DE | FR
Image: Keystone/Shutterstock

Conseil fédéral: tout savoir sur la prolongation des mesures Covid

Compte tenu de la situation tendue dans les hôpitaux, le Conseil fédéral prolonge les mesures de lutte contre la propagation du coronavirus. L’obligation de travailler à domicile est prolongée jusqu’à fin février, tout comme la quarantaine-contact. Les autres mesures sont aussi prolongées pour l’instant jusqu’au 31 mars.
19.01.2022, 14:5720.01.2022, 12:51
Suivez-moi

Le 17 décembre 2021, le Conseil fédéral a adopté des restrictions importantes, notamment la règle des 2G et des 2G+ à l’intérieur de certains établissements, des restrictions pour les rencontres privées et l’obligation de travailler à domicile. Ces mesures devaient prendre fin le 24 janvier 2022, tout comme l’obligation de présenter le certificat dans certains lieux, décidée par le Conseil fédéral en septembre 2021.

Quarantaine-contact limitée à fin février

A la suite de la consultation, le Conseil fédéral a aussi décidé de limiter la quarantaine-contact à fin février. Le 12 janvier dernier, il avait déjà fortement allégé les règles de quarantaine. Depuis cette date, la quarantaine se limite aux personnes qui font ménage commun ou ont eu un contact comparable, étroit et régulier avec une personne testée positive. Sont également exemptées de la quarantaine-contact les personnes vaccinées ou guéries depuis moins de quatre mois.

«Comme nous voyons une évolution positive, nous avons pris plusieurs mesures et appliqué la stratégie pragmatique suivie depuis deux ans par le Conseil fédéral»
Alain Berset

Durée de validité du certificat raccourcie à 270 jours

Le Conseil fédéral raccourcit la durée de validité de tous les certificats de vaccination de 365 à 270 jours, à compter du 31 janvier 2022. La reconnaissance du certificat suisse est ainsi garantie dans l’Union européenne (UE). La validité des certificats de guérison est également ramenée à 270 jours.

Adaptation de la stratégie de dépistage lors de l’entrée en Suisse

A partir de samedi 22 janvier, les personnes vaccinées ou guéries ne doivent plus présenter de test PCR ou de test rapide antigénique négatif pour entrer en Suisse. En revanche, les personnes qui ne sont ni vaccinées ni guéries doivent continuer de présenter un test. Compte tenu des capacités de dépistage limitées dans notre pays, le deuxième test exigé actuellement entre quatre et sept jours après l’entrée en Suisse ne sera par contre plus nécessaire. C’est donc la règle des 3G qui s’applique à l’entrée en Suisse.

«Les personnes vaccinées ou guéries ne devront pas présenter le résultat négatif d'un test. Le deuxième test est également supprimé»
Alain Berset

Voilà en quoi ça consiste en image

Adaptations ponctuelles à la suite de la consultation

  • Compte tenu de l’allègement de la quarantaine-contact, l’obligation de collecter les coordonnées est levée. Cette obligation était encore en vigueur dans les discothèques et lors de certaines manifestations à l’intérieur réunissant 50 personnes maximum sans restrictions d’accès.
  • Les cantons peuvent dorénavant autoriser la tenue de grandes manifestations même s’ils n’ont plus les capacités suffisantes pour assurer le traçage des contacts.
  • Les autres adaptations concernent les dérogations cantonales à l’obligation de limiter l’accès pour les grandes manifestations en plein air, la règle des 3G pour les examens de maturité fédérale, la prolongation du délai pour l’établissement d’un certificat pour les personnes qui, pour des raisons médicales, ne peuvent être ni vaccinées ni testées et l’adaptation de l’ordonnance sur les pertes de gain Covid-19.

Aucun changement concernant le port du masque

Le Conseil fédéral renonce à toute autre adaptation, notamment à modifier les règles d’isolement, à renforcer l’obligation du port du masque ou à interdire l’enseignement en présentiel dans les hautes écoles.

Nouvel ordre de priorité pour les tests PCR

En raison de la forte demande de tests et de la surcharge qui pèse déjà sur les laboratoires, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande aux cantons le nouvel ordre de priorité suivant :

  • Tests des personnes vulnérables présentant des symptômes ou ayant été en contact avec une personne testée positive.
  • Tests répétés dans les institutions de santé (hôpitaux et cliniques, EMS, établissements pour personnes handicapées).
  • Tests répétés dans les infrastructures critiques (à définir par les cantons).
  • Tests des personnes symptomatiques (tests rapides antigéniques possibles).
  • Tests répétés dans les écoles.
  • Tests répétés dans les entreprises.
  • Tests pour les voyages professionnels ou privés (pour autant qu’un test PCR soit requis).
  • Tests « de convenance » (pour obtenir un certificat de test).

A titre provisoire et afin de décharger davantage les laboratoires d’analyse des tests PCR, un test rapide antigénique positif donnera également droit à un certificat suisse de guérison à partir du 24 janvier. Ce dernier sera valable 270 jours et uniquement en Suisse.

Si vous n'avez toujours pas compris, c'est par ici.

Manif' à Genève contre la Loi Covid

1 / 7
Manif à Genève contre la Loi Covid
source: watson
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Attraper le Covid en étant vacciné? C'est normal et ça s'explique

Pour les amateurs de Covid...

Injecter une 4e dose de vaccin? Pourquoi «ce n'est pas une bonne idée»

Link zum Artikel

5 points pour comprendre pourquoi l'OMS désavoue les vaccins Covid

Link zum Artikel

Faut-il lever les mesures Covid et prendre la vague de plein fouet?

Link zum Artikel

Pas de rappel, pas de piqûre et pas d'infection? Le vaccin nasal fait rêver

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Le risque d'abus existe»: l'UDC ne veut accueillir que les Ukrainiens de l'Est
Près de 50 000 réfugiés ukrainiens auraient déjà été accueillis en Suisse. Un nombre qui inquiète l'UDC et le PLR, les deux partis proposent des mesures pour limiter l'afflux.

Depuis le début de l'invasion russe, en Ukraine, de nombreux habitants de ce pays d'Europe de l'Est ont pris la fuite. Selon l'ONU, plus de douze millions de personnes auraient déjà quitté leur pays, notamment en direction de la Suisse. Ainsi, près de 50 000 Ukrainiens se trouveraient actuellement dans le pays.

L’article