en partie ensoleillé
DE | FR
Sport
Football

Coupe du monde 2022: Le numéro 24 pose problème au Brésil

Brazil's Bremer controls the ball during the World Cup group G soccer match between Cameroon and Brazil, at the Lusail Stadium in Lusail, Qatar, Friday, Dec. 2, 2022. (AP Photo/Moises Castillo)
A la Coupe du monde, Gleison Bremer a été le premier Brésilien à porter le numéro 24 en match officiel, un numéro qui pose problème au Brésil. Image: keystone

Pourquoi personne ne veut le numéro 24 dans l'équipe du Brésil

L'habituel remplaçant Gleison Bremer a brisé un gros tabou vendredi face au Cameroun en portant ce numéro honni dans le pays sud-américain. Explications.
05.12.2022, 16:4705.12.2022, 17:52
Suivez-moi

Le maillot de Gleison Bremer vendredi soir à la Coupe du monde ne portait ni message politique, ni symbole au sens caché ni même un drapeau arc-en-ciel. Et pourtant, ce maillot a brisé un sacré tabou au Brésil. Comment? Simplement en arborant sur la poitrine et dans le dos un numéro, comme tous les autres footballeurs présents au Qatar. Mais ce numéro en question, le 24, a une connotation très particulière au pays de la samba et de la caïpirinha.

Un cerf, des sénateurs et une ruse

Il est associé à l'homosexualité. Pour comprendre ce lien à première vue pas du tout évident, il faut un petit cours d'Histoire: à la fin du 19e siècle, le baron João Batista Viana Drummond a des soucis financiers à cause du zoo de Rio de Janeiro dont il est propriétaire. Pour combler ses pertes, il décide de créer une loterie – illégale et encore jouée aujourd'hui – dans les rues de la ville, le «jogo do bicho» (le «jeu des animaux»). Le principe du jeu? Choisir l'une des 25 cases de la carte, chacune étant représentée par un animal. Sur la case 24: un cerf. Un mammifère connu pour ses ébats sexuels entre mâles et dont le nom portugais «veado» est aussi utilisé, au Brésil, pour désigner – de manière péjorative – un homosexuel.

Dans un pays encore très conservateur, il n'en faut pas plus pour dégoûter du nombre 24 beaucoup d'hommes. Alors pour garder leur virilité intacte, ils refusent de porter des maillots avec ce numéro, de s'asseoir sur le fauteuil 24 au cinéma ou évitent d'habiter l'appartement 24 d'un immeuble. Cette superstition homophobe s'est même invitée au Sénat: chaque sénateur y a sa pièce privée, or il n'existait pas de numéro 24 (la pièce 25 suit la 23) jusqu'à 2015... Il a fallu un tollé médiatique pour que les choses rentrent dans l'ordre. Au propre comme au figuré, donc.

Le «jogo do bicho»

Image
source: twitter

Dans le foot pro, les mentalités commencent aussi à évoluer. La preuve avec Gleison Bremer, qui a accepté de porter le numéro honni.

«Pour moi, c'est un maillot comme un autre, l'important est d'être à la Coupe du monde, le numéro n'a pas d'importance»
Gleison Bremer

Face au Cameroun vendredi, le défenseur central a donc été le premier footballeur dans l'histoire de la Seleçao à porter le 24 en match officiel. Et ce n'est pas parce que le nombre de joueurs autorisés dans le contingent a grimpé à 26 pour la première fois en Coupe du monde cette année (contre 23 pour les éditions précédentes): lors de la Copa America 2021, les sélections avaient droit à 24 joueurs. Toutes avaient un numéro 24, sauf le Brésil ... qui a tout simplement retiré ce maillot de la pile en le remplaçant par le 25.

En Copa Libertadores (la Champions League sud-américaine), les équipes brésiliennes n'ont pas le droit de supprimer ce numéro, alors elles utilisent un subterfuge: elles l'attribuent systématiquement au troisième gardien, histoire d'être quasi certain que le 24 n'apparaisse jamais sur la pelouse. En 2020, un seul joueur dans tout le championnat national portait le 24.

Pelé et des militants à crampons

Au contraire, et c'est logique, arborer ce numéro est une fierté dans la communauté gay brésilienne. Plusieurs associations militant pour la cause LGBT+ l'utilisent comme symbole de résistance et de revendication. Et dans des tournois de foot de quartiers, le maillot 24 «peut être aussi convoité que le 10 de Pelé», fait savoir Franceinfo.

Cameroon's Andre-Frank Zambo Anguissa, right, battles for the ball with Brazil's Bremer during the World Cup group G soccer match between Cameroon and Brazil, at the Lusail Stadium in Lusail, Qatar, F ...
Bremer et son numéro 24 face au Cameroun (défaite 0-1). Image: keystone

Le chandail de Bremer au Qatar n'est pas la seule raison, pour les gays brésiliens, de croire à l'ouverture d'esprit de leurs compatriotes. Début 2020, le club de Bahia a proposé à son joueur, Flávio, de porter le 24. Le milieu de terrain a accepté, et a même gardé ce numéro à Trabzonspor et à Al-Taawon, club saoudien où il évolue désormais. Par conviction politique, comme il l'expliquait à So Foot:

«Le club m’a présenté l’idée, et j’ai accepté tout de suite. Ça a coïncidé avec le décès de Kobe (réd: Bryant, le célèbre basketteur) qui était l’une de mes plus grandes idoles et qui portait également le 24. Je l’ai donc fait pour deux raisons. Mais cette cause est quelque chose de bien plus grand que je soutiens à 100%»
Flávio, footballeur brésilien

Durant la dernière Gay Pride de Rio le 27 octobre, un maillot géant du Brésil avec le numéro 24 et un brassard arc-en-ciel a été déroulé, avec la coopération de la fédération brésilienne de foot.

Et si Bremer marque le but décisif en finale de la Coupe du monde le 18 décembre prochain, on peut parier que le nombre abominé changera vite de statut. De là à voir un cerf sur le blason des Auriverde, il y aura encore sans doute une étape.

Revivez les meilleurs moments de Suisse-Serbie en images

1 / 32
Revivez les meilleurs moments de Suisse-Serbie en images
source: sda / petr david josek
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

TF1 : la pub lancée avant la fin du match des Bleus

Video: watson

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les Jeux olympiques d'hiver pourraient se tenir souvent au même endroit
Face aux changements climatiques, le CIO envisage de privilégier les grandes stations d'hiver avec un enneigement garanti. Mais seront-elles intéressées?

En raison de la crise climatique, les Jeux olympiques d'hiver pourraient se tenir plus souvent aux mêmes endroits. Un système de rotation au sein d’un groupe d’hôtes restreint est actuellement à l'étude, a déclaré Thomas Bach, président du Comité international olympique (CIO), en marge des Championnats du monde de luge à Oberhof.

L’article