DE | FR
Bild

Le militantisme a-t-il été censuré par Tokyo 2020?

Mercredi, les équipes féminines ont décapsulé le tournoi olympique de foot en s'agenouillant en guise de protestation contre les discriminations raciales. Problème: D'un côté, le CIO a assoupli récemment sa charte au sujet du militantisme durant les JO, de l'autre, Tokyo 2020 aurait décidé de censurer ces genoux militants.



Bon, alors, ce genou: à terre ou pas? Réponse, c'est compliqué. Réponse plus précise: ça dépend. Pourquoi on reparle de ce geste, devenu célèbre, qui consiste à poser une rotule à terre en guise de protestation contre les discriminations raciales? Parce que le Chili et l'Angleterre, les deux équipes féminines qui ont décapsulé le football olympique mercredi sur la pelouse du stade de Sapporo, ont fait d'avantage parler d'elles politiquement que sportivement. On vous raconte cette histoire dans l'ordre:

Assouplissement de la charte olympique

Le CIO a récemment offert un peu d'air à la fameuse règle 50 de la charte olympique qui stipule qu'«aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique». Les sportifs ont donc le droit, cette année, d'exprimer leurs opinions publiquement (mais pacifiquement). Dans les stades, mais également devant les caméras des médias et sur les réseaux sociaux.

La promesse des footballeuses anglaises

Elles l'ont annoncé, elles l'ont fait. Les joueuses anglaises, soutenues par l'association olympique britannique, se sont agenouillées avant le coup d'envoi du match qui les a opposées à l'équipe du Chili (match qu'elles ont remporté 2-0). Un geste symbolique qui a été vu en direct sur les télévisions du monde entier et qui a été partagé en masse par les internautes lambda. A peine une heure plus tard, les équipes américaines et suédoises ont fait de même. Jusqu'ici, tout va bien: Le CIO autorise un geste, les athlètes le mettent en pratique.

Le hic? Les réseaux officiels

Selon une information du Guardian, les organisateurs de Tokyo 2020 auraient sommé la team qui gère les réseaux sociaux officiels de ne publier aucune photo ou vidéo qui dévoilerait un genou à terre pendant toute la durée des Jeux. Une source du média anglais a déclaré que cet ordre «a été donné d'en haut mardi soir» en prévision, justement, de la promesse de l'équipe anglaise citée plus haut.

Et, en effet, après un petit check rapide de watson, rien n'a été publié qui aurait pu faire référence aux genoux à terre du jour. Que ce soit sur le blog officiel de Tokyo 2020, les pages Facebook et Twitter ou le compte Instagram, qui totalise tout de même 500 000 followers. Et sur les comptes officiels du CIO? Circulez, il n'y a rien à voir. (fv)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Interview

«Certaines arrêtent leur carrière pour ne pas devoir porter le bikini»

Les joueuses norvégiennes de beach handball ont été amendées par la fédération internationale pour avoir porté un short au lieu de la culotte échancrée qui leur est imposée par le règlement. Sociologue spécialisée dans les questions de genre dans le sport, Solène Froidevaux déshabille la polémique.

Ce dimanche, l'équipe norvégienne de beach handball a disputé la petite finale de l'Euro 2021 en short plutôt qu'en bikini. Un choix qui peut paraître anodin mais qui leur a valu une amende de 1500 euros. Une sanction que la fédération européenne de handball (EHF) a justifiée par des «vêtements non conformes». En effet, le règlement officiel stipule: «les vêtements des athlètes contribuent à les aider à être encore plus performants, tout en restant cohérents avec l'image …

Lire l’article
Link zum Artikel