Sport
Rugby

Rugby: le Néo-Zélandais Williams fait une découverte à Arras

Un ancêtre du rugbyman néo-zélandais Tamaiti Williams a combattu à Arras, en France, durant la Première Guerre mondiale.
Un ancêtre du rugbyman néo-zélandais Tamaiti Williams a combattu à Arras, en France, durant la Première Guerre mondiale. image: instagram/x

Ce rugbyman néo-zélandais fait une incroyable découverte en France

L'international Tamaiti Williams a renoué avec son histoire familiale en visitant des tunnels de la Première Guerre mondiale en France, où il disputera la Coupe du monde avec les All Blacks.
02.09.2023, 17:0002.09.2023, 20:18
Plus de «Sport»

Tamaiti Williams n'oubliera pas ce jeudi 31 août. En «sortie pédagogique» avec la sélection néo-zélandaise pour le premier jour des All Blacks en France (où débute la Coupe du monde vendredi 8 septembre), le rugbyman de 23 ans a fait une folle découverte en visitant les tunnels souterrains d'Arras (nord du pays).

Ceux-ci ont été creusés en 1917 par des soldats néo-zélandais durant la Première Guerre mondiale, pour protéger 24 000 militaires de la Triple-Entente face à l'artillerie allemande juste avant la bataille d'Arras. Tamaiti Williams a immortalisé cette visite symbolique avec une story Instagram, à laquelle sa grand-mère a répondu. Elle a appris au rugbyman que son arrière-grand-père avait combattu exactement à cet endroit.

L'hommage sur Instagram de Tamaiti Williams pour son ancêtre

Image
image: instagram

«C'est particulier d'apprendre ainsi de telles choses... Comme ça a dû être terrible pour ces hommes de vivre ça. C'est un mélange de tristesse, mais aussi de force de savoir ce que ces soldats ont accompli pour les générations qui leur ont succédé», a raconté Tamaiti Williams à L'Equipe. Une fois dans sa chambre d'hôtel, le colosse de 196 cm pour 140 kg a senti le besoin de communiquer avec ses proches:

«J'ai partagé quelques larmes avec ma mère au téléphone. Personne dans ma famille n'est jamais venu en France, moi j'ai le privilège de voir ce pays de mes yeux. C'est un sentiment très spécial... Je viens d'un tout petit bled en Nouvelle-Zélande, savoir que mon arrière-grand-père est venu combattre ici, si loin de chez lui, ça me donne une image plus complète de qui je suis et d'où je viens. C'est très spécial, vous savez.»
Tamaiti Williams, dans L'Equipe

L'Equipe rappelle que «plus de 100 000 Néo-Zélandais sont venus combattre aux côtés des Français durant la Première Guerre mondiale, 18 000 ont péri, 41 000 ont été blessés».

Sa découverte du jeudi 31 août à Arras a bouleversé Tamaiti Williams.
Sa découverte du jeudi 31 août à Arras a bouleversé Tamaiti Williams. image: instagram

Durant cette même journée, les All Blacks se sont aussi rendus dans la Somme, tristement célèbre pour sa terrible bataille (1916). Ils sont allés se recueillir au cimetière de Longueval, où sont enterrés 125 soldats néo-zélandais. Les rugbymen leur ont rendu hommage à leur manière, en réalisant leur célèbre Haka au milieu des pierres tombales.

Le Haka des Néo-Zélandais dans la Somme 📺

Vidéo: twitter

La Coupe du monde de rugby débutera vendredi prochain avec le choc France - Nouvelle-Zélande dès 21h15 au Stade de France. (yog)

Les images spectaculaires du télescope James Webb
1 / 22
Les images spectaculaires du télescope James Webb
La nébuleuse de la Lyre prise en photo par le télescope James Webb.
source: esa/webb
partager sur Facebookpartager sur X
Une famille d'ours visite un village en Italie
Video: watson
Plus d'articles sur le sport
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ce sont les raisons de l’échec du HC Fribourg-Gottéron
Toujours en quête d'un premier titre de champion, les Dragons ont encore échoué en play-off. Les attentes étaient semble-t-il trop élevées. Voici les raisons de cet échec.

Il y avait de grands espoirs du côté de Fribourg-Gottéron. Mais comme toujours, il ne reste rien, si ce n'est les yeux pour pleurer. Andrej Bykov se retire, après 803 matchs de National League et pas le moindre titre de champion à son palmarès. Christian Dubé, lui, lâche sa double casquette, et n'occupe désormais que le rôle d'entraîneur.

L’article