en partie ensoleillé10°
DE | FR
Sport
Rugby

Rugby: les meilleures réponses au haka néo-zélandais

Sébastien Chabal avait su parfaitement répondre au haka néo-zélandais en 2007.
Sébastien Chabal avait su parfaitement répondre au haka néo-zélandais en 2007.image: keystone/shutterstock

Le haka ne fait pas peur à tout le monde

Nouvelle-Zélande - Uruguay, c’est ce jeudi (21h00) à Lyon. Los Teros, nom donné à la sélection uruguayenne, se présenteront face aux Blacks pour la deuxième fois seulement de leur histoire. Comment réagiront-ils devant le terrible haka? Dans le passé, plusieurs nations se sont faites remarquées par leur riposte. Petit florilège des meilleures réponses au rituel maori.
05.10.2023, 19:0006.10.2023, 07:35
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Le gagne-terrain

Il est de coutume dans l’ovalie de faire face au haka en se tenant sur sa ligne des 40 mètres. Parfois, les nations dérogent à cette règle et font le choix de s’avancer. C’est le cas du XV de France, qui, lors du quart de finale du Mondial 2007, s’est positionné sur la ligne médiane, afin de défier au plus près la Nouvelle-Zélande. Une confrontation droit dans les yeux, qui a longtemps marqué les esprits. On se demande encore comment Sébastien Chabal, habité, n’en n’est pas venu aux mains.

Vidéo: youtube

Le V de la victoire

Le signe V, symbole de victoire, a largement été popularisé par le premier ministre anglais, Winston Churchill. Pas étonnant donc que le XV de la Rose se serve régulièrement de la formation en V pour contrer le haka néo-zélandais. En 2019, lorsque les deux équipes s’étaient affrontées pour une place en finale de Coupe du Monde, les Anglais – disposés en V – s’étaient même permis le luxe de s’installer dans le camp adverse. Ce qui leur avait valu une amende, le règlement World Rugby ne permettant pas aux joueurs de dépasser le centre du terrain.

Vidéo: watson

Les chants de supporters

Un silence de cathédrale durant un haka, ça n’arrive que très rarement. À mesure que le rituel débute, l’effervescence monte en tribunes. Parfois, notamment lorsque la Nouvelle-Zélande évolue à l’extérieur, il arrive que les fans locaux se fassent entendre. Les joueurs ne bronchent pas, mais tout un stade reprend à l’unisson un chant de ralliement. Exemple en 2021, quand lors des test-matchs de novembre, les supporters irlandais avaient entonné à l’Aviva Stadium The Fields of Athenry. Les Anglais, eux, dégainent régulièrement le célèbre Swing Low, Sweet Chariot, tandis que les Sud-Africains chantent Waltzing Matilda.

Les supporters anglais fredonnant Swing Low, Sweet Chariot Vidéo: YouTube/England Rugby

En 2006, un désaccord sur le protocole du match Pays de Galles - Nouvelle Zélande avait conduit les All-Blacks à «performer» dans le couloir du Millennium Stadium. Ils protestaient contre la décision de la fédération galloise de répondre au haka par l'hymne officiel du Pays de Galles: Land Of My Fathers.

Le désintérêt total

Le Mondial 91 nous a réservé une scène d’anthologie. Avant sa demi-finale contre les All-Blacks, David Campese, l’aillier des Wallabies, n’a pas tremblé. Celui que l'on surnomme «Campo» s’est complètement désintéressé du cérémonial du haka, poursuivant ainsi son échauffement. L’histoire retiendra que ce jour-là, Campese a probablement réalisé le meilleur match de sa carrière. Bob Dwyer, le sélectionneur australien de l’époque, en est en tout cas convaincu. La preuve avec cette déclaration, lâchée dans The Rise and Rise of Australian Rugby, un documentaire réalisé par ABC.

«Je dois dire que tout au long de la Coupe du Monde 1991, et en particulier lors de cette demi-finale, Campo a été impressionnant. Nous savons tous à quel point il a été un grand joueur pendant de nombreuses années, mais je suis sûr que sa performance en première mi-temps ce jour-là n’a jamais été battue.»
Bob Dwyer

L'attentisme

Techniquement, le haka prend fin lorsque les adversaires des Néo-Zélandais se retournent, pour prendre place sur le terrain. En 2008, les Gallois – joueurs – n’ont pas voulu être les premiers à tourner le dos à l'adversaire. De marbre, les hommes de Warren Gatland sont restés en place de longues secondes, défiant les Blacks du regard. Finalement, ce sont les joueurs du Pacifique qui ont cédé les premiers, après que l’arbitre de la rencontre ait demandé aux deux équipes de laisser place au jeu.

L'autre danse

Le haka existe dans plusieurs versions. Il y a le «Ka mate», le plus courant, ou encore le «Kapa o pango», le plus guerrier, parfois ponctué par un geste d’égorgement. Mais la Nouvelle-Zélande n’est pas la seule équipe à «exécuter» une danse en avant-match. D’autres nations du Pacifique entament des chorégraphies martiales après les hymnes. Les Fidji ont le «Cibi», les Samoa le «Siva tau» et les Tonga le «Sipi tau».

Quand deux de ces pays s'affrontent, il y a match aussi en matière de danse rituelle. Dans pareille situation, un protocole strict est établi. L'équipe qui remporte le tirage au sort «performe» en premier. La seconde dispose de deux options: répondre après le début de la performance de l'équipe A ou attendre qu'elle ait terminé.

«Cibi» et «Haka» entre Fidjiens et Néo-Zélandais.Vidéo: YouTube/All Blacks
Les images spectaculaires du télescope James Webb
1 / 22
Les images spectaculaires du télescope James Webb
La nébuleuse de la Lyre prise en photo par le télescope James Webb.
source: esa/webb
partager sur Facebookpartager sur X
Jeremstar milite contre la maltraitance animale au défilé Vuitton
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le dopage peut se transmettre par un baiser ou un câlin
Plusieurs athlètes contrôlés positifs ont été contaminés par les fluides corporels de leur moitié. C'est désormais la ligne de défense d'une escrimeuse. Mais la partie n'est pas gagnée.

Ysaora Thibus a appris il y a deux semaines qu'elle avait subi un contrôle antidopage positif. Suspendue à titre provisoire et avec effet immédiat, la fleurettiste française (32 ans) se bat désormais pour prouver son innocence et ainsi participer aux Jeux olympiques de Paris, où elle a de grandes chances de médailles. Or pour justifier la présence d'ostarine (un produit généralement utilisé pour augmenter la masse musculaire) dans ses analyses, Thibus a adopté une ligne de défense à la mode chez les sportifs: celle de la contamination par sa moitié.

L’article