ciel couvert
DE | FR
Sport
Coupe du monde 2022

Coupe du monde 2022: le Danemark menace de quitter la FIFA

Denmark players pose for photographers prior the World Cup group D soccer match between Denmark and Tunisia, at the Education City Stadium in Al Rayyan, Qatar, Tuesday, Nov. 22, 2022. (AP Photo/Manu F ...
La sélection danoise avant son match d'ouverture contre la Tunisie.image: keystone

Une grande nation du foot menace de quitter la FIFA

Les critiques à l'encontre de la FIFA ne faiblissent pas. La Fédération danoise de football envisage une mesure radicale: se retirer de l'organisation mondiale présidée par Gianni Infantino.
24.11.2022, 10:3524.11.2022, 13:07
Un article de
t-online

Il n'y a pas un jour sans que la FIFA ne soit critiquée lors de la Coupe du monde au Qatar: l'interdiction du brassard «One Love» pour les capitaines de six fédérations européennes, qui voulaient ainsi marquer leur opposition à la discrimination, continue notamment de susciter l'indignation et des discussions acerbes. Mais une partie de l'opinion publique a aussi reproché aux pays qui ont abdiqué (c'est le cas notamment de la Suisse mais aussi du Danemark) d'avoir cédé trop rapidement aux injonctions de la Fédération internationale.

La Fédération danoise de football (DBU) menace désormais de prendre une mesure drastique. The Athletic confirme que la DBU est prête à quitter la FIFA. Le président de la Fédération, Jesper Möller se dit prêt à prendre une décision radicale.

«Ce n'est pas une décision que nous avons prise maintenant. Notre position est claire depuis longtemps. Nous en avons discuté dans le Nord depuis le mois d'août.»
Le boss de la Fédération danoise Jesper Möller
Formand for Dansk Boldspil-Union - DBU Jesper Moeller under pressebriefing om status paa DBU s arbejde i forhold til VM i Qatar - i Broendby, torsdag den 6. maj 2021.. , Broendby Denmark *** Chairman  ...
Jesper Möller.image: www.imago-images.de

A présent, il est venu le temps de poursuivre la réflexion: Möller peut s'imaginer qu'il pourrait y avoir des défis (et des complications) si le Danemark partait de lui-même. «Je dois réfléchir à la question de savoir comment rétablir un lien de confiance avec la FIFA». Mais le plan de Möller va encore plus loin: «Nous devons évaluer ce qui s'est réellement passé et ensuite nous devons adopter une stratégie avec nos collègues nordiques».

Les méthodes de la FIFA sont «inacceptables», a déclaré Möller, et la DBU s'en distancie. «Le simple fait que nous n'ayons pas reçu de réponse claire sur les sanctions possibles dit tout». Auparavant, le directeur de la DBU, Jakob Jensen, avait révélé mercredi, lors d'une conférence de presse convoquée à la hâte, des détails sur la manière dont la communication avec la FIFA autour du brassard «One Love» s'était déroulée.

«Le 21 novembre, la FIFA a demandé une réunion d'urgence pour discuter de la question», a rapporté Jensen. L'instance internationale s'est même déplacée à l'hôtel de l'équipe anglaise et a clairement indiqué «qu'il y aurait des sanctions sportives si quelqu'un portait le brassard». Les sanctions seraient de plus en plus sévères.

Face à ces pressions et ce climat menaçant, le Danemark n'a plus confiance en Gianni Infantino, lui qui est l'unique candidat à sa propre succession en mars 2023. Pour Möller, il est important de voir «s'il y a quand même un nouveau candidat», puisque le temps presse.

Remonté par ce Mondial 2022, Möller ajoute:

«Le Danemark ne soutiendra pas le président actuel. Nous devons réagir maintenant. Et nous avons le sentiment que nous devons vraiment le faire. Ce qui s'est passé récemment est profondément condamnable»

Ce supporter du Qatar la propreté légendaire des Japonais

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Suisse-Serbie: elle mime l'aigle albanais et se fait sortir du stade
Une supportrice présente dans les tribunes du stade vendredi a été raccompagnée vers la sortie par la sécurité après avoir défié les supporters serbes.

La partie entre la Suisse et la Serbie (3-2), vendredi lors de la troisième et dernière journée du groupe G, s'est bien déroulée dans l'ensemble: il n'y a pas eu de provocations entre les deux équipes sur le terrain (hormis quelques tensions en fin de match et après la partie) et la célébration de Xherdan Shaqiri n'a pas suscité la moindre polémique.

L’article