Suisse
Animaux

Pourquoi ce zoo suisse a tué un orang-outan en bonne santé

Pourquoi le zoo de Bâle a tué un bébé orang-outan en bonne santé

Après la mort de la femelle orang-outan Revital au zoo de Bâle, son nouveau-né a été euthanasié. Cette décision suscite l'incompréhension chez de nombreuses personnes. Le zoo se défend.
03.02.2023, 11:4103.02.2023, 12:45
Salome Woerlen
Salome Woerlen
Salome Woerlen
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Peu après la naissance de son bébé singe, la femelle orang-outan Revital est morte au zoo de Bâle. Elle a été retrouvée morte, mardi, dans son enclos, a annoncé le zoo de Bâle. Ce qui est également choquant, c'est la mort du nouveau-né. Celui-ci a été euthanasié le jour même de la mort de sa mère.

Le zoo de Bâle a fait savoir sur Instagram que le bébé singe n'aurait eu aucune chance de survie sans sa mère. La décision aurait été prise après quelques clarifications:

«L'euthanasie a été réalisée en concertation avec les responsables du registre d'élevage ainsi que différents experts en orangs-outans.»

Une mort surprenante

Le décès de Revital, quatre jours après sa naissance, a frappé les collaborateurs de manière inattendue, explique Adrian Baumeyer, le biologiste responsable des primates. Il explique à la Basler Zeitung que Revital était très fatiguée après la naissance. Pourtant, rien n'indiquait que son état se dégraderait soudainement à ce point:

«C'était un choc de la trouver sans vie»
Das Orang-Utan-Weibchen Revital
La femelle orang-outan Revital est morte de manière inattendue à l'âge de 22 ans.image: zhv/Zoo Basel

On ne sait pas encore de quoi elle est morte. Le corps va être soumis à un examen pathologique. Le zoo espère obtenir des informations sur la cause du décès dans les prochaines semaines.

Animal protégé et en danger
Le WWF indique sur son site: «Autrefois, l’orang-outan était présent sur tout le continent asiatique. Aujourd’hui, il ne subsiste à l’état sauvage que sur les îles de Sumatra et de Bornéo. Or ces deux îles sont soumises à un déboisement toujours plus effréné, du fait de l’industrie du bois, mais également des planteurs de palmiers à huile et de diverses exploitations agricoles.»

Un bébé singe orphelin

Le petit orang-outan gémissait à côté de sa mère décédée, poursuit Baumeyer. Le zoo a dû prendre une décision: que faire du bébé?

L'expert explique à la Basler Zeitung que la décision d'euthanasier le petit mâle a été prise immédiatement. Les chances de survie du nouveau-né étaient pratiquement nulles. De plus, l'expérience d'élever un otrang-outan sous la garde d'un humain n'a pas été concluante estime le zoo.

Mais élever un nouveau-né à la main ne serait pas une chose impossible. Dans le passé, cette pratique était bien plus répandue qu'aujourd'hui. C'est la raison invoquée par de nombreuses personnes indignées dans les médias sociaux. Pourquoi n'a-t-on pas au moins essayé l'élevage à la main? Et:

«Peut-on vraiment euthanasier un animal sain?»

Oui, c'est autorisé, explique Caroline Mulle de la fondation Tier im Recht. Du point de vue de la protection des animaux, c'est déconseillé, mais du point de vue juridique, l'euthanasie d'animaux en bonne santé n'est pas interdite tant qu'elle n'est pas douloureuse ou délibérée. La décision d'euthanasier l'animal incombe uniquement au propriétaire de l'animal. Comme la mise à mort est soumise à des règles strictes, elle doit être effectuée par du personnel vétérinaire spécialisé. Celui-ci n'est, toutefois, pas obligé d'accepter la mission et peut refuser.

