en partie ensoleillé
DE | FR
Sport
Commentaire

Par chance, le hockey suisse a oublié ses bonnes résolutions du Covid

Die Fans der SC Rapperswil-Jona Lakers heissen ihr Team mit einer Choregrafie willkommen zum Eishockey-Meisterschaftsspiel der National League zwischen den SC Rapperswil-Jona Lakers und dem HC Fribour ...
Le hockey suisse, comme ici à Rapperswil, reste un genre de paradis perdu.Image: KEYSTONE
Commentaire

Par chance, nos clubs ont oublié leurs bonnes résolutions du Covid

Les clubs de National League avaient promis de devenir raisonnables, de ne plus changer d'entraîneurs et d'étrangers à tout bout de champ. Logiquement, ils y ont renoncé.
26.01.2023, 06:3426.01.2023, 12:22
Klaus Zaugg
Klaus Zaugg
Suivez-moi

La National League est à peu près aussi équilibrée aujourd'hui qu'elle ne l'est depuis plus de dix ans, quand elle s'appelait encore autrement (LNA). L'écart de 30 points entre le premier (Servette, 82 points) et le dixième (Lugano, 50 points) correspond à peu de choses près à la moyenne de ces dernières années.

Il n'est pas rare que de grands noms se retrouvent coincés dans la moitié inférieure du tableau, comme Lausanne, Lugano, Berne ou Zoug. En 2016, Berne est devenu champion à partir de la huitième place, avant de dominer la ligue jusqu'en 2019. Les ZSC Lions ont entamé la conquête de leur dernier titre (2018) en partant de la septième place.

Zurich's player Patrick Geering holds up the trophy after winning the Swiss championship title, during the seventh match of the playoff final of the National League of the ice hockey Swiss Championshi ...
Zurich champion en 2018, après avoir jailli de quasi nulle part.Image: KEYSTONE/TI-PRESS

Ce qui diffère des années précédentes: jamais dans l'histoire du hockey suisse autant d'argent n'a été flambé pour des joueurs étrangers et des licenciements d'entraîneurs. On peut le formuler ainsi: la ligue est devenue folle. Et les folies des managers nous offrent peut-être la meilleure saison de l'histoire.

Souvenez-vous des réflexions intelligentes, les très belles paroles que nos présidents, managers et chefs d'équipe ont prononcé pendant le Covid: ils voulaient devenir raisonnables... Garder les salaires sous contrôle. Maintenir les entraîneurs en poste et préserver leur dignité. Soutenir les jeunes talents. Le fait que le nombre d'étrangers autorisés, durant ce laps de temps, soit passé de quatre à six, correspond aux us et coutumes de notre époque: désormais, ces postes doivent être attribués à «une main d'oeuvre bon marché».

Surtout, le manager de Berne, Marc Lüthi, a vanté la santé florissante du hockey à l'est et au nord, où des joueurs très talentueux envisagent avec impatience de venir enfin montrer leurs capacités en Suisse pour 30 000 ou 40 000 francs. L'augmentation du nombre d'étrangers va dans le sens de l'histoire: elle entraînera une baisse des salaires et des dépenses. Elle est donc saluée.

Geneve-Servette's forward Teemu Hartikainen skates, during a National League regular season game of the Swiss Championship between Geneve-Servette HC and HC Lugano, at the ice stadium Les Vernets, in  ...
Le champion du monde Teemu Hartikainen est venu renforcer Genève-Servette.Image: KEYSTONE

Pendant la pandémie, beaucoup ont cru aux bêtises qu'ils ont racontées. Un chroniqueur a même craint que le microcosme du hockey suisse devienne sage et ennuyeux. Pas de licenciements d'entraîneurs. Pas d'étrangers hors de prix. Pas de joueurs piqués à un concurrent pendant la saison. Pas la moindre matière à polémique.

Quiconque prend la peine de feuilleter un livre d'histoire de temps à autre sait qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter: nous allons encore passer de merveilleux moments. L'histoire nous enseigne... que personne n'apprend de l'histoire. Après chaque crise, le monde est encore plus fou et déraisonnable qu'avant.

Et c'est comme ça aussi - merci aux dieux du hockey - en National League, où les clubs ont renoncé à leurs bonnes résolutions. Six entraîneurs ont déjà été démis de leurs fonctions, certains même inutilement.

  • Christian Wohlwend à Davos, remplacé par ses anciens assistants Waltteri Immonen et Glen Metropolit
  • Rikard Grönborg à Zurich; remplacé par un ancien de la maison, Marc Crawford
  • Filip Pesan à Ajoie; remplacé par le directeur sportif Julien Vauclair
  • Johan Lundskog à Berne, remplacé par Toni Söderholm
  • John Fust à Lausanne; réinstallé au poste de directeur sportif et remplacé par Geoff Ward
  • Chris McSorley à Lugano; remplacé par Luca Gianinazzi, entraîneur principal des juniors élites

Ça bouge, ça roule dans les principales villes de hockey que sont Zurich, Davos, Lugano et Berne. Et même comme jamais auparavant.

Un match de hockey junior vire à la castagne

Video: watson

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un Vaudois a créé un site génial pour les baigneurs du Léman
Adepte de trempette hivernale, Nicolas Lindt a développé un site internet permettant de connaître la température du lac depuis chaque village de la côte suisse. «J'en avais marre de nager avec un thermomètre», se marre-t-il.

Nicolas Lindt est informaticien, et même s'il ne l'avoue pas, on imagine que c'était un peu pénible et embarrassant, pour un esprit scientifique comme lui, de devoir se baigner avec un thermomètre chaque hiver afin de relever la température exacte du Léman. Il a donc cherché sur le Net un moyen moins artisanal de connaître les variations du lac et l'a trouvé sur un site (meteolakes.ch) développé par un doctorant de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) (Theo Baracchini). Mais il y avait encore du boulot.

L’article