DE | FR

Peng Shuai, histoire d’une fille pas facile

Plus ou moins introuvable depuis qu’elle a accusé un ministre de l’avoir violée, la joueuse chinoise fut dès le début de sa carrière une prodige insoumise, lasse de partager ses gains, sa chambre et tous ses secrets.
22.11.2021, 18:4723.11.2021, 08:26

On ne sait pas vraiment où elle est mais depuis ce week-end, on peut la voir partout. Peng Shuai était à table samedi, devant un verre de rouge et des amis très gentils (dont un a tout filmé), Peng Shuai était à un tournoi de tennis dimanche, à lancer des balles aux enfants et des sourires aux puissants (dont un a tout photographié), puis elle était en visio avec le président du CIO, dimanche soir, pour une autre rencontre improvisée:

«Je voudrais passer du temps avec mes amis et ma famille. J’aimerais que l’on respecte ma tranquillité»
Extrait de la visio-conférence avec Thomas Bach

On ne sait pas vraiment où elle est, encore moins ce qu’elle fait, et pour tout dire, on ne sait pas qui elle est. A travers elle, c’est une vérité que le monde entier recherche. La vérité sur un viol attribué à un ex-ministre en activité, aujourd’hui septuagénaire, et sur les conclusions que pourrait en tirer, au XXIe siècle et à l’ère de l'homme bon, le régime politique chinois - qui se contente pour l'heure de nier la disparition de Peng Shuai, ou toute autre mesure de rétorsion.

Peng Shuai n’est peut-être pas le sujet ici, mais au moins est-elle l’objet d’une attention que les foules lui avaient injustement refusée, au temps de sa grandeur (demi-finale de l’US Open 2014), au prétexte de prévenir un péril jaune.

Nous l’avions interviewée le 18 janvier 2007 à Melbourne, dans une pièce de trois mètres sur quatre (à vue de nez pointu) où la première rangée de chaises servait de pare-feu contre la chaleur humaine. Peng Shuai n’avait que 21 ans, elle cognait de toutes ses forces, enchaînements inlassables de gauche-droite, et venait de perdre contre Patty Schnyder. Elle frappait à deux mains, toujours, comme si elle se refusait à lâcher prise. Elle semblait portée par une envie de réussir mais, en public, elle s’en ouvrait peu, poings fermés et mâchoire serrée, colères rentrées.

Face à Patty Schnyder, en 2007, lors de ses débuts timides sur le circuit.
Face à Patty Schnyder, en 2007, lors de ses débuts timides sur le circuit.Image: EPA

Ce jour-là, elle était accompagnée de Zheng Jie, première Chinoise à atteindre une demi-finale de Grand Chelem, et d’une traductrice de peu de mots, chiche en simagrées, cinquante kilos de sang-froid sous des raideurs de mère supérieure, à exiger que les questions portent exclusivement sur le tennis - on obtiendra tout de même de Zheng Jie qu’elle est la fille unique «d'un restaurateur et d'une maman».

Peng Shuai, sous des airs un peu timides, semblait plus causante. Les commérages de machine à café la disaient déjà insoumise. Timea Bacsinszky, qui l’a affrontée trois fois (autant de défaites), confirme:

«Elle était assez discrète, très gentille. Les Chinoises parlaient plutôt mal l’anglais mais Shuai Peng l’a vite maîtrisé. Aux vestiaires, elle discutait volontiers. Elle était reconnaissante à la Chine de financer sa carrière mais elle se plaignait du contrôle sur sa vie, notamment le blocage des réseaux sociaux.»

On l’a dite endoctrinée par un coach taïwanais anticommuniste à l'âge de 18 ans, le temps d'un stage en Floride - une première pour une Chinoise. A peine rapatriée, Peng Shuai a menacé de quitter la grande armée des cogneuses en jupettes et a créé un esclandre en conférence de presse:

«Regardez ce t-shirt Nike. Je suis obligée de le porter car la Fédération a passé un accord global. Mais moi, je n'ai rien signé, et je ne touche pas un centime pour porter cet équipement. Je voudrais pouvoir disposer de mes gains et partir m'entraîner en Floride.»

Sans doute avait-elle payé cette audace de quelque privation. «Elle était souvent blessée», fait remarquer Timea Bacsinszky. Longtemps absente, déjà. Mais à l’époque, personne ne cherchait la vérité.

Elle sort en chaise roulante de sa demi-finale de l'US Open 2014.
Elle sort en chaise roulante de sa demi-finale de l'US Open 2014.

