DE | FR
Des juniors du FC Einsiedeln, 2008.
Des juniors du FC Einsiedeln, 2008.image: keystone

Les clubs de foot suisses juniors vont intégrer des réfugiés ukrainiens

Les clubs de foot, comme celui de Vevey dans le canton de Vaud, se préparent à accueillir, en leur sein, de jeunes réfugiés ukrainiens. Pour les matchs officiels, un problème de licence se pose. Mais l'ASF est sur le coup.
17.03.2022, 12:3019.03.2022, 07:50

«On en a justement parlé mercredi en interne avec le responsable du mouvement juniors.» William von Stockalper préside le Vevey United. Le club de la Riviera vaudoise est prêt à intégrer de jeunes réfugiés ukrainiens dans ses équipes (au nombre de dix-sept).

Combien pourrait-il en accueillir? «Entre 15 et 20, des garçons comme des filles», répond le dirigeant. Le club compte par ailleurs dans ses rangs un Ukrainien âgé d’une vingtaine d’années et évoluant dans l’équipe réserve. «Pour lui, qui a de la famille en Ukraine, la situation est particulièrement difficile», confie le président du Vevey United.

«Le plus important, c’est que tout réfugié en provenance d’Ukraine puisse faire du sport s’il le souhaite»
William von Stockalper, président du Vevey United

Alors que la Suisse pourrait voir affluer jusqu’à 60 000 réfugiés ukrainiens, essentiellement des femmes et des mineurs, leur trouver des occupations est l’un des défis posés aux pouvoirs publics. La pratique du sport, et du football en particulier, s’avère être un bon moyen de socialisation.

Le secrétaire général de l’Association cantonale vaudoise de football, Alain Klaus, est sur le coup. «Des responsables de mouvements juniors m’appellent pour me demander ce qu’il faut faire», dit-il. Un problème de licence se pose. Le règlement ne permet pas à des joueurs arrivés dans des clubs en cours de championnat d’être alignés sur le terrain dans des matchs officiels.

Qu’à cela ne tienne! «On peut tout à fait créer une équipe avec des entraînements et activités foot sur mesure», avance William von Stockalper. «Le seul réel problème qui pourrait se poser chez nous, c’est l’intégration des petits dans l’école de foot, aujourd’hui pleine et comprenant déjà une liste d’attente», poursuit le Veveysan.

L'ASF pourrait assouplir son règlement

Mais ce règlement, plutôt strict, pourrait être assoupli. Cela éviterait aux réfugiés ukrainiens de devoir attendre trois mois pour jouer en championnat, en l’occurrence celui de la saison prochaine. L’ASF, la faîtière du football en Suisse, examine la possibilité d’introduire une dérogation qui permettrait aux jeunes Ukrainiens de disputer des matchs officiels sans tarder, comme l’indique à watson le porte-parole de l’ASF, Adrian Arnold.

«Nous avons déjà un programme d’accueil des réfugiés du nom de Together. Il s’agirait de l'adapter. Ce programme prévoit de donner des fournitures, shorts et autres accessoires, à tout réfugié qui en aurait besoin pour jouer au football. Nous l'avons fait par le passé pour les réfugiés syriens.»
Adrian Arnold, porte-parole de l’ASF

C’est toute la Suisse, tous les cantons romands, villes et campagnes, qui s’apprêtent à ouvrir leurs nombreuses activités associatives aux réfugiés venant d’Ukraine.

En Ukraine, voici comment les civils affrontent les soldats russses

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Famille de réfugiés en Suisse: «Notre maison a été rasée par les bombes»

Link zum Artikel

Genève, cette petite Russie inquiète pour son business et sa quiétude

Link zum Artikel

Réfugiés ukrainiens en Suisse: tout savoir sur leur statut exceptionnel

Link zum Artikel

Quand la Suisse se pare des couleurs de l'Ukraine

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Wawrinka-Djokovic, une des plus belles rivalités en cinq matchs fous
Stan Wawrinka et Novak Djokovic en découdront en 8e de finale à Rome ce jeudi après-midi. Ce match sera leur 26e affrontement (le Serbe mène 19 à 6). L'occasion de revenir sur les cinq duels les plus fous entre le Vaudois et le Serbe.

Stan Wawrinka-Novak Djokovic, c'est tout simplement l'une des plus belles rivalités dans l'histoire du tennis. Les deux hommes s'affronteront ce jeudi après-midi à Rome pour un ticket en quart de finale, plus de deux ans et demi après leur dernier match (victoire de Wawrinka par abandon au 3e tour de l'US Open 2019). Avec un Vaudois de retour aux affaires après une pause de plus d'une année et un «Djoker» orgueilleux, à la recherche de son meilleur niveau et d'un nouveau titre, ce duel promet beaucoup.

L’article