DE | FR

Les nouveaux joujoux de l'armée suisse sont arrivés (et ils font polémique)

Israël a livré ses drones à la Suisse, un achat qui pose un problème moral à certains depuis 2015. Quatre autres drones seront livrés d'ici la fin 2023. Coût d'achat total: 250 millions de francs.
29.04.2022, 16:0729.04.2022, 17:30
Voici à quoi ressemblent les drones de reconnaissance ADS 15 de l'armée suisse.
Voici à quoi ressemblent les drones de reconnaissance ADS 15 de l'armée suisse.Image: admin.ch

Les deux premiers nouveaux drones de reconnaissance ADS 15 de l'armée sont arrivés en Suisse, annonce vendredi l'Office fédéral de l'armement (armasuisse). Ils sillonneront le ciel suisse cette année déjà.

Les appareils, ainsi que les deux stations de contrôle au sol, ont été acheminés d'Israël. Le premier drone a déjà été assemblé et sera soumis à un contrôle de fonctionnement avant les premiers essais en vol à la mi-mai. Ils seront ensuite remis aux forces aériennes dans le courant du deuxième semestre.

Drones non armés

En mars, les premiers pilotes des forces aériennes et d'armasuisse avaient terminé avec succès, en Israël, la formation de base au nouveau système de drones de reconnaissance ADS 15, un système sans pilote et non armé.

Image: admin.ch

Les appareils de type Hermes 900 HFE mesurent 9 mètres de long et 17 mètres d'envergure. Le système de drones peut être engagé de jour comme de nuit et peut détecter avions, autres drones et missiles. Les six drones seront utilisés pour:

  • Surveiller les frontières;
  • Rechercher des personnes disparues en montagne;
  • Evaluer une situation après une catastrophe naturelle.

La Suisse ne dispose actuellement plus de drones de reconnaissance, le Ranger ADS 95 ayant été mis hors service en novembre 2019, après 20 ans d'utilisation. Les gardes-frontières recourent actuellement aux hélicoptères pour réaliser ces missions.

Une polémique qui date de 2015

Avant même d'avoir effectué le moindre vol en Suisse, ce système de reconnaissance israélien a créé la polémique. En effet, en 2015, au moment de la validation de l'achat par le Parlement, des voix avaient vivement critiqué l'intérêt porté à la technologie militaire israélienne. En janvier, la commission de gestion du Conseil des Etats a estimé, dans un rapport, que cette acquisition représente un «risque considérable» pour la Suisse.

En effet, la société d'armement Elbit Systems doit collaborer avec la Suisse. Dans ce contexte, l'industrie helvétique devait participer à des échanges de technologies avec cette dernière qui fournit, notamment, du matériel de guerre à l'armée israélienne.

Le projet a pris près de trois ans de retard, notamment à cause de la chute d'un drone lors d'un vol-test en 2020. L'entreprise a pu depuis corriger ce problème. Mais selon la commission, la question de l'autorisation du déploiement des drones dans l'espace aérien civil est également un facteur de risque. Elle entend rester active sur le dossier. (ats/sia)

On a testé LE sandwich le plus connu du monde

Plus d'articles sur l'armée suisse

4 raisons qui font que la Suisse pourrait imposer l'armée aux femmes

Link zum Artikel

L'avion F-35 que la Suisse a choisi compte 41 pannes aux Etats-Unis

Link zum Artikel

Imposer l’armée aux femmes «n’est pas suffisant» pour la sauver

Link zum Artikel

La mère des batailles contre l’achat du F-35 est lancée

Link zum Artikel

Mais que peuvent bien faire 6 soldats suisses dans le chaos de Kaboul?

Link zum Artikel

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Le risque d'abus existe»: l'UDC ne veut accueillir que les Ukrainiens de l'Est
Près de 50 000 réfugiés ukrainiens auraient déjà été accueillis en Suisse. Un nombre qui inquiète l'UDC et le PLR, les deux partis proposent des mesures pour limiter l'afflux.

Depuis le début de l'invasion russe, en Ukraine, de nombreux habitants de ce pays d'Europe de l'Est ont pris la fuite. Selon l'ONU, plus de douze millions de personnes auraient déjà quitté leur pays, notamment en direction de la Suisse. Ainsi, près de 50 000 Ukrainiens se trouveraient actuellement dans le pays.

L’article