En fin de compte, il s'agit d'une évaluation qui doit être effectuée avec soin et en tenant compte de toutes les circonstances pertinentes, telles que la qualité de vie ou les chances de guérison, poursuit le Caroline Mulle. Dans le cas d'une maladie grave, la décision peut être plus évidente. Dans le cas du bébé singe, en revanche, il faut se demander si une vie digne d'être vécue attend l'animal ou non. Le directeur du zoo, Oliver Pagan, en doute, comme il l'a déclaré au Basler Zeitung:

«Le succès à court terme est sans commune mesure avec les mauvaises perspectives que l'animal aurait très probablement plus tard.»

En effet, si le petit devait survivre à l'élevage, il serait confronté à de tout autres problèmes. La réintégration dans le groupe de singes s'avère difficile. En étant élevé par l'homme, le singe apprend de toutes autres manières de se comporter et a donc du mal à trouver un accès aux autres singes. On a voulu épargner ce calvaire au jeune animal, explique Olivier Pagan à la radio allemande Südwestrundfunk. Il décrit un élevage manuel réussi comme un «vœu pieux».

Le cas de Goma

Au zoo, on se souvient probablement encore de la gorille Goma. Elle est née le 23 septembre 1959 au zoo de Bâle, ce qui a fait sensation. C'était la toute première fois qu'un gorille naissait en Europe.

Goma Zoo Basel
Goma a toujours regardé les visiteurs du zoo dans les yeux - un comportement atypique pour les singes, qu'elle a appris pendant son élevage avec les humains.image: Zoo Basel

Elle n'a, toutefois, pas eu une enfance facile. Sa mère ne la laissait pas téter, raison pour laquelle la famille du directeur du zoo de l'époque, Ernst Lang, l'a recueillie. Là, elle a grandi comme l'un de ses enfants. Elle portait des couches, mangeait à table avec toute la famille, elle partait même en vacances avec eux, se souvient Baumeyer dans un portrait de la NZZ.

Lorsqu'à l'âge de trois ans et demi, elle a dû retourner avec les autres gorilles, elle s'est retrouvée entre deux mondes. Elle n'était ni tout à fait humaine, ni tout à fait gorille. Dans de nombreuses situations, Baumeyer explique qu'elle était dépassée en tant que gorille et qu'elle a alors cherché l'homme comme personne de référence.

Feb. 25, 2012 - Proud Parent. The world famous ape house of the zoological gardens in Basel, Switzerland announce a real sensational breed success with their gorillas. Goma , the female born in the zo ...
Goma a donné naissance à son fils Tamtam en 1971. Lui aussi était considéré comme une sensation, car il était le premier gorille de la deuxième génération du zoo. image: imago stock&people

Lorsque Goma est décédée en 2018 à l'âge de 58 ans, le zoo a écrit:

«Suite à son enfance extraordinaire, Goma a été toute sa vie liée aux humains et est donc restée longtemps une outsider dans son groupe.»

Au cours de ses 20 dernières années, elle a heureusement pu s'intégrer de plus en plus dans la famille. Mais le fait qu'elle était différente des autres n'échappait ni à ses congénères ni aux humains. C'est pourquoi, avant même le décès de Goma en 2017, Baumeyer avait déjà une certitude:

«Aujourd'hui, nous n'élèverions plus un jeune gorille sous la garde d'un humain»

Et c'est précisément la décision qu'a prise le zoo de Bâle cette semaine.

Des vaches shampouinées, peignées et brushinguées
1 / 18
Des vaches shampouinées, peignées et brushinguées
source: sad and useless
partager sur Facebookpartager sur X
Ce singe lance une bouteille d'eau sur le visage d'une touriste
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Oskar Freysinger a bien fait d'appeler son cardiologue
Le Valaisan Oskar Freysinger, ancien politicien et figure bien connue des Romands, a contacté son médecin après une randonnée lors de laquelle il s'est senti mal. Un bon réflèxe, puisqu'il a depuis subi une importante opération cardiaque.

C'est un homme qu'on a l'habitude de voir et d'écouter sur les plateaux de télévision, à la radio ou lors d'une conférence avec une énergie particulièrement vive. Le voici désormais dans un lit d'hôpital, entouré de matériel médical et affublé une blouse de patient: Oskar Freysinger a été opéré du cœur, nous raconte Blick.

L’article