Issues de la filière académique, les joueuses chinoises partageaient tout: leur temps, leur argent et leurs secrets. Elles vivaient ensemble, deux par chambre, murées dans le silence. Pour sortir de cette monotonie, Na Li a fini par épouser son coach, ce qui lui a donné le droit de partager sa couche. Zheng Jie l’a imitée un an plus tard. Pas Peng Shuai.

Les Chinoises faisaient du tennis, à défaut d'en jouer - car ce n'était pas une partie de plaisir, même si l'intention y était. Elles reversaient leurs gains au gouvernement qui, en échange, s’acquittait des frais - beaucoup d’argent pour des chambres à deux lits et des repas précuits à la cantine. «Mais le gouvernement nous verse une prime en cas de bonnes performances», avait précisé Zheng Jie, dont la donation «spontanée» aux victimes du tremblement de terre du Sichuan, quelques années plus tard, fut accueillie comme la preuve manifeste d’une générosité folle, totalement folle...

Na Li, 1,4 million de dollars de gains, n’avait pas encore accumulé assez de primes pour acheter «un joli sac à main».

Bon gré mal gré, les Chinoises étaient des fonctionnaires de la rixe sportive auquel le régime promettait un avenir glorieux, une emprise sur le tennis moderne et ses starlettes de colifichet, juste bonnes à couiner leur souffrance au monde entier. De son amie Zheng Jie à sa grande rivale Na Li, dont elle rejetait la domination autant que l’extravagance, Peng Shuai fut la première à prendre des libertés. Peut-être parce que rien ne lui fut donné: opérée du cœur à 12 ans et proche de devoir arrêter; enfermée dans un rôle de prodige à 20 ans et pas loin de fuir. «Son manager la désignait comme la prochaine Sharapova», se souvient Timea Baczinszky.

Fille unique d’un policier et d’une maman, mais après? Timea Baczinszky est inquiète: «Je ne sais pas ce qu’elle est devenue mais je l’ai suffisamment côtoyée, je l'ai connue assez sincère et vraie, pour penser que son histoire n’est pas du pipeau. Oui, je voudrais bien savoir où elle est en ce moment. Je rencontre Thomas Bach vendredi et je me réjouis de lui demander des nouvelles.»

Plus d'articles sur le sport

Des joueurs en colère: «Ils ont massacré la Coupe Davis»

Link zum Artikel

Les ex-sportifs font de très bons politiciens (de droite) et c'est logique

Link zum Artikel

Comment les grands clubs de foot maquillent leur compte. Mode d'emploi

Link zum Artikel

«L'indulgence envers Petkovic atteint ses limites»

Link zum Artikel

«Le volley est tombé dans l'excès. Les joueurs sont à bout»

Link zum Artikel

Sans Coupe Spengler, le HC Davos sera pauvre mais pas encore mort

Link zum Artikel

En laissant partir DiDomenico, Gottéron a été intelligent et courageux

Link zum Artikel

Blanchiment, fraude et prostituée, le foot portugais dans la tourmente.

Link zum Artikel

Comment l'affaire Peng Shuai a totalement échappé à Pékin

Link zum Artikel

Retourner chez son ex, le vœu dangereux de tout joueur

Link zum Artikel

Faut-il montrer la femme ainsi pour vendre du matériel de gym?

Link zum Artikel

8 objets super improbables (et indécents) lancés des tribunes pendant un match

Link zum Artikel

Peng Shuai, histoire d’une fille pas facile

Link zum Artikel

Sondage watson: vous ne voulez pas de Seferovic à la Coupe du monde

Link zum Artikel

Championne du monde mais écartée des Mérites sportifs, elle est dégoûtée

Link zum Artikel

GC et Zurich cartonnent, mais aucune pub sur leur maillot. Pourquoi?

Link zum Artikel

Esprit malin dans un corps fin, Medvedev ne ressemble à personne

Link zum Artikel

Tom Lüthi a pris sa retraite: à quand le prochain crack suisse?

Link zum Artikel

À 105 ans, elle établit un record du monde au 100m

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Fanny Smith: «La piste des JO est très ennuyeuse, il faut la modifier»
La Vaudoise a débuté sa saison de skicross le week-end passé à Secret Garden. C'est là-bas qu'aura lieu l'épreuve des Jeux olympiques de Pékin. Entre couacs gastronomiques et parcours peu spectaculaire, les organisateurs devront procéder à des améliorations. Interview.

Drôle de photo publiée par Fanny Smith mercredi sur Instagram. On devine le grand sourire de la Vaudoise derrière son masque et sous son bonnet. A côté d'elle, trois personnes habillées de la tête au pied avec une combinaison qui n'a rien à envier à celle des cosmonautes.

L’article