je ne suis pas une vraie. Mais, au moins, maintenant, je sais.

Copin comme cochon: le chauffage à 19 degrés
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
J'ai fait analyser la poussière chez moi et j'ai eu quelques surprises
Je pensais que j'étais un mec propret. J'ai passé un aspirateur super tech dans mon appartement et j'ai fait analyser mes poussières. On y a retrouvé des poils de chat, alors que je n'ai pas de chat.

Dans la vie, il y a métro, boulot, dodo — et poussière. Nettoyer sa baraque, ça fait partie de nos quotidiens, et on oublie parfois que c'est autre chose qu'une corvée.

L’article