DE | FR
Bild

British corner

La haine raciale sur les réseaux déchire le foot anglais

Raphaël Crettol, champion suisse de Fantasy Premier League, décrypte l'actualité du football britannique. Présentation de la journée 32 et quelques tuyaux FPL.



Les terrasses des pubs ont réouvert lundi en Angleterre. Et soudain, c'est tout un pays qui respire. Du moins, un peu mieux. Les chiffres des cas et des hospitalisations, liées au Covid-19, sont en nette diminution outre-Manche. Ceux des décès également. Du côté de la Premier League, on prévoit même d'offrir la possibilité à chaque club d'accueillir du public dans leur stade, lors d'un match, d'ici la fin du championnat.

Mais si l'horizon semble se dégager sur le plan sanitaire, la ligue doit faire face à un problème en pleine explosion: la haine sur les réseaux sociaux. Les cas de violences verbales sur les social media suivent une courbe diamétralement opposée aux chiffres des infections. Il ne s'écoule plus un seul jour sans qu'un cas ne soit révélé publiquement. Dernier exemple illustre en date: l'ailier coréen de Tottenham Heug-Min Son a été victime d'abus racial sur les réseaux sociaux, au terme du choc contre Manchester United.

Le phénomène n'est malheureusement pas nouveau et n'affecte évidemment pas que le football anglais. Le joueur des Spurs rejoint la longue liste de sportifs qui ont subi le flot d'insultes raciales de «fans» furieux. Plusieurs d'entre eux ont récemment exposé ces cas publiquement sur leurs propres réseaux. C'est le cas notamment des joueurs de Manchester United Tuanzebe, Martial et Rashford, mais aussi de nombreux joueurs moins cotés.

Jordan Henderson est allé plus loin dans sa démarche. Le capitaine de Liverpool a donné le contrôle de tous ses réseaux sociaux à Cybersmile, une fondation qui éduque, sensibilise et conseille les utilisateurs ayant souffert d'abus.

Les posts de la Fondation, via le compte de Henderson, sont éloquents...

De plus en plus de clubs empoignent eux-mêmes le problème et agissent pour lutter contre ce fléau. Swansea a renoncé à utiliser ses propres réseaux sociaux l'espace d'une semaine, en signe de manifestation.

Le boycott du club gallois de deuxième division a été suivi par les Glasgow Rangers, champions en titre d'Ecosse. D'autres clubs pourraient suivre le mouvement. Si ces actions fortes ne suffiront pas à éliminer les abus raciaux en ligne, elles ont le mérite d'attirer l'attention sur un véritable phénomène de société, où les individus se croient protégés derrière leur écran. Ce phénomène n'épargne évidemment pas le sport, où les émotions, aussi bien positives que négatives, sont décuplées.

La balle est désormais dans le camp des géants des réseaux sociaux, ainsi que du gouvernement britannique, appelé par la Fédération anglaise de football à prendre des mesures pour lutter contre ce fléau. To be continued...

Le clash du jardin d'enfants
le «Mou» vs «Ole»

Cela faisait trop longtemps que Mourinho n'avait plus fait parler de lui. Le «Special One» a rétabli l'anomalie le weekend dernier, après le match entre son équipe de Tottenham et Manchester United. En cause: une faute litigieuse de McTominay sur Son qui a mené à l'annulation de l'ouverture du score par la VAR (l'assistance vidéo).

L'incident en question (dès 0:08 dans la vidéo)

abspielen

On vous laisse juge de la décision de l'arbitre d'annuler le but. Vidéo: YouTube/Tottenham Hotspur

A l'issue d'une rencontre, finalement remportée par les Red Devils 1-3, l'entraîneur de Manchester Ole Gunnar Solskjaer s'est laissé aller sur la «simulation» de Son.

«Si mon fils reste couché comme ça durant trois minutes et a besoin de dix amis pour l'aider à se relever, il n'aura rien à manger»

Ole Gunnar Solskjaer

La réplique n'a pas tardé à arriver. En conférence d'après-match, José Mourinho a poussé l'analogie plus loin avec le ton sarcastique qui le caractérise.

«Heung-Min Son peut être heureux que son père soit une meilleure personne que Ole. Parce qu'en tant que père, on doit toujours nourrir son enfant, qu'importe ce qu'il fait. Si tu dois voler pour nourrir ton enfant, tu voles»

José Mourinho

On vous avait prévenu, c'est du grand n'importe quoi. Niveau jardin d'enfant. Et c'est encore meilleur en vidéo...

