Suisse
Animaux

Animaux volés et maltraités: un homme devant la justice à Nyon

Un Vaudois jugé pour avoir laissé mourir de faim et de soif des animaux

Un homme est accusé d'avoir enlevé, séquestré et maltraité des tortues, des moutons ou encore des chèvres avant de les revendre ou de les abandonner. Mais ce n'est pas tout.
15.03.2022, 11:0115.03.2022, 11:03
Plus de «Suisse»
Le pr�venu sera jug� mardi lors d'une audience au Tribunal d'arrondissement de la C�te � Nyon. (Photo d'illustration).
Le prévenu sera jugé mardi lors d'une audience au Tribunal d'arrondissement de la Côte à Nyon.Image: sda

Un Vaudois de 24 ans est jugé, mardi, au Tribunal d'arrondissement de Nyon pour s'en être pris à plusieurs animaux. Selon l'accusation, ses actes ont commencé en 2017.

Le jeune homme a premièrement jeté son dévolu sur plusieurs espèces de tortues. Il a ensuite continué en volant un grand nombre de moutons à travers le canton de Vaud, le tout en ayant importé et exporté des reptiles en toute illégalité. Le prévenu aurait également transporté les bêtes dans des conditions qui peuvent s'apparenter à de la maltraitance animale.

Dans l'incapacité d'assurer la détention correcte des animaux, le vaudois les a laissé mourir de faim, de soif ou d'abandon mais aurait également vendu une parties des bêtes volées pour en tirer des bénéfices, poursuit le Ministère public dans son acte d'accusation.

Un tortionnaire drogué

Si le vol et la maltraitance animale représentent treize des infractions retenues par le Ministère public, la liste est encore longue.

En plus de la maltraitance animale, l'homme est également accusé de contraventions et d'infraction à la Loi fédérale sur les stupéfiants. Il a cultivé, consommé et vendu du cannabis et de la marijuana, entre 2018 et 2019. Et pour finir en beauté, ce Vaudois de 24 ans a aussi été épinglé pour des dommages à la propriété, conduite d'un véhicule sans autorisation ou encore soustraction d'énergie. (ats/sia)

Soustraction d'énergie: explications 👇
Celui qui, sans droit, aura soustrait de l’énergie à une installation servant à exploiter une force naturelle, notamment à une installation électrique, sera, sur plainte, puni d’une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d’une peine pécuniaire.
droit-bilingue.ch
Des motards contre le harcèlement
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici combien gagnent les frontaliers français en Suisse
Plus l'on s'approche de la ville de Genève, plus les revenus des frontaliers français augmentent. Un récent rapport détaille la situation par département.

Le nombre de frontaliers français travaillant en Suisse n'a jamais été aussi élevé: fin mars 2024, on en dénombrait exactement 228 918, selon les derniers chiffres diffusés par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Presque la moitié d'entre eux, soit quelque 111 000, exerçaient une activité dans le canton de Genève, tandis qu'environ 20% étaient actifs dans le canton de Vaud.

L’article