Sport
Neuchâtel

MMA: Ange Loosa en lice lors de l'événement UFC à Paris

Ange Loosa (à gauche) bataillera à nouveau dans une cage UFC samedi à Paris, plus d'un an après son dernier combat.
Ange Loosa (à gauche) bataillera à nouveau dans une cage UFC samedi à Paris, plus d'un an après son dernier combat. image: instagram

«Les combattants de MMA ne sont pas violents hors de la cage»

Le Neuchâtelois Ange Loosa (30 ans) participera à un combat d'arts martiaux mixtes (MMA) organisé par la prestigieuse ligue UFC ce samedi à Paris. Il est impatient de combattre «presque à domicile».
02.09.2023, 08:0102.09.2023, 11:30
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Grande et belle échéance pour Ange Loosa le 2 septembre à Paris. Le Chaux-de-Fonnier combattra lors de l'événement UFC (Ultimate Fighting Championship), la plus prestigieuse ligue des arts martiaux mixtes (MMA).

Il affrontera le Nord-Irlandais Rhys McKee (27 ans) dans la catégorie des poids mi-moyens (moins de 77 kg). Celui qui vit et s'entraîne aux Etats-Unis depuis 2019 disputera son premier combat depuis plus d'un an. Le 20 août 2022, quatre mois après ses débuts en UFC, il avait battu l'Américain AJ Fletcher. Dans la salle de Paris-Bercy, Ange Loosa sera accompagné du Fribourgeois Volkan Oezdemir. C'est la première fois que deux Suisses prennent part à un événement de la reine des ligues.

Ange Loosa (à droite) et Volkan Oezdemir seront tous deux présents à Paris-Bercy samedi soir.
Ange Loosa (à droite) et Volkan Oezdemir seront tous deux présents à Paris-Bercy samedi soir. image: instagram

Vous allez disputer ce samedi à Paris votre premier combat depuis plus d'une année. La préparation a-t-elle été différente?
Non, parce qu'au final, chaque combat est différent, même quand ils sont davantage rapprochés dans le temps. La seule chose qui compte, c'est que je combats pratiquement à la maison. Donc ma motivation est plus grande. Mon début d'année 2023 n'a pas été facile: j'ai été renversé par une voiture à Miami quand je roulais en vélo. J'ai eu une côte fracturée et des maux de dos, ça a pris du temps pour me soigner et revenir. Mais je suis toujours resté focus sur mon sport. J'ai même encore plus faim qu'avant.

Votre maman ne voulait pas que vous fassiez du MMA plus jeune, parce qu'elle avait peur que vous vous fassiez mal. Sera-t-elle dans la salle samedi?
Oui. Elle est d'ailleurs déjà à Paris depuis quelques jours, chez mon oncle. Ça faisait plus d'un an que je ne l'avais pas vue. Je la sens stressée, elle a toujours peur de me voir combattre.

«Ce n'est pas facile de voir son fils prendre des coups dans une cage, mais elle est très fière de moi et impatiente de pouvoir assister à un événement de cette ampleur»

Je me réjouis de la voir dans la salle, tout comme mes frères et sœurs ainsi que mes amis.

Tous les combattants logent dans les mêmes hôtels. Avez-vous déjà croisé votre adversaire?
Non, je ne l'ai pas croisé (réd: l'interview a eu lieu mardi), mais il y a de fortes chances. Ce n'est pas un problème: je ne suis pas dans la provocation, mon adversaire non plus si je me fie à sa réputation. Ça m'est déjà arrivé par le passé de me faire chauffer, mais ce n'est pas quelque chose qui m'affecte. Le combat, c'est dans la cage. Je reste focus là-dessus. Le trashtalking, je laisse ça aux autres.

Ange Loosa préfère garder toute son énergie pour le combat dans la cage.
Ange Loosa préfère garder toute son énergie pour le combat dans la cage. image: instagram

Il y a aussi beaucoup de respect entre les combattants. C'est presque un paradoxe, non?
Il faut comprendre que le MMA n'est pas une bagarre de rue, ce n'est pas du n'importe quoi. Ce sont deux athlètes qui combattent. On sait par quoi notre adversaire est passé, tout ce qu'il a enduré durant les entraînements pour se retrouver là. On respecte le travail et la discipline nécessaires pour être à ce niveau. C'est un sport à part entière.

C'est aussi une école de vie, où on apprend notamment à gérer ses émotions.
Totalement. Jeune, j'étais hyperactif. Le MMA m'a canalisé. Désormais je suis quelqu'un de beaucoup plus réfléchi.

«Il ne faut pas croire que les combattants sont violents en dehors. Il faut faire la part des choses entre le travail et la vie à l'extérieur»

C'est un sport qui requiert beaucoup de discipline et qui m'a aussi apporté plein de bonnes choses, comme la santé et la confiance en moi.

Ange Loosa dans ses œuvres 📺

Revenons à votre combat de samedi. Que peut-on dire de votre adversaire, Rhys McKee?
Il reste beaucoup sur ses jambes et ne cherche pas à amener le combat en lutte au sol. Il vient du kick-boxing et du muay-thaï, comme moi. Il est endurant et grand, avec un physique plutôt longiligne. Il a donc une plus grande allonge que moi. C'est à moi de casser la distance. Je suis très explosif et beaucoup plus athlétique que lui, alors je tenterai d'imposer mon style et mon rythme. J'enchaîne plus vite les attaques que lui.

Votre surnom comme combattant est «Last Ninja» («le dernier ninja» en français). Ça vient d'où?
J'ai toujours été un grand fan de mangas, notamment Naruto. «Last Ninja», c'est un personnage de cette série, qui a perdu tout son clan et qui cherche la force dans tout ce qu'il a perdu pour se relever et venger son clan. Ce n'est pas mon histoire, mais c'est une source d'inspiration.

On imagine que vous allez profiter de rester un peu en Europe après votre combat?
Oui. Je vais faire 1-2 jours à Paris, où j'ai de la famille. Ensuite, j'irai directement en Suisse rendre visite à mes proches et mes amis. J'en profiterai aussi pour me reposer, mais pas trop, parce que j'aimerais encore participer à des combats avant la fin de l'année.

Les images spectaculaires du télescope James Webb
1 / 22
Les images spectaculaires du télescope James Webb
La nébuleuse de la Lyre prise en photo par le télescope James Webb.
source: esa/webb
partager sur Facebookpartager sur X
Il imite un footballeur après un but à la perfection
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
On a vu le documentaire Prime Video sur Federer en avant-première
Dans Twelve Final Days, Roger Federer évoque les derniers jours de sa carrière. Il ouvre ses archives et la porte de sa maison. Le documentaire sortira le 20 juin. Nous l'avons vu en avant-première.

Ce sont des images qui n’ont jamais été destinées au public, et qui pourtant, ravissent déjà des millions de personnes. Pour le documentaire Twelve Final Days retraçant les derniers jours de sa carrière, Roger Federer ouvre ses archives personnelles et donne un aperçu inédit de sa vie.

L’article