Mais l'histoire ne s'est pas arrêtée là, puisque le fils de Ole Gunnar Solskjaer s'est joint à cette fantastique mascarade, en glissant un petit tacle au «Mou», dans le journal norvégien Tidens Krav.

«Je reçois toujours de la nourriture, je peux rassurer tout le monde à ce sujet. Mourinho voulait certainement détourner l'attention du fait qu'il avait perdu»

Noah Solskjaer

On se réjouit déjà du témoignage du fils de Mourinho...

Granit Xhaka le capitaine sans brassard

epa09129586 Arsenal's Granit Xhaka reacts during the English Premier League soccer match between Sheffield United and Arsenal London in Sheffield, Britain, 11 April 2021.  EPA/Tim Keeton / POOL EDITORIAL USE ONLY. No use with unauthorized audio, video, data, fixture lists, club/league logos or 'live' services. Online in-match use limited to 120 images, no video emulation. No use in betting, games or single club/league/player publications.

Image: sda

Les Suisses sont peu nombreux en Premier League. Sur les huit représentants du cadre élargi des équipes, seuls cinq ont foulé les pelouses de Premier League cette saison: Alexandre Jankewitz (Southampton), Granit Xhaka (Arsenal), Andi Zeqiri (Brighton), Xherdan Shaqiri (Liverpool) et Fabian Schär (Newcastle). Parmi eux, Granit Xhaka est indiscutablement le joueur qui possède la plus grande influence dans son club.

Le milieu de terrain d'Arsenal a disputé 26 matches sur 31 en Premier League cette saison. Malgré quelques bourdes passagères, il brille dans l'entrejeu grâce à sa vision du jeu et sa qualité de passes. Mais au-delà de ses qualités physiques et techniques, c'est son statut de leader naturel qui en fait un titulaire indiscutable. Arsenal a publié cette semaine une vidéo éloquente, dans laquelle on l'entend s'exprimer sur la pelouse, lors de la victoire 3-0 contre Sheffield.

Que ce soit pour replacer un coéquipier, encourager un autre ou même chambrer le buteur (Gabi, it's offside), Granit Xhaka donne de la voix aux quatre coins du terrain. Mais alors, pourquoi donc ne porte-t-il pas le brassard de capitaine ?

Capitaine avec l'équipe nationale suisse, Granit Xhaka a eu cet honneur avec Arsenal, en début de saison 2019-20, lorsque Unai Emery lui avait donné le brassard après le départ des tauliers Laurent Koscielny et Petr Cech. Mais le technicien espagnol l'avait destitué de ce rôle en novembre de la même année, après qu'il ait provoqué ses supporters qui le huaient à sa sortie du terrain (vidéo dans les commentaires ci-dessous).

Le désamour des fans d'Arsenal envers le joueur suisse avait atteint des sommets cette saison-là et on prédisait son départ pour la saison suivante. L'anecdote de Patrice Evra sur les propos de Thierry Henry, véritable légende des Gunners, n'avait pas arrangé les affaires de Xhaka.

«Un jour, Thierry Henry m'invite chez lui et me dit: «On va regarder le match d'Arsenal.» Il allume la télé et on voit Xhaka capitaine. Thierry Henry a éteint la télé et a dit: «Je ne peux pas regarder Xhaka être le capitaine de mon équipe.»

Patrice Evra sur SkySports

Mais l'arrivée de Mikel Arteta sur le banc d'Arsenal a tout changé. L'ex-assistant de Pep Guardiola a réinstallé Granit Xhaka comme une pièce maitresse de son dispositif. Le Bâlois n'en a pas pour autant retrouvé son brassard de capitaine, toujours au bras du décevant Aubameyang. Pourtant sur la pelouse, les signes ne trompent pas: le leader naturel de l'équipe londonienne, c'est bien Xhaka! Brassard ou pas. D'ailleurs, de plus en plus de fans d'Arsenal plaident pour qu'on lui redonne le brassard.

Un dernier message à tes détracteurs pour clore cette rubrique Granit ?

