assez ensoleillé
DE | FR
Sport
Interview

Beat Feuz: «J'en ai assez du ski alpin professionnel»

Switzerland's Beat Feuz meets the media during a press conference in Bormio, Italy, Monday, Dec. 26, 2022. (AP Photo/Alessandro Trovati)
Beat Feuz s'est confié à la presse lundi à Bormio, avant la descente prévue mardi dans la station italienne. Image: keystone
Interview

«Sur la piste, j'ai compris d'un seul coup que j'en avais assez du ski»

Beat Feuz a surpris tout le monde quand il a annoncé sa retraite quatre jours avant Noël. Juste avant la descente de Bormio mercredi, le champion olympique de descente est revenu sur les raisons de cette décision spontanée.
27.12.2022, 06:1227.12.2022, 09:09
Rainer Sommerhalder / ch media
Plus de «Sport»

Il y a deux mois encore, Beat Feuz disait ce qu'il a toujours dit ces dernières années au sujet de sa retraite: «Tant que j'aurai du plaisir et de la motivation à skier, je continuerai.» Mais juste avant Noël, tout s'est soudain accéléré. L'Emmentalois de 35 ans veut encore disputer ses descentes préférées à Wengen et Kitzbühel, mais les Championnats du monde de février en France se dérouleront déjà sans lui. Le champion nous explique ce changement d'avis.

Beat Feuz, pourquoi avez-vous décidé de prendre votre retraite?
BEAT FEUZ: Tout d'abord, je m'excuse d'avoir offert un Noël aussi court aux journalistes. (rires) Les raisons sont simples: à un moment donné, j'en ai eu assez. J'en ai assez du ski, assez vécu et assez accompli de choses.

«Je n'avais tout simplement plus l'impression de vouloir me battre pour des centièmes de seconde. D'autres choses dans la vie sont tout simplement devenues plus importantes, en premier lieu la famille»

Et quel rôle a joué votre santé?
L'histoire de mon corps, tout le monde la connaît. Je n'ai pas beaucoup parlé par moi-même de mon genou gauche. Mais c'était souvent pire que ce que l'on pensait. C'était aussi un plus grand combat que ce que l'on pensait. Ça n'a plus de sens non plus de continuer à se battre. Il faut tellement de temps pour que le corps devienne compétitif. Je ne suis plus disposé à investir autant de temps. Mon corps m'a dit que c'était fini. Mais ma famille est aussi trop importante pour que je prenne ce risque. Mon souhait était que ma retraite soit une surprise pour le public. J'y suis définitivement arrivé. Tout s'est donc déroulé exactement comme je le souhaitais.

Switzerland's Beat Feuz waves after meeting the media in Bormio, Italy, Monday, Dec. 26, 2022. (AP Photo/Alessandro Trovati)
Beat Feuz prendra sa retraite après la descente de Kitzbühel, le 21 janvier. Image: keystone

Pourquoi ne pas disputer quand même les Championnats du monde?
Quelque part, je dois rester fidèle à ma ligne de conduite. J'ai toujours dit que mes grandes courses et mes objectifs, malgré les Jeux olympiques ou les Championnats du monde, étaient les classiques de Wengen et de Kitzbühel. Je veux y être à nouveau compétitif.

Avec votre annonce, la pression de la compétition a quasi disparu pour vous. Mais y a-t-il encore suffisamment de tension pour attaquer à fond ces dernières courses?
Oui, c'est sûr. La décision est mûrie depuis un certain temps déjà au sein de la famille. Mais c'est clair que la pression disparaît lorsque l'on communique cette décision à l'extérieur. Pour moi, que j'annonce ma retraite un mois avant ou juste après Kitzbühel, ça ne joue aucun rôle en termes de tension.

Le programme de Bormio
Mardi 27 décembre: entraînement descente
Mercredi 28 décembre: descente
Jeudi 29 décembre: Super G

Concrètement, quand avez-vous pris cette décision ?
Ça fait des années qu'on me parle de ma retraite. J'ai cependant repris l'entraînement d'été comme si de rien n'était. Je suis également allé au camp d'entraînement en Amérique du Nord sans penser à ce sujet. Puis nous sommes allés à Lake Louise pour la première course.

