pluie modérée
DE | FR
Sport
Athlétisme

Athlétisme: En visite chez Laurent Meuwly, l'entraineur à succès

Laurent Meuwly place les haies pour l'entraînement avec son athlète vedette Femke Bol.
A Papendal, Laurent Meuwly place les haies pour l'entraînement avec son athlète vedette Femke Bol.Image: Aargauer Zeitung

En visite chez Laurent Meuwly, plus heureux aux Pays-Bas qu'en Suisse

L'entraîneur de sprint fribourgeois a conduit Lea Sprunger à la médaille d'or européenne et Ajla Del Ponte à l'élite mondiale. Il met désormais son talent au service des Hollandais, dans une structure qui laisse selon lui moins de place au hasard qu'en Suisse.
16.08.2022, 06:54
Rainer Sommerhalder, Papendal
Plus de «Sport»

Un athlète néerlandais est assis par terre à côté de son fauteuil roulant. Il manipule une roue et prépare son engin pour l'entraînement. Rapidement, d'autres sportifs le rejoignent. Femke Bol, par exemple, diamant brut du tour de piste, 2e aux Jeux olympiques et aux championnats du monde sur 400m haies. Elle est actuellement la figure de proue de l'athlétisme néerlandais. La Suissesse Ajla Del Ponte fait également son apparition sur le tartan de Papendal, situé dans un cadre idyllique au cœur de la forêt. Elle s'entretient avec une collègue plus petite qu'elle.

Les athlètes paralympiques et olympiques s'entraînent en même temps au même endroit. Sur la piste 1, ceux en fauteuil roulant font leurs tours de piste. Sur les pistes extérieures, Bol et ses collègues placent des obstacles. Et Del Ponte s'échauffe avec des exercices de musculation pour les sprints. Au milieu de tout ce petit monde, un homme encadre ces athlètes: le Suisse Laurent Meuwly.

Ajla Del Ponte s'entraîne en solo

Le Fribourgeois de 47 ans est depuis avril 2019 l'entraîneur en chef des distances de 400 m ainsi que des cinq relais. Treize athlètes s'entraînent avec lui au centre olympique néerlandais, auxquels s'ajoute la Tessinoise Del Ponte, qui travaille avec Meuwly depuis 2015. La jeune femme de 26 ans est la seule sprinteuse du groupe.

Elle s'entraîne certes en même temps que les spécialistes néerlandais du 400 mètres, mais suit la plupart du temps son propre programme. «De temps en temps, je fais les mêmes entraînements que les sprinters longs et, entre-temps, les entraînements se font de manière échelonnée», explique Del Ponte. C'est ainsi qu'elle bénéficie de temps en temps de l'attention sans partage du Fribourgeois Meuwly.

Meuwly a rejoint les Pays-Bas il y a trois ans, avec pour mission de combler l'écart avec l'élite mondiale sur les distances du 400m, du 400m haies et du relais 4x400 m. Il s'agit d'un projet de trois ans. Il l'a commencé avec trois athlètes. Entre-temps, le nombre de Néerlandais compétitifs au niveau international a considérablement augmenté. Le pays fait partie des nations les plus attendues aux Championnats d'Europe qui ont débuté ce lundi à Munich.

L'une des raisons est le centre de performance olympique de Papendal, qui offre en un seul endroit tout ce dont les athlètes ont besoin pour réussir. Le physio se trouve directement sur la piste lors de chaque entraînement, le chemin jusqu'au restaurant n'est long que de 150 mètres. Papendal sert également de modèle au sport suisse dans sa réflexion pour créer un parc olympique.

Une autre raison des espoirs qui entourent la sélection hollandaise à Munich est Laurent Meuwly. Le Suisse est considéré comme un entraîneur à succès. Sa première figure de proue a été Lea Sprunger. Ajla Del Ponte a elle aussi fait le grand saut sous sa houlette pour devenir une sprinteuse de classe mondiale. Et avec Femke Bol, âgée de 22 ans seulement, ce coach au verbe haut a découvert et formé un joyau.

Mais pourquoi un entraîneur aussi performant n'est-il pas au service de Swiss Athletics? Ce père de deux enfants explique qu'il a délibérément quitté la fédération suisse il y a trois ans.