Tous les bons plans FPL pour la GW32

L'équipe à suivre

Tottenham est la seule équipe de Premier League à bénéficier d'une double journée, alléchante qui plus est. Les Spurs se déplaceront à Everton vendredi en ouverture de journée, puis accueilleront Southampton le mercredi suivant. N'allons pas chercher plus loin, l'équipe à cibler cette journée est bien l'équipe dirigée par Mourinho. Si Harry Kane et Heung-Min Son sont des incontournables cette journée, il reste une troisième place. Sergio Reguilon et Lucas Moura sont les deux candidats principaux pour celles et ceux qui veulent tripler sur les Spurs. Mais attention: Tottenham ne jouera pas en GW33, d'où l'importance de bien planifier les deux prochaines journées à venir.

Le capitaine

Avec la double Gameweek de Tottenham, le candidat numéro est évidemment Harry Kane (11.7). Toutefois, les Managers qui oseraient donner le brassard à Heung-Min Son (9.4) pourraient être récompensés. L'ailier coréen se régale des espaces, face à des équipes qui jouent haut sur le terrain, ce qui est le cas de Southampton. Pour ceux qui boycottent l'équipe de Mourinho, Bruno Fernandes (11.6), Jesse Lingard (6.5) et Mohamed Salah (12.5) représentent de bonnes options au vu des lacunes défensives de leur adversaire.

Qui sera ton capitaine pour la GW32?

Les différentiels

En l'absence d'Antonio, Jarrod Bowen (5.9) évolue à la pointe de l'attaque de West Ham. Il représente une alternative légèrement moins couteuse que Lingard et pourrait profiter des largesses défensives de Newcastle ce weekend. Edinson Cavani (7.8) est dans le même cas. Il profite de l'absence sur blessure de Martial, pour obtenir plus de temps de jeu à la pointe de l'attaque des Reds Devils. Il affronte une équipe de Burnley suspecte sur le plan défensif ces dernières semaines. A l'image de West Brom, Matheus Pereira (5.4) marche sur l'eau en ce moment (trois buts, deux assists en deux matches). Le milieu brésilien peut espérer poursuivre sur sa lancée face à Leicester (cinq buts concédés lors des deux derniers matches).

La stat

Bouté hors de la sélection d'Angleterre, lors du dernier rendez-vous international des Three Lions, Trent Alexander-Arnold (7.4) a probablement été piqué dans sa fierté. Le latéral droit de Liverpool démontre sur le terrain qu'il est à nouveau proche de son meilleur niveau, après une saison difficile. Sur les quatre dernières Gameweeks, TAA a créé treize chances de buts, dont trois considérées comme «grandes chances». Il a d'ailleurs décroché les trois points de bonus, lors des trois derniers matches. Il est probablement le défenseur qui possède le plus gros potentiel de points jusqu'à la fin de saison... si on veut bien y mettre le prix.

Le bon plan

La GW32 s'étendra sur sept jours, notamment en raison des demi-finales de la FA Cup qui ont lieu ce weekend: Chelsea-Manchester City et Leicester-Southampton. N'oubliez pas de prendre en compte ces matches de coupe au moment de planifier vos transferts. Compte tenu du stade avancé de la compétition, il y a fort à parier que les entraîneurs alignent leur meilleur onze lors de ces demi-finales. C'est encore plus vrai pour Manchester City et Southampton qui n'ont «quasiment» plus rien à jouer en championnat. Les risques de rotation seront donc d'autant plus grands en championnat. A titre d'exemple personnel, c'est une des raisons qui me poussent à me séparer de mon "coup de poker" (perdant, je sais...) Danny Ings.

Vous hésitez encore dans votre choix de capitaine? Vous n'êtes pas encore certain de votre prochain transfert ou de votre stratégie à plus long terme? Posez simplement votre question en utilisant la fonction commentaires ci-dessous.

Cheers mates! 🍻

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

British corner

Le geste fort de Zaha, les déboires de Brighton et un Old Firm brûlant

Raphaël Crettol, champion suisse de Fantasy Premier League, décrypte l'actualité du football anglais. Présentation de la journée 29 et quelques tuyaux pour vous.

La scène s'est jouée samedi passée à Selhurst Park, dans l'antre de Crystal Palace, qui accueillait West Bromwich. Sur le coup des 15h, tous les joueurs posent un genou à terre en signe de soutien à la lutte contre le racisme. Tous... sauf Wilfried Zaha. L'attaquant vedette de Palace reste debout, les mains croisées derrière son dos, les yeux rivés devant lui.

Zaha aurait-il brusquement décidé de se désengager de la lutte contre le racisme? Ou s'agit-il d'un simple oubli ? Ses prises de parole …

Lire l’article
Link zum Artikel