DE | FR

L'armée a récupéré les débris de l'avion de chasse abîmé

Image: sda
Les débris du Tiger-F5 qui s'est écrasé mercredi matin ont été transportés samedi jusqu'à la base de Buochs. En raison du danger d'avalanche, l'opération a dû commencer à l'aube.
29.05.2021, 13:3730.05.2021, 09:43

L'épave a d'abord dû être découpée en trois parties, qui ont été amenées à Buochs en hélicoptère et en camion. Un Superpuma a fait le premier vol vers 10h30 sur le Stöckalp, au-dessus du lieu de l'accident . Au total, trois vols en hélicoptère ont été nécessaires.

Les parties avant et arrière ont été transportées jusqu'à la station inférieure du téléphérique, où elles ont été chargées sur des camions qui les ont conduites à l'aérodrome de Buochs.

Hélico Kamov

Le fuselage a été acheminé directement de Melchsee-Frutt à Buochs par un hélicoptère Kamov. Cet appareil de la compagnie Heliswiss peut soulever des poids allant jusqu'à cinq tonnes.

Le Kamov d'Heliswiss.
Le Kamov d'Heliswiss.Image: Heliswiss

Sur place se trouvaient des assistants de vol de l'armée suisse, des membres du personnel d'Heliswiss et des représentants de la police militaire, a précisé M. Reist. Les travaux préparatoires tels que le découpage de l'épave et le pompage du kérosène avaient déjà été effectués vendredi. En raison du danger d'avalanche dans la zone de l'accident, les travaux ont dû commencer tôt samedi, afin d'être terminés avant 14h00. (ats)

L'armée récupère les débris du Tiger abîmé

1 / 10
L'armée récupère les débris du Tiger abîmé
source: sda / urs flueeler
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Variole du singe: «Une horreur. Mon corps bougeait tout seul»
*Karine a contracté la variole du singe au mois de juillet. Cette Romande, qui fait partie de la communauté LGBT, nous raconte le calvaire qu'elle a traversé, entre douleurs aigües, dépistage maladroit et diagnostic tardif. Selon elle, les autorités suisses vont devoir réagir vite, sinon «on court à la catastrophe».

Entrons dans le vif du sujet: il parait que les douleurs sont très intenses. C'est vrai?
Absolument. C'est l'horreur, je n'avais jamais connu ça auparavant. Et pourtant, mon seuil de tolérance à la douleur est très haut! Je suis une baroudeuse, j'ai fait l'armée, je suis plutôt une dure à cuire.

L’article