«Ici, je suis entraîneur à plein temps et je peux me concentrer entièrement sur le travail avec les athlètes. En Suisse, j'étais beaucoup trop occupé par les questions administratives»
Laurent Meuwly

Grâce aux courts trajets, il jouit d'une bien meilleure qualité de vie. En Suisse, il devait faire la navette entre Fribourg et Lausanne et encore Zurich, pour diriger les entraînements de Kariem Hussein. Avec l'administration, cela lui a coûté beaucoup d'énergie. «Je me sens beaucoup plus reposé ici, avec de l'énergie à revendre pour mon travail.»

La nation néerlandaise n'est pas la seule à recevoir des éloges et des encouragements pour son développement au cours de la dernière décennie. Swiss Athletics aussi. Mais Laurent Meuwly préfère tempérer. Selon lui, il y a des lacunes stratégiques dans le travail de la fédération suisse. Certes, les jeunes talents sont bien soutenus, par exemple avec le programme «World Class Potentials», mais il n'y a pas d'autre solution.

«Je vois trop de sportifs et de sportives qui sont compétitifs au niveau international jusqu'à la relève, mais qui stagnent ensuite fortement. Trop de talents sont perdus en cours de route. Il y a trop peu d'entraîneurs professionnels et il manque des projets ciblés de la fédération pour encourager les talents d'exception. Swiss Athletics n'a pas assez d'influence sur la planification de la carrière et le setting à l'entraînement. Cela laisse trop de place au hasard.»

Meuwly déplore le manque de stratégie en Suisse

Il justifie également son départ en tant qu'entraîneur de cadre en Suisse par un manque de soutien et de vision chez Swiss Athletics. «Et je n'ai pas l'impression que cela se soit amélioré depuis 2019.» Il faut encourager les meilleurs et les sélectionner à cet effet. Meuwly apprécie le modèle de Papendal avec son infrastructure et sa philosophie de centralisation. «Les outils à disposition sont incroyables. C'est dans cet environnement que naît le potentiel pour développer quelque chose», dit-il, «ce qui me manque un peu dans l'athlétisme suisse.»

Laurent Meuwly et sa pépite Femke Bol.
Laurent Meuwly et sa pépite Femke Bol.Image: Rainer Sommerhalder / Aargauer Zeitung

Depuis qu'il est basé à Papendal, Laurent Meuwly a déjà reçu plus de 40 demandes d'athlètes qui souhaitent rejoindre son groupe ou du moins s'entraîner selon ses plans. «Parmi eux, quelques noms très intéressants.» Mais la plupart du temps, Meuwly refuse. Seules la Polonaise Anna Kielbasinska - finaliste du 400m aux championnats du monde de juillet - et la Finlandaise Viivi Lehikonen - qui a battu le record national du 400 m haies à Eugene - ont été prises sous son aile.

Entre-temps, l'entraînement est terminé. L'accent a été mis sur le relais et sur les passages de témoin. Meuwly insiste sur l'esprit d'équipe dans ses exercices. Les Pays-Bas ont des chances de médailles à Munich dans toutes les disciplines de relais. Le coach suisse échange avec Arno Mul, l'entraîneur en chef de l'équipe néerlandaise de para-athlétisme. Le physiothérapeute pétrit les jambes d'Ajla Del Ponte. Femke Bol nettoie les haies. Les athlètes marchent et roulent ensemble jusqu'au déjeuner. Presque comme une grande famille.

Un athlète arrive dernier de sa course à cause de... son pénis

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les fans du FC Zurich ont fait très fort
Les ultras de la Zürcher Südkurve ont réalisé un tifo plein d'autodérision et d'imagination samedi face à Young Boys au Letzigrund. Chapeau!

En mêlant autodérision et imagination, on peut obtenir un résultat sympa. Les fans du FC Zurich l'ont prouvé samedi soir lors du match à domicile de Super League face à Young Boys. Juste avant l'entrée des équipes, la Zürcher Südkurve a déployé un immense tifo sur tout le virage qui a fait sourire les plus de 19 000 spectateurs.

L’article