bien ensoleillé11°
DE | FR
Sport
Football

Martina Voss-Tecklenburg a vécu un calvaire après le Mondial

24.04.2023, Hessen, Frankfurt/Main: Bundestrainerin Martina Voss-Tecklenburg spricht w
Martina Voss-Tecklenburg quelques mois avant le Mondial 2023 qui a précipité sa chute.Image: DPA

L’ex-sélectionneuse de la Nati féminine raconte sa descente aux enfers

Nuits blanches, vomissements, angoisse: Martina Voss-Tecklenburg a vécu un calvaire après l'élimination surprise de l'Allemagne (qu'elle dirigeait à l'époque) lors du Mondial 2023.
22.11.2023, 05:5422.11.2023, 07:35
Benjamin Zurmühl
Plus de «Sport»
Un article de
t-online

Pendant des semaines, les fans et les médias ont cherché à savoir ce qui se cachait derrière l'absence de Martina Voss-Tecklenburg. Depuis lundi, on sait: dans une interview ouverte avec la présentatrice de la ZDF Katrin Müller-Hohenstein, l'ex- sélectionneuse de l'équipe d'Allemagne, qui a aussi dirigé la Nati féminine entre 2012 et 2018, a raconté pourquoi elle n'était plus réapparue depuis l'élimination surprise de son équipe lors de la Coupe du monde en août dernier.

Présentes dans le groupe H avec la Colombie, le Maroc et la Corée du Sud, les finalistes de l'Euro 2022 avaient été éliminées dès la phase de poules pour la première fois de leur histoire, et ce malgré un carton contre le Maroc en ouverture de tournoi (6-0). Martina Voss-Tecklenburg avait ensuite bénéficié d'un congé maladie.

Un vide intérieur

Revenant ce lundi sur la triste période qui a suivi le Mondial en Australie et Nouvelle-Zélande, la technicienne de 55 ans a parlé de nuits blanches, de vomissements, de vide intérieur, d'angoisses, de surménage. «Je n'allais pas bien, je n'allais déjà pas bien avant le Mondial. Tout était épuisant ces dernières années, a-t-elle rembobiné. Il y a eu un vide dans ma tête après le tournoi. Je n'ai pas pu répondre à certaines questions de mon staff. Ensuite, je suis rentrée chez moi et j'ai parlé à mon mari (...) Lors de ma discussion avec lui, je me suis pour ainsi dire complètement effondrée».

De tels aveux sont rares dans le sport de compétition, et en particulier dans le football – et donc d'autant plus précieux.

epa10765740 Germany's coach Martina Voss-Tecklenburg reacts after the team's second goal during the FIFA Women's World Cup group H soccer match between Germany and Morocco in Melbourne, ...
La coach allemande après le succès face au Maroc lors de la dernière Coupe du monde.Image: EPA AAP

Car de nombreux joueurs, entraîneurs ou membres du staff sont confrontés à des périodes de grande détresse psychologique. Qu'il s'agisse d'hommes ou de femmes, en équipe nationale ou en club. Les problèmes psychiques et les maladies font partie du sport, ils sont souvent aussi la conséquence d'une énorme pression, mais ils sont volontiers dissimulés, notamment en football, cette usine à rêves.

Il faut pourtant des personnalités capables de briser le silence, de dire ce qui ne va pas, d'avouer publiquement leurs faiblesses pour ainsi démontrer leur véritable force. Même si la Coupe du monde en Australie et en Nouvelle-Zélande s'est terminée de manière décevante, avec sa franchise, Martina Voss-Tecklenburg s'est révélée, sur ce point au moins, comme une championne du monde.

Le pouvoir des mots

Elle aurait beaucoup aimé revenir sur le banc allemand, retrouver la vie qui était la sienne avant la compétition. Elle l'avait dit sur Instagram au mois d'octobre.

Mais ses supérieurs en ont décidé autrement et, début novembre, l'ont congédiée.

Son expérience et son témoignage ne resteront malgré tout pas vains. Car en Allemagne, d'autres avant elle ont montré que parler pouvait libérer la parole et changer les mentalités. Comme Per Mertesacker.

C'est lui 👇

epa03241709 German national soccer player Per Mertesacker during a training session of the German national soccer team in Tourrettes, France, 30 May 2012. The German national soccer team prepares for  ...
Image: EPA

Il y a cinq ans, l'ex-taulier de l'équipe nationale (104 sélections) avait confié au magazine Der Spiegel qu'il était régulièrement pris de diarrhées et de nausées avant les matches en raison du stress. À la suite de ce témoignage public, plusieurs professionnels s'étaient sentis plus en confiance pour parler également de leurs peurs et de leurs doutes.

Par leur courage et leur franchise, Per Mertesacker et Martina Voss-Tecklenburg nous ont rappelé, à quelques années d'intervalle, que certaines victoires s'obtiennent ailleurs que sur un terrain de football.

La visite d'Emmanuel Macron en Suisse
1 / 23
La visite d'Emmanuel Macron en Suisse
source: sda / anthony anex
partager sur Facebookpartager sur X
Andri Ragettli n'a pas besoin de skis pour faire des cascades
Video: watson
Plus d'articles sur le sport
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les «Oscars du sport» ont commis une erreur en «oubliant» Odermatt
La cérémonie a dressé sa liste des nommé(e)s. Et surprise, Marco Odermatt est absent. Shiffrin, elle, est au contraire bien présente. Illogique.

Les Laureus World Sports Awards récompensent les sportives et sportifs internationaux, toutes disciplines confondues, qui ont le plus marqué le monde du sport lors de l'année précédente.

L’article