DE | FR

Le Conseil fédéral veut donner plus d'argent à l'armée, mais ne dit pas combien

Le gouvernement a soutenu une demande pour que l'armée ait davantage de financements, mais ne veut, toutefois, pas s'engager sur un objectif concret.
14.04.2022, 15:02

L'armée doit recevoir davantage d'argent à partir de l'année prochaine. Le Conseil fédéral est d'accord avec la demande des Commissions de la politique de sécurité des deux Chambres. Il ne veut, toutefois, pas s'engager sur un objectif concret.

Concrètement, les commissions de politique de sécurité du Conseil national et du Conseil des Etats appellent à une augmentation progressive des dépenses de l'armée à partir de 2023. L'objectif devrait être qu'ils représentent au moins 1% du produit intérieur brut (PIB) d'ici 2030 au plus tard.

L'hélicoptère de transport 06 (TH06) de l'Armée suisse, plus connu sous le nom de Super Puma.
L'hélicoptère de transport 06 (TH06) de l'Armée suisse, plus connu sous le nom de Super Puma.image: keystone

Cela représenterait environ sept milliards de francs. En 2019, l'armée disposait d'un budget de 5,6 milliards. Le Conseil fédéral appuie l'inquiétude selon ses réponses publiées jeudi.

Cependant, le gouvernement n'a pas nommé de montants précis dans ses réponses. Il veut «évaluer en permanence l'objectif requis – environ sept milliards de francs ou un pour cent du PIB d'ici 2030 au plus tard – à la lumière des dépenses totales du budget fédéral», écrit-il. Ce dernier demande aux conseils d'accepter les motions.

Dépenses en baisse constante

Les dépenses de l'armée ont régulièrement diminué depuis 1990, passant de 15,7 milliards de francs par an à 5,6 milliards de francs en 2019. Ou pour le dire autrement: en 1990, 1,34 % du PIB était investi dans l'armée, en 2019, il était de 0,67 %, comme l'écrivent le CPS-N et CPS-E, un institut de recherche à Zürich.

«En raison de la forte pression exercée sur l'armée pour faire des économies, les acquisitions ont été reportées et il existe des lacunes en matière de capacités»
Les motionnaires.

Des guerres continuent d'être menées en Europe, argumentent les motionnaires, avec des armes d'infanterie, des chars, de l'artillerie et des avions de combat. La guerre en Ukraine en est la preuve.

En raison du frein à l'endettement, le budget fédéral ne subit aucun «coup de théâtre financier». L'augmentation nécessaire par paliers est justifiée. Le Conseil national se prononcera sur la motion de sa commission lors de sa session de mai.

Non à l'augmentation de l'effectif théorique

Avec deux motions, l'UDC pose des exigences encore plus concrètes, à savoir augmenter le budget de l'armée «à court terme» à au moins sept milliards de francs et augmenter l'effectif théorique de 20 000 militaires. L'armée doit s'équiper plus rapidement et de manière plus complète que ne le prévoit le plan financier.

Le Conseil fédéral s'y oppose. Il veut d'abord assurer durablement l'effectif théorique de 100 000 militaires, comme il l'écrit. Des mesures ont été mises en place pour réduire le nombre de départs prématurés de l'armée, a-t-il ajouté.

Enfin, le Conseil fédéral propose également de rejeter le postulat de la conseillère nationale Marianne Binder-Keller (centre). Elle demande un rapport sur la question de savoir comment «contrer efficacement une attaque terrestre contre la Suisse» et ce «dans l'hypothèse d'une augmentation significative du budget de l'armée».

Le Département de la défense souhaite présenter une analyse de la guerre en Ukraine d'ici la fin de l'année, écrit le Conseil fédéral dans sa réponse. Un rapport supplémentaire ne serait pas nécessaire. (scie/ats)

Ces Ukrainiennes se moquent des soldats russes

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Famille de réfugiés en Suisse: «Notre maison a été rasée par les bombes»

Link zum Artikel

Genève, cette petite Russie inquiète pour son business et sa quiétude

Link zum Artikel

Réfugiés ukrainiens en Suisse: tout savoir sur leur statut exceptionnel

Link zum Artikel

Quand la Suisse se pare des couleurs de l'Ukraine

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Le lobby de l'argent freine la lutte contre la mafia en Suisse»
La lutte contre le crime organisé a toujours été difficile en Suisse, déplorent deux spécialistes. Si peu de progrès ont été faits depuis 50 ans, les choses pourraient commencer à bouger.

La journaliste d’investigation Madeleine Rossi était en train de boire un café dans la vieille ville de Lucerne. Un rédacteur en chef d'un média romand s'est alors manifesté. Il lui a demandé son avis sur l’affaire Nespresso, où 500 kilos de cocaïne ont été découverts dans une usine à Romont. En quête d’explications, il était logique que les médias se tournent vers une des grandes spécialistes de la mafia italienne en Suisse.

L’article