DE | FR
Si début 2022, la Suisse dépassait les 130 hospitalisations quotidiennes en moyenne hebdomadaire, ce chiffre est divisé par deux depuis début février.
Si début 2022, la Suisse dépassait les 130 hospitalisations quotidiennes en moyenne hebdomadaire, ce chiffre est divisé par deux depuis début février.Image: Shutterstock
Analyse

A 3 jours de lever les mesures Covid, quelle est la situation en Suisse?

Si les modalités restent à définir, ce mercredi devrait marquer le début de la levée des restrictions Covid dans notre pays. A quelques jours de cette échéance capitale, quelle est la situation épidémiologique? Réponse en graphiques.
14.02.2022, 05:4514.02.2022, 12:44
Suivez-moi

Le nombre d'infections chute, mais reste élevé

Vendredi dernier, l'OFSP comptabilisait 22 221 nouveaux cas de coronavirus en Suisse au cours des dernières 24 heures. La baisse rapide du nombre d'infections se poursuit donc, comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous:

Evolution du nombre de cas lors de la 5ème vague

Image: OFSP

La moyenne hebdomadaire, qui dépassait les 36 000 cas quotidiens le 24 janvier, frisait les 26 000 cas le 5 février. Mais si la chute semble effectivement forte, il suffit de prendre un peu de recul pour se rendre compte que les chiffres des derniers jours sont encore très élevés.

Lors du pic de la première vague au printemps 2020, la Suisse dépassait à peine les 1000 infections quotidiennes en moyenne.

Evolution du nombre de cas depuis le début de la pandémie

Image: OFSP

En observant les données de plus près, on remarque que les catégories d'âge les plus touchées sont les 30-39 ans (41 119 cas lors de la première semaine de février), les 40-49 ans (35 678 cas) et les 10-19 ans (33 387 cas).

Les hôpitaux Genevois et Fribourgeois sous pression

Mais les autorités et les spécialistes le soulignent: avec Omicron, le nombre d'infections quotidiennes n'a plus la même importance. La donnée qu'il faut observer, ce sont les hospitalisations. Là aussi, les chiffres sont en baisse depuis fin janvier.

Evolution des hospitalisations depuis le début de la pandémie

Image: ofsp

Si début 2022, la Suisse dépassait les 130 hospitalisations quotidiennes en moyenne hebdomadaire, ce chiffre est divisé par deux depuis début février. A noter que les plus âgés restent les plus touchés par les formes graves de la maladie.

Voici les catégories d'âge les plus hospitalisées lors de la première semaine de février:

  1. + de 80 ans: 225 hospi.
  2. 70-79 ans: 144 hospi.
  3. 60-69 ans: 103 hospi.
  4. 50-59 ans: 66 hospi.
  5. 0-9 ans: 60 hospi.

Les 0-9 ans font figure d'exception dans ce classement, même si cela peut sans doute s'expliquer, au moins en partie, grâce à la distinction entre hospitalisé avec le Covid ou hospitalisé à cause du Covid. En clair, des enfants peuvent se retrouver à l'hôpital pour une autre raison, mais étant testés positifs à leur arrivée, ils apparaissent dans les statistiques.

Covid et non-covid confondus, 683 personnes se trouvaient aux soins intensifs vendredi, ce qui représente un taux d'occupation de 79,10%. Là aussi, les statistiques sont en diminution: fin décembre, la Suisse enregistrait plus de 300 patients Covid aux soins intensifs en moyenne sur 15 jours. Début février, ce chiffre s'établit à un peu plus de 200.

Fribourg (95,7% des lits occupés) et Genève (86%) sont les deux cantons romands qui connaissent la situation la plus compliquée. En comparaison, les soins intensifs de Neuchâtel et du Jura ne sont occupés qu'à 50%.

Le nombre de décès baisse, mais lentement

Le nombre de morts Covid quotidien est en légère diminution depuis le début de l'année, même s'il semble se stabiliser depuis plusieurs semaines aux alentours d'une quinzaine de décès par jour. Vendredi, l'OFSP déplorait 18 nouveaux décès en 24 heures.

Pour comparaison, mi-décembre, on dénombrait près d'une trentaine de morts par jour en moyenne. Bien loin toutefois des chiffres enregistrés durant les premiers mois de la pandémie (55 morts/jour) et fin 2020 (90 morts/jour).

Evolution des décès depuis le début de la pandémie

Image: OFSP

Comme pour les hospitalisations, les décès sont fortement influencés par l'âge. Les catégories les plus touchées lors de la première semaine de février étaient:

  1. + de 80 ans: 50✝
  2. 70-79 ans: 19✝
  3. 60-69 ans: 6✝
  4. 50-59 ans: 2✝
  5. 40-49 ans: 1✝

La vaccination ne bouge (presque) plus

Le 10 février, 6 096 033 Suisses avaient reçu au moins une dose de vaccin, soit 69,99% de la population. Un chiffre qui n'évolue pratiquement plus. Début décembre, 68% des Helvètes étaient déjà passés par la case piqûre au moins une fois.

Après avoir augmenté rapidement entre mi-novembre (0,85%) et fin janvier (39,52%), la vaccination de rappel est, elle aussi, en train de stagner. Jeudi, elle s'établissait à 40,7%, soit 3 544 964 Suisses.

A noter que la hausse la plus forte s'observe chez les plus jeunes, lors de la première semaine de février, les 10-19 ans ont été 5135 à effectuer leur deuxième dose, les 0-9 ans 3851 et les 20-29 ans 2236. Pour comparaison, les 80 ans et plus n'étaient que 320 à recevoir leur deuxième injection cette semaine-là.

A court de masques, elle se déshabille et utilise sa robe à la place

Plus d'articles sur la fin du Covid

Covid: Comment nos politiciens préparent la fin de la pandémie

Link zum Artikel

A 3 jours de lever les mesures Covid, quelle est la situation en Suisse?

Link zum Artikel

Sommes-nous prêts à vivre sans Covid dès jeudi? «Non, je ne pense pas»

Link zum Artikel

L'après-Covid sera terrible

Link zum Artikel
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Une rave sauvage à Montagny (FR): La majorité des fêtards ont décampé
Les lieux sont désormais débarrassé des fêtards venus déranger les riverains et surtout la faune. La police était toujours sur place vendredi matin.

La majorité des fêtards qui se sont rendus à Montagny-les-Monts FR pour une rave sauvage ont quitté les lieux. La police, qui était intervenue en nombre jeudi, était toujours sur place vendredi matin pour s'assurer de la remise en état des lieux.

L’article