DE | FR

5 questions que vous vous posez sur la vaccination des enfants

Ouverte dès le mois de janvier, et recommandée par la Confédération, la vaccination pour les enfants âgés de 5 à 11 ans s'applique surtout aux petits à risque ou qui côtoient des personnes vulnérables. Voici 5 questions que vous vous posez sur la vaccination des enfants.👇
16.12.2021, 11:3323.12.2021, 09:19
Suivez-moi

La Confédération recommande désormais la vaccination avec deux doses pour les enfants âgés de 5 à 11 ans. Elle s'adresse en premier lieu aux enfants atteints d’une maladie chronique et ceux qui sont en contact étroit avec des personnes vulnérables. Telle est la décision prise par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et par la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) cette semaine.

watson a posé la question à deux experts romands de la médecine pédiatrique pour y voir plus clair.👇

La vaccination des enfants, est-elle nécessaire?

La vaccination n'est pas imposée aux enfants, elle est proposée. Et pour Alessandro Diana, elle poursuit un objectif de santé publique, mais aussi individuelle. Pour le vaccinologue et responsable du Centre de Pédiatrie de la Clinique des Grangettes (GE), vacciner les enfants, c'est leur offrir une défense individuelle contre le virus, mais aussi protéger les personnes vulnérables dans leur entourage:

«On vaccine bien les enfants contre la rubéole pour éviter que les femmes enceintes ne tombent malades»
Alessandro Diana, vaccinologue et responsable du Centre de Pédiatrie de la Clinique des Grangettes (GE)

Pour Pierre-Alex Crisinel, médecin à l'unité pédiatrique et de vaccinologie du CHUV, la vaccination des enfants n’est pas une obligation, il n’y a donc pas de nécessité à la faire. Elle est conseillée surtout aux enfants à risques et pour les parents qui le désirent: «la recommandation est basée sur l'évaluation personnelle, d’un enfant à un autre, par rapport au risque ou au bénéfice de la vaccination».

Selon lui, il y aurait deux raisons principales pour lesquelles on devrait vacciner les enfants. La première est de diminuer le fardeau de la maladie et diminuer le fardeau social:

«Il y a beaucoup de pression dans les écoles, il y a des enfants qui finissent en quarantaine ou en isolement (…) ce fardeau peut être perçu de manière très pesante par les parents»
Dr Pierre-Alex Crisinel, médecin à l'unité pédiatrique et de vaccinologie du CHUV

Est-ce que cela va aider a enrayer la pandémie?

Pour le Dr Pierre-Alex Crisinel, la vaccination des enfants aura un impact sur le nombre de cas en général, mais elle n’est en aucun cas un outil pour sortir de la pandémie. «Dire que c'est en vaccinant les enfants qu'on va sortir de cette crise, je pense que c'est une erreur et c'est aussi leur mettre une pression inutile et déplacée.»

«Ce n'est pas aux enfants de nous sortir de tout ça»
Dr Pierre-Alex Crisinel, médecin à l'unité pédiatrique et de vaccinologie du CHUV

Devrait-on donner la priorité à la sérologie pré-vaccinale?

Même si l’OFSP ne le recommande pas, Alessandro Diana se dit «avocat de la stratégie pré-vaccinale». Il prône l’utilisation de tests sérologiques afin de déterminer si l’enfant a déjà eu le Covid ou non. Cela permettrait aux parents de plus facilement décider de la suite. «À ce jour, on sait que si vous avez une sérologie positive, vous avez une bonne protection contre les complications d'une infection, et notamment les enfants de 5-11 ans».

Dans le cas où la sérologie serait négative, la question se pose alors aux parents: est-ce que j'expose mon enfant au vaccin ou au virus? D'après Alessandro Diana, l’enjeu est alors de déterminer quel enfant n’a pas été exposé au Covid pour pouvoir proposer une vaccination ciblée.

«Moi, si aujourd'hui j'avais un enfant de 5 ans en bonne santé avec une sérologie positive, je le laisserais tranquille, point barre. Après si l’enfant a une sérologie positive, mais qu’il a des facteurs de risques, je recommanderais une dose»
Alessandro Diana, vaccinologue et responsable du Centre de Pédiatrie de la Clinique des Grangettes (GE)

Dr Pierre-Alex Crisinel ne préconise pas les tests sérologiques. D’après lui, c’est une méthode qui alourdirait le processus. «Je pense que c’est plus efficient si on ne rajoute pas cette étape supplémentaire de la sérologie et vacciner un enfant qui a fait la maladie sans le savoir n’est pas grave».