«Et pendant la reconnaissance de la piste, j'ai constaté par moi-même que ce n'était plus ce que je voulais. Immédiatement après l'entraînement, j'ai pris mon téléphone et j'ai appelé la maison pour dire à Katrin (réd: sa compagne) que j'arrêtais. J'ai discuté tranquillement des détails avec elle à mon retour d'Amérique du Nord»

Mais c'était vraiment que le manque de motivation ou votre genou a aussi joué un rôle dans ce choix?
C'est un tout. J'aurais encore envie de skier. Mais il faut un effort incroyablement important pour être compétitif. Et avec l'âge, ça devient de plus en plus exigeant. En même temps, j'ai remarqué que mes problèmes physiques ne diminuent pas. Je ne suis plus disposé à faire cet effort pour mon genou gauche. Même si c'était le cas, je n'aurais aucune garantie de pouvoir prendre le départ sans douleur. Si je ne suis plus prêt à m'investir à 100% dans ce sport, je n'ai plus rien à faire ici.

Votre vie privée a-t-elle aussi été déterminante dans votre décision ne plus vouloir prendre tous les risques?C'est certain. Pour moi, la famille passe toujours en premier, c'est la priorité absolue. On pense aussi aux enfants. Pas forcément au départ d'une course, mais justement, ces moments où l'on est longtemps sur la route, comme en Amérique du Nord, je n'en ai plus forcément besoin.

ARCHIV - ZUR BEKANNTGABE DES RUECKTRITTS VON BEAT FEUZ VOM ALPINEN SKIRENNSPORT STELLEN WIR IHNEN FOLGENDES ARCHIVMATERIAL ZUR VERFUEGUNG - Beat Feuz of Switzerland in action during the men's dow ...
Beat Feuz compte notamment 16 victoires en Coupe du monde et une médaille d'or olympique en descente (Pékin 2022). Image: KEYSTONE

Avant qu'elle soit publique, à qui avez-vous communiqué votre décision et quand?
Je tenais à ce que très peu de personnes soient au courant jusqu'à la communication officielle, histoire que ça ne sorte pas prématurément. Du coup, je n'ai informé que quatre ou cinq personnes à l'avance et personnellement.

Quels sont vos projets pour l'après-carrière?
Il y a quelques projets, mais rien de concret pour l'instant. Je n'ai pas non plus de stress à ce sujet. Mais je suis toujours skieur pro. Et heureusement, j'ai aussi le privilège de pouvoir prendre trois mois de vacances.

Pourquoi avez-vous fait l'impasse sur le premier entraînement à Bormio?
J'ai été enrhumé ces derniers jours et je n'ai pas beaucoup d'énergie actuellement. Le tracé de Bormio demande pas mal d'énergie. L'idée serait d'être au départ mardi. Si ça ne devait pas se faire, ce ne serait pas non plus la fin du monde.

Avant la saison, vous aviez défini comme objectif les classiques et non le globe de descente. Avez-vous senti que votre carrière touchait à sa fin?
J'ai surtout remarqué comment mon corps réagissait après les journées d'entraînement. C'est différent d'il y a quatre ou cinq ans. Moi-même, j'ai senti que la lutte pour le globe de descente serait du coup difficile pour moi.

Combien de fois avez-vous dû esquiver la question de votre retraite?
C'est sûr, je n'ai pas dit la vérité lors des Sports Awards. Mais juste avant la saison, je n'avais pas encore pris ma décision, vraiment. J'ai ressenti que mon corps n'était plus comme les années précédentes.

«Mais je me suis bien entraîné en Amérique du Nord et, jusqu'à Lake Louise, je n'aurais moi-même pas pensé que je prendrais cette décision pendant la reconnaissance de piste»

Mais depuis que cette pensée est venue spontanément, je n'ai plus jamais vraiment douté que c'était la bonne chose à faire.

Adaptation en français: Yoann Graber

20 stars et leurs photos de Noël, de la magie et du cringe
1 / 29
20 stars et leurs photos de Noël, de la magie et du cringe
Les stars ont fêté Noël... à leur façon. Le thème n'était pas «être chic» cette année.
source: instagram
partager sur Facebookpartager sur X
Les commentateurs de la Coupe du monde 2022
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Les skieuses ont fondu comme neige au soleil
De nombreuses skieuses se sont affinées ces dernières années. Une tendance qui ne s'applique pas à toutes les athlètes, mais qui renseigne sur les changements dans le ski alpin féminin.

Les choses bougent, le ski évolue avec son temps et les méthodes d'entraînement s'optimisent, se perfectionnent pour atteindre une forme d'excellence. Et ce long chemin vers l'excellence passe par des réajustements, comme perdre des kilos superflus. Paula Moltzan avait par exemple brûlé plusieurs kilos pour retrouver un ski plus dynamique. Un processus qui l'enverra pointer le bout de ses spatules sur le devant de la scène du Cirque blanc.

L’article