Les parents vont-ils se ruer sur ce vaccin en janvier?

«Non je ne pense pas», indique Alessandro Diana. Selon lui, les parents ne sont pas forcément contre le vaccin, mais se posent beaucoup de questions et cherchent surtout des réponses avant de pouvoir prendre une décision.

Parmi les hésitations, on retrouve le fait que, pour cette catégorie d’âge, les enfants développeront rarement de forme grave. On retrouve aussi la crainte des effets secondaires:

«Quand on vaccine une personne, on est en train de faire un acte médical sur une personne en bonne santé. Et, là, la crainte des effets secondaires est très élevée»
Alessandro Diana, vaccinologue et responsable du Centre de Pédiatrie de la Clinique des Grangettes (GE)

Aux États-Unis, on sait aujourd’hui que six millions d’enfants âgés entre 5 et 11 ans ont été vaccinés. D’après Alessandro Diana, qui se base sur la pharmacovigilance, les effets secondaires graves qu'on pourrait déceler à ce jour seraient de l’ordre de un sur six millions et ce n’est pas le cas , «ce qui est déjà rassurant».

Les effets secondaires qu'on peut retrouver chez l'enfant? Mal au bras, fièvre dans les 36 heures et douleurs dans les muscles et les articulations. Ceux-ci restent des effets secondaires de bas grade selon le pédiatre.

Pierre-Alex Crisinel ne s’attend pas non plus à une forte demande de vaccin en janvier. Un faible niveau de recommandation, la perception que c’est une maladie peu grave chez les enfants et la nouveauté du vaccin sont les éléments qui font que les parents ne vont pas se bousculer.

Il indique cependant que certains parents, dont les enfants sont à risques, attendent ce vaccin avec impatience:

«J’ai été contacté très tôt par des parents ou certains pédiatres»
Dr Pierre-Alex Crisinel, médecin à l'unité pédiatrique et de vaccinologie du CHUV

Les pédiatres conseillent-ils ce vaccin?

Ils ont d’abord une obligation de diligence, de transmettre à leurs patients les recommandations de l’OFSP. Ils ont également le devoir de pratiquer de la médecine individuelle.

«On a un rôle primordial, en considérant bien sûr les recommandations de la santé publique, mais aussi en tenant compte du dossier médical de l'enfant et du désir des parents. Il faut trouver une décision commune avec le patient, en partenariat thérapeutique.»
Alessandro Diana, vaccinologue et responsable du Centre de Pédiatrie de la Clinique des Grangettes (GE)

Même s’il ne suit pas de patients individuels dans son quotidien, le Dr Pierre-Alex Crisinel ne recommanderait pas forcément le vaccin:

«Je ne proposerais pas le vaccin à un patient qui est en bonne santé et qui n'est pas à risques sans que les parents ne le demandent d’abord»
Dr Pierre-Alex Crisinel, médecin à l'unité pédiatrique et de vaccinologie du CHUV

Pour lui, ce qui compte finalement, c'est d'abord la sécurité du vaccin et le fait de ne pas mettre de pression inutile sur les enfants. «Actuellement, si je dois discuter avec des parents, je manque encore de recul pour leur dire que le risque est nul en termes d'effets secondaires graves. Néanmoins, on peut anticiper un risque très très faible.»

Faire des cadeaux à Noël, c'est l'enfer non?

Le vaccin et les enfants

Si vous avez des enfants, vous avez plus de risques d'attraper le Covid

Link zum Artikel

Du Covid plein les bras, les enfants vont-ils gâcher Noël?

Link zum Artikel

Ana, 11 ans: «Si je me vaccine, je déçois maman, sinon je déçois papa»

Link zum Artikel

«On devrait vacciner les enfants de manière ciblée et individualisée»

Link zum Artikel
Pas de Conseil fédéral aux JO: «C'est la solution de facilité»
Le Conseil fédéral ne se rendra pas à Pékin pour les Jeux olympiques, officiellement à cause du Covid-19. Même si la raison est considérée comme un prétexte, cette décision ravit les détracteurs de la Chine.

Le Conseil fédéral a tranché: il n'enverra aucun de ses représentants aux Jeux olympiques de Pékin. Comme les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, pour ne citer qu'eux. Mais la raison, officielle du moins, n'est pas la même que celle de ces deux pays qui boycottent le gouvernement chinois pour sa politique envers les minorités, ouïghoure notamment.

L’article